RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
18 

Le mariage de Julian Assange

J’étais à Londres en tant qu’invité de Julian Assange et Stella Moris pour leur mariage, mais même ce jour-là, les autorités ont poursuivi leur implacable campagne de cruauté contre Julian.

LONDRES - Je me trouve aux portes de la prison de Belmarsh, un établissement pénitentiaire de haute sécurité situé dans le sud-est de Londres, en compagnie de Craig Murray, ambassadeur britannique en Ouzbékistan jusqu’à ce qu’il soit renvoyé pour avoir dénoncé les sites noirs et les centres de torture de la CIA dans ce pays. À l’intérieur de la prison, Julian Assange et Stella Moris se marient. Craig et moi figurions sur la liste des six invités au mariage, mais les autorités de la prison, dans un exemple du sadisme institutionnel qui caractérise toutes les prisons, nous ont refusé l’entrée. Craig, qui devait être l’un des deux témoins, a été informé qu’il ne pouvait pas entrer car il "mettrait en danger la sécurité de la prison".

Craig est venu d’Edimbourg en train. J’ai pris l’avion de New York. On serait au moins à l’entrée de la prison avec 150 partisans d’Assange. Craig, vêtu d’une tenue écossaise complète - et d’un kilt qu’il a admis élargir tous les deux ans pour s’adapter à sa silhouette en expansion - a fait une démonstration de mode et peut-être une remarque sur l’indépendance de l’Écosse - Il a été surpassé par Stella, qui portait une robe de mariée fluide de couleur lilas glacé, un corset avec des baleines en plastique pour pouvoir passer les quatre détecteurs de métaux, et un voile conçu et offert par les créateurs de mode Vivienne Westwood et Andreas Kronthaler.

"Le fait que, même le jour le plus heureux de sa vie, ils rayent au dernier moment des invités de sa liste, juste pour l’embrouiller, juste pour essayer de rendre les choses aussi désagréables qu’ils le peuvent, fait partie de cette torture mentale permanente", déplore Craig. "Nous ne devrions pas être surpris. C’est une partie de la cruauté inutile avec laquelle il a été gardé depuis le début. Pourquoi diable se trouve-t-il dans une prison de haute sécurité construite pour accueillir des terroristes ? Je suis assez amusé par l’explication selon laquelle je mets en danger la sécurité de la prison. Je me sens plutôt flatté par cela. Je ne comprenais pas tout jusqu’à aujourd’hui, quand, bien sûr, j’ai réalisé que j’étais incroyablement sexy dans mon kilt et qu’ils pensaient que cela pourrait provoquer une émeute dans la prison."

Cette journée est douce-amère. Julian ne pourra peut-être jamais vivre avec sa femme et sa famille. Pourtant, c’est une affirmation d’amour, d’engagement et d’espoir qui se déroule dans une petite salle annexe, avec des chaises pliantes et une table en stratifié, car les autorités pénitentiaires ont refusé à Julian et Stella l’usage de la chapelle. Six membres de la famille ont assisté à la cérémonie, dont les deux jeunes fils de Julian et Stella, dont l’un s’est endormi et l’autre, préoccupé par un avion en papier, a essayé de déclencher l’une des alarmes. Deux gardes étaient postés dans la pièce.

Il n’y a pas eu de réception. Il n’y avait pas de gâteau. La prison a refusé la demande de Julian et Stella pour un photographe. Un gardien a pris quelques photos, mais les autorités pénitentiaires ont dit à Julian et Stella qu’elles ne pouvaient pas être publiées sur les médias sociaux ou partagées avec le public. Ils ont été autorisés à s’embrasser. Ce qui a incité le garçon le plus âgé, Gabriel, à dire, m’a dit la famille, "Oh, c’est un baiser bâclé". Ensuite, l’aumônier catholique, qui avait eu la prévoyance d’apporter une nappe blanche et des bougies, leur a donné sa bénédiction. Julian et Stella ont eu droit à une demi-heure ensemble dans une salle des visiteurs bondée. Puis Julian, prisonnier A 9379AY, a été raccompagné dans sa cellule sous les applaudissements des prisonniers de son étage.

"C’était un acte de défi", me dira plus tard Stella au sujet du mariage. "On peut voir à quel point ils le craignent".

La campagne de déshumanisation de Julian, qui a honoré ses racines écossaises en portant un kilt violet et beige, ainsi qu’une cravate et un gilet violets, également offerts et conçus par Westwood et Kronthaler, s’étend au jour de son mariage. Il ne fait aucun doute que l’une des raisons pour lesquelles Craig, dont les reportages sur les procédures judiciaires pour Julian ont été tenaces et brillants, et moi-même n’étions pas présents au mariage est que les autorités pénitentiaires ne voulaient pas que nous écrivions sur le mariage, ce qu’elles auraient dû savoir que nous ferions, que nous soyons en prison ou non.

"Ils sont vicieux", dit Craig. "Ils ont la capacité d’employer la violence de l’État. Ils ont un pouvoir arbitraire qu’ils peuvent utiliser pour prendre des décisions cruelles et méchantes pour le plaisir, juste pour montrer qu’ils le peuvent, mais nous, de notre côté, nous avons la paix, l’amour et la vérité. Ces valeurs, au bout du compte, sont bien plus importantes."

Craig Murray, à gauche, et Chris Hedges devant la prison de haute sécurité de Belmarsh. [Photo de Chris Hedges]

Julian est visé parce que son organisation, WikiLeaks, a publié en octobre 2010 les journaux de bord de la guerre en Irak, qui documentent de nombreux crimes de guerre commis par les États-Unis - dont des images vues dans la vidéo Meurtre collatéral - qui montre deux journalistes de Reuters et dix autres civils non armés se faire abattre.

Il est visé parce qu’il a rendu public le meurtre de près de 700 civils qui s’étaient approchés trop près des postes de contrôle américains.

Il est visé parce qu’il a exposé les outils de piratage utilisés par la CIA, connus sous le nom de Vault 7, révélant que la CIA est capable de prendre le contrôle des voitures, des téléviseurs intelligents, des navigateurs web et les systèmes d’exploitation de la plupart des téléphones intelligents, ainsi que des systèmes d’exploitation tels que Microsoft Windows, macOS et Linux.

Il est visé parce qu’il a révélé les plus de 15 000 décès non signalés de civils irakiens, les tortures et les abus subis par quelque 800 hommes et garçons, âgés de 14 à 89 ans, à Guantánamo.

Il est visé parce qu’il nous a montré qu’en 2009, Hillary Clinton a ordonné à des diplomates américains d’espionner le secrétaire général de l’ONU Ban Ki Moon et d’autres représentants de la Chine, de la France, de la Russie et du Royaume-Uni, espionnage qui incluait l’obtention d’ADN, de scans de l’iris, d’empreintes digitales et de mots de passe personnels, dans le cadre d’un long schéma de surveillance illégale qui incluait l’écoute du secrétaire général de l’ONU Kofi Annan dans les semaines précédant l’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003.

Il est visé parce qu’il a révélé que Barack Obama, Hillary Clinton et la CIA ont orchestré le coup d’État militaire de juin 2009 au Honduras, qui a renversé le président démocratiquement élu Manuel Zelaya et l’a remplacé par un régime militaire meurtrier et corrompu. Il est visé parce qu’il a rendu publics des documents révélant que les États-Unis ont secrètement lancé des attaques de missiles, de bombes et de drones au Yémen, tuant des dizaines de civils.

Il est visé parce qu’il a rendu publics les 657 000 dollars versés à Hillary Clinton par Goldman Sachs pour donner des conférences et les assurances privées qu’elle a données aux dirigeants d’entreprises qu’elle ferait ce qu’ils lui demandaient tout en promettant au public une réglementation et une réforme financières. Il est visé parce qu’il a révélé la campagne interne menée par des membres de son propre parti pour discréditer et détruire le chef du parti travailliste britannique Jeremy Corbyn.

Pour ces vérités uniquement, il est coupable.

L’administration Biden est déterminée à extrader Julian et à l’inculper de 17 chefs d’accusation de la loi sur l’espionnage et d’un chef de piratage d’un ordinateur gouvernemental, ce qui l’enverrait en prison pour 175 ans. J’ai assisté à une partie de la procédure judiciaire à Londres. C’était une farce judiciaire, d’autant plus que la société de sécurité espagnole UC Global à l’ambassade d’Équateur, où Julian s’était réfugié pendant sept ans, a enregistré toutes les conversations de Julian avec ses avocats et les a remises à la CIA. Ce seul fait devrait invalider le procès. Mais il y a aussi le fait que Julian n’a jamais commis de crime.

Julian n’est pas un citoyen américain. WikiLeaks n’est pas une publication basée aux États-Unis. Et pourtant, il est accusé de trahison en vertu de la loi américaine sur l’espionnage. Il s’agit d’une pantalonnade judiciaire, d’un procès spectacle où la primauté du droit est sabotée par des juristes en perruque de crin et des grands inquisiteurs comme Gordon Kromberg, l’assistant du procureur des États-Unis pour le district Est de la Virginie, qui s’occupe d’affaires de terrorisme et de sécurité nationale très médiatisées. Kromberg méprise ouvertement les musulmans, l’islam et tous ceux qui défient l’État. Il a dénoncé ce qu’il appelle "l’islamisation du système judiciaire américain".

Kromberg a supervisé les neuf années de persécution de l’activiste et universitaire palestinien Dr. Sami Al-Arian et a, à un moment donné, refusé sa demande de report d’une date de procès pendant la fête religieuse du Ramadan. "Ils peuvent s’entretuer pendant le Ramadan, ils peuvent comparaître devant le grand jury. Tout ce qu’ils ne peuvent pas faire, c’est manger avant le coucher du soleil", a déclaré Kromberg lors d’une conversation en 2006, selon une déclaration sous serment déposée par l’un des avocats d’Arian, Jack Fernandez. Kromberg a critiqué Daniel Hale, l’ancien analyste de l’armée de l’air qui a été condamné à 45 mois de prison pour avoir divulgué des informations sur le massacre aveugle de civils par des drones, déclarant que Hale n’avait pas contribué au débat public mais avait "mis en danger les personnes qui se battent". Il a ordonné l’emprisonnement de Chelsea Manning après son refus de témoigner devant un grand jury enquêtant sur WikiLeaks. Manning a tenté de se suicider en mars 2020 alors qu’elle était détenue dans une prison de Virginie.

La perversion de la loi pour tous ceux qui suivent le cas de Julian fait froid dans le dos. Elle présage la montée d’un totalitarisme corporatif mondial, où la loi est un outil non pas de justice mais d’oppression.

Les États-Unis ont réussi à faire appel d’une décision d’un tribunal britannique inférieur qui avait rejeté la demande américaine d’extradition d’Assange parce que sa fragilité psychologique lui fait courir un risque de suicide et que les conditions dans lesquelles il serait détenu dans le système carcéral américain en attendant son procès sont inhumaines.

Julian a fait appel dans le but de rétablir la décision initiale. Son appel a été rejeté. La ministre de l’Intérieur, Priti Patel, décidera bientôt s’il sera extradé. Si elle décide d’extrader Julian, il pourra retourner devant la juridiction inférieure pour faire appel des points sur lesquels il a été reconnu coupable. Si la Haute Cour se prononce en sa faveur, les États-Unis peuvent faire appel de cette décision devant la Cour suprême. Cette danse juridique prendra probablement un an. Si la Haute Cour rejette l’appel de Julian, il pourrait être extradé en quelques semaines.

Julian a été observé en train d’arpenter sa cellule de manière obsessionnelle, de se frapper au visage, de se taper la tête contre le mur, d’appeler à plusieurs reprises la ligne d’assistance Samaritan parce qu’il pensait à se suicider "des centaines de fois par jour" et d’avoir des hallucinations. Un rasoir a été trouvé sous ses chaussettes. Il a déclaré à Nils Melzer, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, qui a fait venir des médecins des Nations unies pour examiner Julian, que s’il était extradé, il se tuerait. Il a subi une attaque cérébrale pendant son procès en octobre dernier. Il prend des antidépresseurs, des médicaments contre les accidents vasculaires cérébraux et un antipsychotique, la quétiapine. Il est décharné, sa posture est mauvaise et son teint est cendré. Il a passé des mois dans l’aile médicale de la prison. Julian, comme l’a conclu Melzer dans son rapport des Nations Unies, est méthodiquement et systématiquement torturé. L’objectif des gouvernements américain et britannique est de transformer l’anéantissement psychologique et peut-être physique de Julian en un avertissement effrayant pour quiconque tenterait également de mettre en lumière les rouages du pouvoir.

J’aime et j’admire Julian. Il est intellectuellement curieux, incroyablement courageux, drôle et, du moins lorsque j’étais avec lui à l’ambassade d’Équateur, charmant et juvénile. Il aurait pu facilement utiliser ses compétences informatiques précoces pour se faire une vie très confortable en travaillant pour la haute finance ou des agences de sécurité nationale. Il a choisi au contraire d’utiliser ces compétences pour le public, au service de la vérité. Il a fourni le plus grand nombre d’informations de notre génération sur les crimes de guerre, les mensonges, la corruption et le cynisme qui caractérisent les élites au pouvoir. Ces informations ont permis de lever le voile sur les centres de pouvoir du monde entier, déclenchant des mouvements et des protestations populaires de la Tunisie à Haïti.

Si Assange est extradé et reconnu coupable d’avoir publié des documents classifiés, cela créera un précédent juridique qui mettra effectivement fin aux reportages sur la sécurité nationale, permettant au gouvernement d’inculper tout journaliste qui possède des documents classifiés, et tout dénonciateur qui divulgue des informations classifiées, en vertu de la loi sur l’espionnage. Les rouages du pouvoir seront plongés dans l’obscurité, avec des conséquences très inquiétantes pour la liberté de la presse et la démocratie.

Il fait nuit. Je suis dans la maison de Stella avec les invités du mariage, sa mère, son frère, le père et le frère de Julian, ainsi que les deux jeunes garçons de Julian et Stella.
"Il a disparu", dit doucement Stella. "Les seules photos qui ont émergé de lui depuis 2019 ont été prises illégalement dans la salle d’audience, tout le reste a été des illustrations du tribunal et des photos du fourgon de la prison de 2019."

"Sortir a été vraiment déstabilisant", ajoute-t-elle.

Stella et Julian ont passé des années à essayer de se marier. Ils ont d’abord demandé à l’ambassadeur d’Équateur de les marier, mais Julian n’était pas un citoyen équatorien. Une fois que Julian a obtenu la nationalité équatorienne, le nouveau gouvernement de Quito est devenu hostile. Stella et Julian ont commencé à faire pression sur la prison pour obtenir le droit de se marier en 2020, mais les autorités pénitentiaires n’ont pas répondu à leurs demandes jusqu’à ce qu’ils menacent de faire un procès.

Stella fait descendre sa robe de mariée en satin avec ses manches trois quarts et son voile pour nous permettre de l’examiner. Sur le rabat intérieur de la robe, Vivienne Westwood a écrit ceci : "Pour moi, Vivienne, Julian est une âme pure et un combattant de la liberté. Tout mon amour à la famille, Julian, Stella, Max et Gabriel. Que la force de vie sacrée bénisse votre mariage." Le voile a été brodé de mots de la famille et des amis. Julian a choisi "Enduring Love". Ardent. Sans limites. Joyeux. Résistant. Incandescent. Sauvage. Vaillant. Résolu. Tendre. Têtu. Tumultueux. Patient. Désireux. Intrépide. Éternel.

"Pour que leur amour ait pu grandir et s’épanouir dans ces circonstances terribles de persécution incessante et de torture psychologique", me dit John Shipton, le père de Julian. "L’amour transcende les circonstances."

Il se tourne vers ses deux jeunes petits-enfants.

"On peut voir que cela a produit deux enfants charmants et joyeux", dit-il.

Il est tard. Stella découpe son gâteau de mariage sur la table en bois de la cuisine. Le dessus est au citron. Le bas est à la framboise. Nous mangeons en silence.

Prions pour Julian. Prions pour Stella. Prions pour leurs enfants. Prions pour nous tous.

Chris Hedges

NOTE AUX LECTEURS DE SCHEERPOST : Il n’y a maintenant plus aucun moyen pour moi de continuer à écrire une colonne hebdomadaire pour ScheerPost et à produire mon émission de télévision hebdomadaire sans votre aide. Les murs se referment, avec une rapidité étonnante, sur le journalisme indépendant, les élites, y compris les élites du parti démocrate, réclamant de plus en plus de censure. Bob Scheer, qui dirige ScheerPost avec un budget très serré, et moi-même ne renoncerons pas à notre engagement en faveur d’un journalisme indépendant et honnête, l’accès à ScheerPost ne sera jamais payant, nous ne demanderons pas d’abonnement, ne vendrons pas vos données et n’accepterons pas de publicité. Si vous le pouvez, inscrivez-vous sur chrishedges.substack.com pour que je puisse continuer à publier ma chronique du lundi sur ScheerPost et à produire mon émission de télévision hebdomadaire, The Chris Hedges Report.
Merci,
Chris

Chris Hedges est un journaliste lauréat du prix Pulitzer qui a été correspondant à l’étranger pendant quinze ans pour le New York Times, où il a occupé les postes de chef du bureau du Moyen-Orient et du bureau des Balkans. Il a auparavant travaillé à l’étranger pour le Dallas Morning News, le Christian Science Monitor et NPR. Il est l’hôte de l’émission The Chris Hedges Report.

Traduction "si ça intéresse encore quelqu’un" par Viktor Dedaj avec certainement un peu de brume devant les yeux

»» https://scheerpost.com/2022/03/25/chris-hedges-the-marriage-of-julian-assange/
URL de cet article 37893
  

Même Thème
La traque des lanceurs d’alerte
Stéphanie Gibaud
Préface de Julian Assange Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de notre société. Pourtant, ces héros sont devenus des parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade, Manning était en prison, Stéphanie Gibaud et bien d’autres sont dans une situation (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si les gens devaient découvrir ce que nous avons fait, nous serions pourchassés dans les rues et lynchés"

Président George H.W. Bush (père)
cité par Sarah McClendon (reporter à la Maison Blanche) dans sa lettre d’infos datée de Juin 1992.

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
123 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.