RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Désinformation & Propagande

La nouvelle guerre de l’information ou "La vérité si je mens"

Djamel LABIDI

Beaucoup ont du certainement le remarquer, le système d'information occidental, lorsqu'il s'agit de la guerre en Ukraine, devient atypique ; il n'obéit plus à aucune norme traditionnelle de l'information.

Avant une information était sourcée, datée, infirmée ou confirmée, validée ou démentie , certifiée, documentée. L'émetteur de l'information engageait sa crédibilité voire, dans certains cas, son honneur professionnel. C'était même là, la différence revendiquée par l'information professionnelle vis-à-vis des réseaux sociaux La CIA, une agence de presse Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. La CIA et le Pentagone, la direction du renseignement américain sont devenus de véritables agences de presse. Elles en exercent les fonctions. Elles produisent à longueur de journée des informations, des analyses, des prévisions, des anticipations, des communiqués qui sont repris et amplifiés par tous les médias occidentaux sans l'ombre d'une évaluation critique. Lorsque l'information se révèle fausse et quand l'évènement annoncé à grand matraquage informatif, n'arrive pas, on ne s'en émeut même pas, on ne dément rien, on ne s'excuse de rien, on ne met pas en doute la source, et même, spectacle stupéfiant, aberrant, on fait même (...) Lire la suite »
14 

Des responsables américains admettent qu’ils sont littéralement en train de mentir au public à propos de la Russie.

Caitlin JOHNSTONE
NBC News a publié un nouveau rapport citant plusieurs responsables américains anonymes, intitulé de manière humoristique "En rupture avec le passé, les États-Unis utilisent les renseignements pour mener une guerre de l'information avec la Russie, même lorsque les renseignements ne sont pas solides comme le roc". Les responsables affirment que l'administration Biden a rapidement diffusé des "renseignements" sur les plans de la Russie en Ukraine qui sont "peu fiables" ou "fondés davantage sur l'analyse que sur des preuves tangibles", voire tout simplement faux, afin de mener une guerre de l'information contre Poutine. Le rapport indique qu'à cette fin, le gouvernement américain a délibérément fait circuler des allégations fausses ou mal étayées sur l'imminence d'attaques à l'arme chimique, sur les projets russes d'orchestrer une attaque sous faux drapeau dans le Donbass pour justifier une invasion, sur les conseillers de Poutine qui le désinforment et sur la Russie qui cherche à s'approvisionner en (...) Lire la suite »
28 

Est-ce de la propagande russe ?

Caitlin JOHNSTONE
Nous risquons une troisième guerre mondiale très rapide et très radioactive pour défendre la "démocratie" d'une nation dont le gouvernement interdit les partis d'opposition, emprisonne les opposants politiques, ferme les médias d'opposition et reçoit tous ses ordres de Washington en raison d'un coup d'État soutenu par les États-Unis en 2014. "Défendre la démocratie ukrainienne" a autant de sens que "Défendre les ports maritimes de Mongolie". *** Les puissances responsables de la destruction de l'Irak, de l'Afghanistan, de la Libye, de la Syrie et du Yémen sont les mêmes puissances auxquelles nous faisons confiance pour naviguer prudemment dans des escalades nucléaires extrêmement délicates sans mettre fin au monde. "Détendez-vous, personne ne va déclencher une guerre nucléaire" est une croyance qui repose sur l'hypothèse que l'empire qui a mis à sac ces nations, tout en détruisant notre environnement et en rendant tout le monde fou et misérable, est suffisamment compétent pour marcher sur cette (...) Lire la suite »

L’article du British Medical Journal qui a mis en évidence la politisation du "Fact checking"

Matt TAIBBI
Les « Fact Checkers » (« vérificateurs de faits ») qui ont signalé pour Facebook l'article de Paul Thacker dans le British Medical Journal sur un sous-traitant de Pfizer ont admis qu'ils surveillaient la narration et non les faits. En février 2010, le New York Times a publié en première page un article intitulé "La recherche lie le médicament contre le diabète aux problèmes cardiaques". L’introduction de l’article était le suivant : Des centaines de personnes prenant de l'Avandia, un médicament controversé contre le diabète, souffrent inutilement de crises cardiaques et d'insuffisance cardiaque chaque mois, selon des rapports gouvernementaux confidentiels qui recommandent le retrait du médicament du marché. L'article du Times cite un rapport interne de la FDA [agence de contrôle et de régulation aux EU] qui indique que le médicament contre le diabète Avandia de GlaxoSmithKline, également connu sous le nom de Rosiglitazone, a été "lié" à 304 décès en 2009, ajoutant la conclusion des deux médecins qui (...) Lire la suite »
19 

Le renseignement américain a trouvé ... des allégations faciles à réfuter concernant une attaque russe contre l’Ukraine.

Moon of Alabama
Il y a quelques années : Dans son message sur l'état de l'Union en janvier, le président Bush a cité avec satisfaction le rapport. "Le gouvernement britannique a appris que Saddam Hussein a récemment cherché à obtenir d'importantes quantités d'uranium en Afrique", a déclaré Bush. ... Jeudi, debout aux côtés du Premier ministre britannique Tony Blair, M. Bush a déclaré à propos de la Grande-Bretagne : "Non seulement nos services de renseignement, mais aussi ceux de ce grand pays ont démontré de manière claire et convaincante que Saddam Hussein constituait une menace pour la sécurité et la paix." Aujourd'hui : Alors que la tension monte entre Washington et Moscou au sujet d'une éventuelle invasion russe en Ukraine, les services de renseignement américains ont découvert que le Kremlin planifie une offensive à plusieurs fronts dès le début de l'année prochaine, impliquant jusqu'à 175 000 soldats, selon des responsables américains et un document de renseignement obtenu par le Washington Post. ... "Les plans (...) Lire la suite »
Ce texte a été censuré par Change.Org

Appel pour le droit de parler autrement de la Chine

Jean-Pierre PAGE, Aymeric MONVILLE

Dans le concert des médias alertant sur le prétendu « génocide » ouïghour, on n'a guère vu de génocide, mais au moins, en France, un véritable passage à tabac. Celui de Maxime Vivas, écrivain français qui s’est rendu par deux fois au Xinjiang, a publié en décembre 2020, un livre (« Ouïghours, pour en finir avec les fake news », éditions « la Route de la soie ») et a depuis codirigé avec Jean-Pierre Page l’ouvrage « La Chine sans œillères » (juillet 2021, éditions Delga) écrit par 17 intellectuels venus des 5 continents.

Appel Nous revendiquons le droit de parler autrement de la Chine. Dans le concert des médias alertant sur le prétendu « génocide » ouïghour, on n'a guère vu de génocide, mais au moins, en France, un véritable passage à tabac. Celui de Maxime Vivas, écrivain français qui s’est rendu par deux fois au Xinjiang, a publié en décembre 2020, un livre (« Ouïghours, pour en finir avec les fake news », éditions « la Route de la soie ») et a depuis codirigé avec Jean-Pierre Page l’ouvrage « La Chine sans œillères » (juillet 2021, éditions Delga) écrit par 17 intellectuels venus des 5 continents. On aura vu s'abattre sur Maxime Vivas une avalanche d’injures et de calomnies : « idiot utile, dingo, individu, auteur absurde, extrémiste, complotiste, porte-plume et perroquet des Chinois, acheté par la Chine, relais de la propagande chinoise, fantaisiste, fondateur d’un site qui publie des articles d’extrême droite » et, pour finir, le coup de grâce par le procédé du « reductio ad hitlerum », l’écrivain est « rouge-brun », (...) Lire la suite »
81 

l’État profond veut maintenant coloniser les médias indépendants (Consortium News)

Patrick Lawrence
Regardez et écoutez, ô vous qui avez les yeux et les oreilles ouverts. La longue, très longue campagne de l'État de sécurité nationale pour contrôler notre presse et nos radiodiffuseurs a pris une nouvelle tournure ces derniers temps. Si les médias indépendants sont ce qui maintient en vie l'espoir d'un quatrième pouvoir vigoureux et authentique, comme nous l'avons soutenu à plusieurs reprises dans cet espace, les médias indépendants font maintenant l'objet d'un effort insidieux et profondément anti-démocratique pour les miner. Le Consortium indépendant des journalistes d'investigation, Frances Haugen, Maria Ressa : Considérons cette institution et ces personnes. Ce sont tous des fraudeurs, si par fraudeur on entend qu'ils ne sont pas ce qu'ils prétendent être et que leur prétention à l'indépendance vis-à-vis du pouvoir est bidon. L'État profond - et à ce stade, c'est une plaisanterie que de s'opposer à ce terme - s'est depuis longtemps fixé comme priorité de mettre la presse et les radiodiffuseurs (...) Lire la suite »
L’analyse d’une historienne

Sur les influenceurs sinophobes parfois rémunérés

Annie LACROIX-RIZ

J’ai lu, avec un grand retard que je déplore, l’article du Monde du 3 septembre qui relaie avec chaleur le rapport intitulé « Les opérations d’influence de la Chine », dû à Paul Charon et Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, et que les deux journalistes-relais, Nathalie Guibert et Brice Pedroletti, présentent avec emphase en ces termes : « une étude exhaustive de 600 pages, publiée lundi 20 septembre au terme de deux ans de travail par l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire (Irsem) ».

On lira aussi avec profit la biographie d’un des deux auteurs du présumé chef-d’œuvre, Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, passé par l’université Yale, une des étapes obligées de « la classe dirigeante atlantique » chauffée aux États-Unis depuis 1945, voire avant (Van der Pijl Kees, The Making of an Atlantic Ruling Class, Londres, Verso, 2012, 1e éd., 1984) « actuellement directeur de l'Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM) [français, rappelons-le] et membre du Academic Advisory Board du Collège de Défense de l’OTAN ». Ce prototype du chercheur (statut qui suppose un minimum d’indépendance intellectuelle ou d’absence de liens avec les puissants et du temps disponible pour la recherche) ouvertement atlantiste, russophobe et sinophobe, se réclame, comme il l’a écrit en 2013 dans la célèbre revue atlantico-européiste Commentaire (vol. 36, no 141,‎ 2013, p. 13-20) fondée en 1978 par Raymond Aron ». Ce concept est cher à ses prédécesseurs, Raymond Aron, Stanley Hoffmann et Pierre Hassner, (...) Lire la suite »
10 

Le livre de Ben Rhodes prouve les mensonges des responsables d’Obama et les siens, sur Edward Snowden et la Russie

Glenn GREENWALD

Il est difficile d’exagérer la sociopathie des responsables de la sécurité nationale américaine : leur volonté de mentir de façon éhontée sur les sujets les plus graves est sans limite.

Depuis qu'Edward Snowden a reçu l'asile de la Russie en 2013, les responsables d'Obama n'ont cessé de dénigrer ses motivations et son patriotisme en invoquant son "choix" d'y élire domicile. Il est clair depuis longtemps que ce récit est un mensonge : Snowden, après avoir rencontré des journalistes à Hong Kong, n'avait l'intention que de transiter par Moscou puis par La Havane pour demander l'asile en Amérique latine. Il a été délibérément empêché de quitter la Russie - piégé dans l'aéroport de Moscou - par les fonctionnaires d'Obama qui ont ensuite cyniquement utilisé sa présence sur place pour laisser entendre qu'il était un hypocrite des libertés civiles pour avoir "choisi" de vivre dans un pays aussi répressif ou, pire encore, un agent du Kremlin ou un espion russe. Mais nous avons maintenant la preuve absolue et définitive que Snowden n'a jamais eu l'intention de rester en Russie mais qu'il a été délibérément empêché de partir par les mêmes fonctionnaires d'Obama qui ont exploité la situation (...) Lire la suite »

La révélation la plus terrifiante de Wikileaks : à quel point nos gouvernements nous mentent (Alternet.org)

Fred BRANFMAN
[Cet article date de janvier 2011] « J'aurais beau essayer, je ne peux pas rester sourd aux souffrances. Peut-être lorsque je serais vieux, j'accepterai la souffrance avec insouciance. Mais pas maintenant ; les hommes dans la force de l'âge, s'ils ont des convictions, se doivent d'agir en conséquence. » Julian Assange, 2007 Pensez-vous qu'il est dans l'intérêt des Américains qu'un petit groupe de dirigeants décide unilatéralement d'assassiner, de mutiler, d'emprisonner et/ou de torturer selon leur bon vouloir n'importe qui, n'importe où dans le monde, sans que leurs concitoyens ou la communauté internationale soient au courant, sans un droit de regard ? Et, malgré leurs échecs répétés pour protéger l'Amérique - d'Indochine à l'Iran en passant par l'Irak - croyez-vous qu'ils devraient être autorisés à étendre clandestinement leurs guerres sans débat public ? Si c'est le cas, alors vous trahissez les principes sur lesquels l'Amérique a été fondée, vous mettez la nation en péril et vous faites preuve d'une (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 490