RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Le Venezuela vote, dimanche 6 décembre

« Le scrutin le plus compliqué qu’ont eu à affronter les chavistes »

Entretien réalisé par Cathy Ceïbe pour l’Humanité du 3 décembre 2015.
Alors que des élections législatives fort disputées se tiennent ce dimanche 6 décembre dans la République bolivarienne, Romain Migus, sociologue, revient sur les origines de la crise économique dans ce pays d’Amérique latine.

Les élections législatives se déroulent dans un climat tendu sur le plan économique en raison de la chute du cours du pétrole. La baisse du prix des matières premières dont souffre toute l’Amérique latine suffit-elle à expliquer la crise ?

Romain Migus Si la baisse des prix des matières premières a touché tous les pays de la région, le Venezuela a été terriblement affecté. Son économie est dépendante de son exploitation pétrolière, qui représente 98 % de ses exportations, et donc de ses rentrées de devises, et 50 % des recettes fiscales. La baisse de plus de la moitié de la valeur du brut depuis l’arrivée au pouvoir de Nicolas Maduro, en 2013, a considérablement amputé le budget de l’État vénézuélien. À cela s’ajoute une guerre économique qui rappelle le mot d´ordre du président Nixon contre le Chili d’Allende : « faire crier l’économie » locale. La contrebande de produits de première nécessité, d’essence, ou encore de la monnaie vénézuélienne ont des conséquences néfastes sur la qualité de vie. Depuis la mort d’Hugo Chavez, en 2013, la valeur du dollar au marché noir a augmenté de 8 900 %, ce qui crée une distorsion sans précédent entre le prix des produits au Venezuela et leur revente à l’étranger, notamment en Colombie. Ainsi, pour le prix d’un dollar changé au taux du marché noir, on peut acheter 9 300 litres d’essence au Venezuela.Cette guerre économique, si souvent décriée dans les médias internationaux, est rendue possible par la participation du narco-paramilitarisme colombien et la complicité du gouvernement de Bogota.

Quelles en sont les conséquences ?

Romain Migus Cette guerre économique produit des effets épouvantables : baisse du pouvoir d’achat, pénurie de produits de base, files d’attente. C’est le moral de la base populaire du chavisme qui est attaqué de plein fouet. Le but de cette offensive économique est de « retourner » électoralement la population lors du prochain scrutin législatif. Pas besoin d’attendre trente ans et le déclassement de documents pour comprendre que la puissance impériale a lancé une attaque sans précédent contre le Venezuela bolivarien dans le but de reconquérir cette source d’approvisionnement en énergie.

La majorité chaviste a-t-elle créé les conditions pour se dégager du modèle économique de la rente pétrolière et réduire sa dépendance vis-à-vis de l’extérieur ?

Romain Migus Bien entendu, ceci n’est possible que parce que la révolution bolivarienne n’a pas pu, malgré les efforts en ce sens du président défunt Hugo Chavez, développer un appareil productif industriel et agricole. Le passage d’une économie de rente à une économie productive implique aussi un changement culturel qu’il est difficile d’établir en une ou deux décennies. Même si la part de l’activité non pétrolière dans le PIB est en constante augmentation depuis 2003 et est sept fois supérieure à la part de l’économie pétrolière, cette dernière demeure la seule à générer les devises étrangères nécessaires aux importations. Le problème principal de l’activité non pétrolière au Venezuela est qu’elle est surtout fondée sur les services. La part de la production agricole reste minime et l’alimentation des Vénézuéliens est donc sujette aux importations qui se réalisent avec les devises. Cette crise exprime moins un rejet du modèle bolivarien que du système rentier et de la culture de la rente.

Comment ce contexte économique a-t-il influencé les politiques d’inclusion sociale qui ont été la cheville ouvrière des succès électoraux du chavisme jusqu’à présent ?

Romain Migus La réaction du gouvernement bolivarien face à cette crise économique est une leçon pour l’Europe néolibérale. Malgré la chute spectaculaire du budget de l’État, les programmes sociaux n’ont pas été amputés. L’État considère que ce ne sont pas les plus démunis qui doivent supporter le poids d´une crise dû à l’effondrement du cours du brut. D’où, d’ailleurs, le côté pernicieux de la guerre économique. La spéculation contre le bolivar (la monnaie nationale – NDLR) et la contrebande organisée ont été induites pour retourner cette tendance gouvernementale contre les plus humbles, et faire de leur vie un calvaire.

La majorité présidentielle peut-elle perdre les élections face à une opposition de droite ?

Romain Migus En raison de la situation décrite précédemment, il est sûr que le chavisme affronte le scénario électoral le plus compliqué depuis son accession au pouvoir. Néanmoins, et à rebours de ce que la presse internationale nous annonce, le Parti socialiste unifié du Venezuela (Psuv) et ses alliés pourraient profiter du système électoral, qui attribue 70 % des postes de députés de manière nominale et 30 % à la proportionnelle. Fort d’une organisation politique efficace, le Psuv pourrait dégager une courte majorité de députés qui ne refléterait pas le pourcentage total de votes exprimés en sa faveur. Il ne s’agit pas d’une incohérence démocratique, la plupart des démocraties européennes fonctionnent ainsi, et peu de voix s’élèvent pour dénoncer un tel système. Dans ce cas, il est à craindre que l’opposition crie à la fraude et se lance dans une de ses aventures antidémocratiques dont elle a le secret.

EN COMPLEMENT

Maxime Vivas.

Dans mon roman "Rouges les collines de Caracas"(1), un personnage est inspiré de Roman Migus que j’ai rencontré à Caracas et qui m’a documenté pour l’écriture du roman. Extrait d’une de ses apparitions dans le livre :

"- Roman Margus.
Ainsi se présente le jeune homme qui entre dans notre bureau.
Il n’est pas très grand, respire la santé et rayonne d’un sourire avenant qui court d’une oreille à l’autre en imprimant aux joues un mouvement ascensionnel qui étire ses yeux, réduits à deux fentes. Il ressemble vaguement à Dustin Hoffman que j’ai vu notamment dans ‘Little big man’ où il jouait avec Faye Dunaway".

(1) Voir : http://www.legrandsoir.info/ayez-l-esprit-grandsoiriste-pour-vos-cadea...

»» http://www.humanite.fr/venezuela-le-scrutin-le-plus-complique-quont-eu...
URL de cet article 29680
  

Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quelqu’un qui a avalé la propagande sur la Libye, la Syrie et le Venezuela est bête, du genre avec tête dans le cul. Quelqu’un qui a rejeté la propagande sur la Libye et la Syrie mais avale celle sur le Venezuela est encore plus bête, comme quelqu’un qui aurait sorti sa tête du cul pour ensuite la remettre volontairement.

Caitlin Johnstone

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.