Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les 85 les plus riches et la meilleure moitié (Common Dreams)

Selon un récent rapport d’Oxfam International, les 85 personnes les plus riches du monde possèdent la même richesse que les 3,5 milliards qui composent la moitié la plus pauvre de la planète. Cette affirmation me semble peu plausible. Je pense que les 85 personnes les plus riches, qui « pèsent » ensemble de nombreuses centaines de milliards de dollars, possèdent, en fait, beaucoup plus de richesses que la moitié la plus pauvre.

Comment ces deux cohortes, les 85 plus riches et les 3,5 milliards les plus pauvres, pourraient-elles posséder la même accumulation de richesse ? La grande majorité des 3,5 milliards n’a simplement aucune fortune. Des centaines de millions d’entre eux ont des emplois qui leur permettent à peine de nourrir leurs familles. Des millions d’entre eux dépendent de la charité privée et de l’assistance publique pour survivre. Des centaines de millions sont sous-alimentés, souffrent d’insécurité alimentaire voire de la faim, y compris beaucoup d’entre les plus pauvres aux États-Unis.

La plupart de ces 3,5 milliards gagnent en moyenne 2,50 USD par jour. Les 40 % les plus pauvres de la population mondiale ne représentent que 5 % de tous les revenus mondiaux. Environ 80 % de toute l’humanité vit avec moins de 10 USD par jour. Et les 50 % les plus pauvres ne participent qu’à hauteur de 7,2 % à la consommation totale. Comment pourraient-ils avoir accumulé une quantité de richesses comparable à celle des 85 les plus obscènement riches ?

Des centaines de millions de personnes vivent dans la dette, même dans les pays « riches » comme les États-Unis. Ils y sont confrontés pour leurs soins de santé, leurs dettes de consommation, d’éducation et ainsi de suite. Beaucoup, sans doute la plupart de ceux qui possèdent des maisons, qui ne vivent ni dans des cabanes ni sous des ponts ni dans des vieilles voitures, sont malgré tout perclus d’hypothèques. Cela signifie que leur patrimoine familial net est négatif ; inférieur à zéro ! Ils ne possèdent pas, ils vivent dans la dette.

Des millions parmi les 50 % les plus pauvres peuvent posséder des voitures mais la plupart du temps ils en possèdent aussi les traites. Ils sont le moteur de la dette. Dans des pays comme l’Indonésie, pour les millions qui ne possèdent pas leur véhicule, il y a les bus surchargés, cabossés, les véhicules qui se spécialisent dans les pannes et les plongeons dans des ravins sur des routes mal entretenues. Parmi les 50 % du bas de l’échelle, nombreux sont ceux qui vivent des déchets collectés sur les décharges d’ordures et qui doivent envoyer leurs enfants travailler dans de sinistres ateliers clandestins qui les détruisent psychologiquement.

Le nombre de personnes vivant dans la pauvreté augmente à un rythme plus rapide que la population mondiale. Donc, la pauvreté se répand même quand la richesse s’accumule. Il ne suffit pas de déplorer ces extrêmes inégalités, nous devons aussi expliquer comment elles se forment.

Le 85 les plus riches dans le monde comprennent probablement les quatre membres de la famille Walton (propriétaires du géant mondial de la distribution Wal-Mart, parmi les dix premiers super-riches aux États-Unis) qui, ensemble, « valent » plus de 100 milliards de dollars. Les familles riches comme les DuPont ont des participations majoritaires dans des sociétés géantes comme General Motors, Coca-Cola, et United Brands. Ils possèdent une quarantaine de domaines seigneuriaux et musées privés dans le seul Delaware et ils ont mis en place 31 fondations exonérées d’impôts. Les super-riches aux États-Unis et dans de nombreux autres pays trouvent des moyens, légaux et illégaux, de dissimuler leur richesse dans des comptes secrets. Nous ne connaissons pas réellement le véritable niveau de richesse des très riches.

En ce qui concerne la partie la plus pauvre de la population mondiale, que je nommerais la « meilleure moitié », celle qui lutte avec vaillance pour survivre, de quelle sorte de richesse pourrions-nous parler ? La richesse totale possédée par les 85 super-riches et la richesse totale détenue par le monde de 3,5 milliards les plus pauvres, sont de dimensions et de natures différentes.

Ces jets privés, ces hôtels de luxe, ces propriétés foncières, ces superbes résidences de vacances, ces appartements de luxe, ces résidences privées et ces voitures de luxe, sans parler des centaines de milliards de dollars en actions, en obligations, les locaux commerciaux, les œuvres d’art, les antiquités, etc., toute cette énorme richesse, comment la comparer aux quelques millions de voitures d’occasion, aux meubles usagés et aux téléviseurs fatigués, prêts à rendre l’âme ? Quelle valeur de revente, peut-on espérer de ces malheureux biens à la durée de vie incertaine ? Surtout dans des communautés à taux de chômage élevé, aux conditions de santé et de logement lamentables, sans eau courante, sans installations sanitaires décentes, etc. Nous ne connaissons pas réellement le véritable niveau de pauvreté des plus pauvres.

Des millions d’enfants, qu’il faut compter dans les 50 % inférieurs ne voient jamais l’intérieur d’une école. Au lieu de cela, ils travaillent dans des usines, des mines et des exploitations agricoles dans des conditions de péonage. Près d’un milliard de personnes sont incapables de lire ou d’écrire. Le nombre de personnes vivant dans la pauvreté augmente à un rythme plus rapide que la population mondiale. Donc, la pauvreté se répand même quand la richesse s’accumule. Il ne suffit pas de déplorer ces extrêmes inégalités, nous devons aussi expliquer comment elles se forment.

Mais pour l’instant, répétons-le : les 85 personnes les plus riches du monde, loin de posséder autant de richesse que les 50 % les plus pauvres, en accaparent beaucoup plus. La multitude qui peuple les échelons inférieurs – même prise dans son ensemble – ne dispose d’à peu près rien.

Michael PARENTI

Texte original : https://www.commondreams.org/view/2014/02/18-5

Traduction Daniel Sillou

Penseur et écrivain de la gauche radicale états-unienne, Michael Parenti est l’auteur de nombreux livres.

Son site (en américain) http://www.michaelparenti.org/

Deux de ses ouvrages sont, actuellement traduits en français :

Histoire et Mystifications (aux éditions Demi-Lune)
et
Le Mythe des jumeaux totalitaires (aux éditions Delga)

URL de cet article 24807
   

Même Auteur
L’horreur impériale. Les États-Unis et l’hégémonie mondiale
Michael PARENTI
Enfin traduit en français. Notes de lecture, par Patrick Gillard. La critique de l’impérialisme made in USA La critique de l’impérialisme américain a le vent en poupe, notamment en Europe. Pour preuve, il suffit d’ouvrir Le Monde diplomatique de novembre 2004. Sans même évoquer les résultats des élections américaines, dont les analyses paraîtront en décembre, le mensuel de référence francophone en matière d’actualité internationale ne consacre pas moins de deux articles à cette question. Signé Claude (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Dire que l’on ne se soucie pas de la protection de la vie privée parce qu’on n’a rien à cacher équivaut à dire que l’on ne se soucie pas de la liberté d’expression parce qu’on n’a rien à dire. » - Edward Snowden

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.