Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Réflexions sur l’Ukraine et le changement de régime (Berkeley Daily Planet)

Plus de 83 % des électeurs de Crimée ont récemment participé au référendum pour le rattachement à la Russie. Parmi eux, une majorité écrasante (plus de 93 %) a voté en faveur de la séparation d’avec l’Ukraine et pour être de nouveau rattaché à la Russie. (1)

Il faut garder à l’esprit que la Crimée ne se serait jamais engagée dans une telle action, et la Russie ne l’aurait pas soutenue, si l’Ukraine n’avait pas été en proie à des forces perturbatrices soutenant un « changement de régime ».

Il faut préciser que le « changement de régime » est aujourd’hui une forme d’action visant à rendre impossible pour un gouvernement de continuer à gouverner. Nous avons vu et revu ce chaos organisé et ces perturbations sans fin dans divers autres pays. (2) Des groupes bien organisés sont financés et équipés par des intérêts occidentaux extérieurs. Des ultra-nationalistes et des mercenaires se mêlent à la foule des protestataires et s’emparent de la direction et de la planification des opérations, tout en sachant qu’ils ont derrière eux le soutien des puissances occidentales. Les groupes les plus rétrogrades, à Kiev ont lancé des attaques calomnieuses contre les juifs, les Noirs, les Chinois, les Moscovites et, bien sûr, les communistes.

En Ukraine, des groupes crypto-fascistes comme Svoboda et Pravy Sector, entre autres ont reçu d’énormes financements pour nourrir et veiller au confort de milliers de personnes dans les rues de Kiev pendant des semaines, avec en plus du matériel de propagande très bien fait : drapeaux de ralliement, symboles et des pancartes dans plusieurs langues. Pendant ce temps les médias occidentaux rapportaient tout cela de la manière qui convenait à la Maison Blanche tandis que les « manifestants » commettaient des actes de perturbation, de violence et de terreur. (3)

Nous avons pu observer cette technique, il n’y a pas si longtemps, dans de nombreux autres pays, du Venezuela à la Thaïlande. Le but de ces attaques financées par l’Occident est de rendre le monde plus sûr pour le 1 % des plus riches de l’économie mondiale. En Ukraine, les citoyens qui pensent se battre pour la démocratie finiront par découvrir qu’ils sont en fait au service de la ploutocratie occidentale. On les laissera entre les mains d’un nouveau gouvernement rempli de vieilles intentions. Leurs efforts n’obtiendront d’autre résultat qu’une économie encore plus déprimée et plus corrompue, une énorme dette envers le FMI, une aggravation des services sociaux, et une « démocratie » vide dirigée par des opportunistes corrompus comme Timochenko.

La Russie est intervenue au nom de la Crimée de langue et de culture russes. Elle est donc maintenant attaquée par les ploutocrates mondialistes occidentaux qui cherchent des moyens d’isoler Moscou et de la faire battre en retraite. Poutine est dénoncé et diabolisé en toute occasion. Quelqu’un dans les médias américains a-t-il jamais lu les discours de Poutine ? Ils sont tellement plus clairs et sensés que les mensonges d’Obama ! (Le discours d’Obama, à Bruxelles, sur la façon dont les États-Unis ont sauvé et démocratisé l’Irak, en offre un parfait exemple). Le but est d’encercler la Russie et de la réduire à un satellite apeuré. Mais c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Obama n’a que très peu de cartes en main, et bien peu d’atouts à jouer.

Michael Parenti

Article paru, le samedi 5 avril 2014, en anglais à cette adresse http://www.berkeleydailyplanet.com/issue/2014-04-04/article/41981?head...

Traduction Daniel Sillou

Michael Parenti est un auteur de renommée internationale. Ses livres les plus récents sont The Face of Imperialism et Waiting for Yesterday. Trois de ses ouvrages sont traduits en français :

L’Horreur impériale (Aden, 2004)
Le Mythe des jumeaux totalitaires (Delga, 2013)
Histoire et Mystifications. Comment l’Histoire est fabriquée et enseignée (Demi-Lune, 2013)

(1) Curieusement pris de court, les médias dominants d’habitude si prompts à dénoncer des processus électoraux « truqués » (sauf bien sûr quand il s’agit d’un Président états-unien, Bush 2000 et 2006) se sont contentés de relayer la propagande gouvernementale sur une éventuelle illégalité du référendum, sans trop s’appesantir sur les résultats. (NdT)

(2) Nous conseillons à chacun de visionner le documentaire trop peu connu de Manon Loizeau qui montre comment le processus est organisé, financé et soutenu par des agences dépendant de la CIA ; à voir sur https://www.youtube.com/watch?v=1zUg9NrkcAQ (NdT).

(3) Malgré les belles déclarations d’intention, il semble que l’enquête sur les « snipers de Maïdan » promise par Catherine Ashton ne verra jamais le jour. (NdT)


URL de cet article 25365
   
Même Auteur
L’horreur impériale. Les États-Unis et l’hégémonie mondiale
Michael PARENTI
Enfin traduit en français. Notes de lecture, par Patrick Gillard. La critique de l’impérialisme made in USA La critique de l’impérialisme américain a le vent en poupe, notamment en Europe. Pour preuve, il suffit d’ouvrir Le Monde diplomatique de novembre 2004. Sans même évoquer les résultats des élections américaines, dont les analyses paraîtront en décembre, le mensuel de référence francophone en matière d’actualité internationale ne consacre pas moins de deux articles à cette question. Signé Claude (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) quelqu’un a dit il y a vingt ans : "vous pouvez croire tout ce qu’on raconte sur cet homme, sauf qu’il est mort".

(...) Ce lieu sera pour toujours un témoignage de lutte, un appel à l’humanisme. Il sera aussi un hommage permanent à une génération qui voulait transformer le monde, et à l’esprit rebelle et inventif d’un artiste qui contribua à forger cette génération et en même temps en est un de ses symboles les plus authentiques.

Les années 60 étaient bien plus qu’une période dans un siècle qui touche à sa fin. Avant toute chose, elles ont été une attitude face à la vie qui a profondément influencé la culture, la société et la politique, et a qui a traversé toutes les frontières. Un élan novateur s’est levé, victorieux, pour submerger toute la décennie, mais il était né bien avant cette époque et ne s’est pas arrêté depuis. (...)

Avec une animosité obstinée, certains dénigrent encore cette époque - ceux qui savent que pour tuer l’histoire, il faut d’abord lui arracher le moment le plus lumineux et le plus prometteur. C’est ainsi que sont les choses, et c’est ainsi qu’elles ont toujours été : pour ou contre les années 60.

Ricardo Alarcon,
président de l’Assemblée Nationale de Cuba
Allocution lors de l’inauguration de la statue de John Lennon à la Havane, Décembre 2000


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.