RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les doubles standards, entre Alep et Mossoul

Alors que la presse internationale se lamente de la « reprise des bombardements russes » sur Alep avec l’accord des autorités syriennes, elle se réjouit des « frappes » que prépare la coalition internationale sur Mossoul, avec l’accord des autorités irakiennes. Deux poids, deux mesures. Comme d’habitude, la propagande atlantiste utilise deux vocabulaires distincts : « frappes » généralement « ciblées » ou « chirurgicales » lorsqu’il s’agit des uns, « bombardements » pour les autres.

On pouvait se demander pourquoi, depuis cinq ans que dure la guerre civile syrienne sponsorisée par les « amis » du pays, le martyre d’Alep faisait soudain couler autant d’encre virtuelle mêlée de larmes de crocodile. Le secrétaire d’État Kerry qui hier encore semblait rechercher un accord avec son homologue russe claquait la porte, lançait le terme de « crimes de guerre » et menaçait en termes de moins en moins voilés de traduire les autorités russes devant une cour internationale. Lesquelles autorités russes ne cessaient de protester de leur bonne foi et de leur volonté d’éradiquer les terroristes islamistes.

Un élément de réponse se trouve peut-être dans cet article pêché sur Sputnik News, qui affirme que l’armée russe est convaincue qu’Alep est le « dernier bastion » du terrorisme (anti-Assad) en Syrie et que donc, à l’issue de cette bataille, la guerre pour la préservation du status-quo en Syrie serait pratiquement gagnée. Rodomontades, affirmations exagérément triomphalistes ? Peut-être. Mais cette opération a curieusement le don d’exaspérer les Américains dont on sait qu’ils favorisent les « rebelles modérés » qui leur ont coûté si cher en équipement et en formation.

D’ailleurs si les Russes sont maîtres du terrain en Syrie, ils doivent désormais compter avec un énième coup fourré de la part de leurs amis d’outre-détroit de Béring : la bataille de Mossoul, dont la « Coalition internationale » (c’est à dire les alliés d’Oncle Sam) affirme, là aussi, qu’il s’agit d’écraser le dernier bastion en Irak du terrorisme salafiste / des djihadistes de Daech, enfin allez savoir, des méchants vilains pas-beaux, en leur ménageant une porte de sortie ... vers la Syrie.

Il faut ici préciser une information indispensable à la compréhension des enjeux : dans le lexique officiel US (repris à l’identique par l’ensemble du « monde libre »), l’EI, ou Daech, ou les djihadistes, sont d’affreux terroristes où qu’ils se trouvent, sauf en Syrie. Dès qu’ils franchissent les frontières de ce pays, les affreux terroristes se transforment magiquement en « rebelles modérés » et ils doivent alors être aidés et protégés de toutes les façons possibles.

C’est à cette condition que tout s’éclaire soudain : les parachutages « par erreur » d’équipements et de munitions au front Al-Nosra en Syrie, les bombardements alliés « par erreur » sur les forces gouvernementales qui s’apprêtaient à donner le coup de grâce à un bastion rebelle, les négociations de la mi-octobre à Lausanne puis à Londres entre Russes et Américains avec les représentants de l’Arabie saoudite et du Qatar (mais sans la France et le Royaume-Uni).

L’adage « votre terroriste est notre combattant de la liberté » a encore de beaux jours devant lui.

Christophe Trontin
24/10/2016

URL de cet article 31083
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
TOUS LES MEDIAS SONT-ILS DE DROITE ? Du journalisme par temps d’élection
par Mathias Reymond et Grégory Rzepski pour Acrimed - Couverture de Mat Colloghan Tous les médias sont-ils de droite ? Évidemment, non. Du moins si l’on s’en tient aux orientations politiques qu’ils affichent. Mais justement, qu’ils prescrivent des opinions ou se portent garants du consensus, les médias dominants non seulement se comportent en gardiens du statu quo, mais accentuent les tendances les plus négatives inscrites, plus ou moins en pointillé, dans le mécanisme même de l’élection. Ce sont (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) quelqu’un a dit il y a vingt ans : "vous pouvez croire tout ce qu’on raconte sur cet homme, sauf qu’il est mort".

(...) Ce lieu sera pour toujours un témoignage de lutte, un appel à l’humanisme. Il sera aussi un hommage permanent à une génération qui voulait transformer le monde, et à l’esprit rebelle et inventif d’un artiste qui contribua à forger cette génération et en même temps en est un de ses symboles les plus authentiques.

Les années 60 étaient bien plus qu’une période dans un siècle qui touche à sa fin. Avant toute chose, elles ont été une attitude face à la vie qui a profondément influencé la culture, la société et la politique, et a qui a traversé toutes les frontières. Un élan novateur s’est levé, victorieux, pour submerger toute la décennie, mais il était né bien avant cette époque et ne s’est pas arrêté depuis. (...)

Avec une animosité obstinée, certains dénigrent encore cette époque - ceux qui savent que pour tuer l’histoire, il faut d’abord lui arracher le moment le plus lumineux et le plus prometteur. C’est ainsi que sont les choses, et c’est ainsi qu’elles ont toujours été : pour ou contre les années 60.

Ricardo Alarcon,
président de l’Assemblée Nationale de Cuba
Allocution lors de l’inauguration de la statue de John Lennon à la Havane, Décembre 2000

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.