RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le New York Times et le Washington Post envoient leurs meilleurs journalistes se briefer aux folies de cinq heures.

Lorsque l’armée étasunienne embarque un groupe de journalistes pour un pays étranger, elle a un but précis et elle prépare tout à l’avance dans les moindres détails. Il y aura des témoins et des locaux qui savent ce qu’ils doivent dire aux journalistes pendant leur interview de deux minutes pour faire passer exactement le message que les militaires veulent faire passer. Après les avoir laissés baigner dix minutes maximum dans la couleur locale, un officiel de la diplomatie étasunienne ou un général offrira aux reporters un bon whisky et un steak authentiquement local. L’officiel débitera un petit communiqué préparé à l’avance qui viendra renforcera ce que les locaux ont été chargés de dire.

Le résultat est prévisible. Les articles que les journalistes rédigeront seront identiques.

Michael Gordon dans le New York Times d’hier et David Ignatius dans le Washington Post d’hier parlent tous deux de leur dernier voyage embarqué à Tabla en Syrie.

L’article de Gordon : Test pour la politique de Trump dans une ville syrienne au désespoir

Le jeune homme s’est déchargé du fardeau des terribles années passées sous la coupe de l’Etat islamique devant une foule de spectateurs curieux rassemblés devant la façade défraîchie d’un commerce de la place du marché. Les combattants, a expliqué cet homme de 22 ans nommé Abdul Qadir Khalil, ont tué de nombreux résidents, offert de précieux emplois et sévèrement limité le droit d’entrer et de sortir de la ville.

Il a égrené la liste des choses dont Tabqa a besoin : l’électricité, l’eau, le carburant et une grande boulangerie. Puis, en riant de plaisir parce qu’il pouvait enfin dénoncer ouvertement les militants, il a déclaré : « Si jamais ils reviennent, ils nous massacreront tous. »

L’article d’Ignatius : L’État islamique est défait en Syrie et une ville offre un aperçu de l’avenir du pays

Un groupe bruyant de jeunes gens syriens est rassemblé à l’extérieur d’un magasin de pneus et de pièces détachées en face de l’entrepôt. Au début, les conseillers militaires étasuniens ne sont pas sûrs qu’il soit prudent de parler avec eux, mais les hommes se pressent avec impatience autour des deux journalistes étrangers. Abdul-Qadr Khalil, 22 ans, vêtu d’une veste en nylon bleu brillant, parle pour le groupe. Il se plaint qu’il n’y a pas assez de nourriture, d’eau, de gaz ou de pain, et qu’il n’y a pas de travail. Mais il rejette l’idée que l’État islamique puisse revenir.

« Non, jamais ! », s’écrie Khalil, et les jeunes gens qui l’entourent font oui de la tête avec vigueur. « Notre vie sera finie s’ils reviennent. Ils nous tueront tous. »

Gordon :

Des petits enfants accueillent les visiteurs avec le signe « V » de la victoire.

Ignatius :

De jeunes enfants font le signe V de la victoire.

Gordon :

« Un des problèmes fondamentaux de notre société est que l’idéologie de l’EI a été implantée dans le cerveau des jeunes enfants, ce qui signifie qu’elle se perpétuera à l’avenir », a déclaré Ahmad al-Ahmad, le coprésident du conseil.

Ignatius :

Ahmad al-Ahmad , coprésident du Conseil civil de Tabqa nouvellement formé ... Les jeunes garçons qui ont été endoctrinés dans les camps d’entraînement de l’État islamique essaient de trouver leur équilibre dans un monde nouveau où il n’y a plus de décapitations ni de slogans islamistes.

Gordon :

Près de 50 tonnes de farine, payées par le Pentagone, ont été transportées en camion depuis l’Irak vers un entrepôt financé par les Etats-Unis, mercredi.

Ignatius :

Le premier envoi de nourriture américaine est arrivé mercredi dans un entrepôt près du centre-ville ; Les sacs de farine et de riz sont empilés sur des palettes, prêts à être distribués, ...

Gordon :

« Nous ne cherchons pas la beauté ; nous sommes pragmatiques », a déclaré le général Rupert Jones de l’armée britannique, le commandant adjoint de la force de coalition.

Ignatius :

« Ce n’est pas une œuvre de beauté. C’est du pragmatisme », explique le général de division Rupert Jones, le commandant adjoint britannique des forces de la coalition en Irak et en Syrie.

Je suis d’accord avec le général britannique. Les articles du Washington Post et du New York Times rédigés pendant leur voyage embarqué avec l’armée ne sont pas une œuvre de beauté, mais du pragmatisme. Ces journalistes hautement rémunérés ne veulent pas salir leur belle tenue coloniale en crapahutant dans le désert. Ils préfèrent répéter pragmatiquement ce que disent des locaux bien informés (et soudoyés), faire des photos des enfants qui font le signe du V (et reçoivent les bonbons promis) et prendre en sténographie ce que disent les militaires ou certains diplomates. Ils n’ont nul besoin d’enquêter réellement, ni de réfléchir, ni d’enfiler des bottes de terrain pour faire leur travail.

Les militaires voulaient faire passer l’idée que presque tout va bien maintenant à Tabqa. Les gens adorent l’occupation des États-Unis et la seule chose dont ils ont maintenant besoin c’est de quelques milliards d’euros pour reconstruire un minimum le pays.

Les journalistes se sont gavés de plats tout préparés et ont écrit exactement ce que les militaires voulaient qu’ils écrivent.

Les médias traditionnels veulent que leurs lecteurs croient que leurs récits des zones de guerre sont de vrais reportages. Les exemples ci-dessus montrent que c’est loin d’être le cas. Leurs journalistes photographient et enregistrent simplement les chorégraphies complexes que les conseillers de presse du Pentagone et du Département d’Etat ont demandé aux officiers locaux chargés de la communication de leur mettre sous le nez. C’est la version moderne des folies de cinq heures de la guerre du Vietnam. (*)

Richard Pyle Le chef du bureau de Associated Press-Saigon pendant la guerre, a écrit que les briefings de la « presse militaire » étaient « la plus longue tragi-comédie du théâtre de l’absurde de l’Asie du Sud-Est ».

À l’époque, la plupart des médias ne se laissaient pas berner par ces grotesques faux-semblants, aujourd’hui ils jouent le jeu avec plaisir.

Moon of Alabama

Note :

* En anglais five O’clock follies. C’est le nom que les journalistes donnaient aux briefings quotidiens de l’armée étasunienne pendant la guerre du Vietnam.

»» http://www.moonofalabama.org/2017/07/nyt-wapo-reporters-stenograph-fiv...
URL de cet article 32066
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Pour une critique de la marchandisation
André Prone
Où va-t-on ? Chacun d’entre nous est en mesure d’observer les dérèglements biosphériques, économiques, politiques et sociétaux qui affectent le système-monde aujourd’hui. Mais au-delà du constat, quelles en sont les causes et comment agir pour en stopper le cours ? C’est ce à quoi tente de répondre ce livre. Il le fait avec la ferme conviction que rien n’est impossible et que tout dépend de nous. Analyser les dérives sociétales, thérapeutiques et environnementales générées par la marchandisation mondiale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.