RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les droits des Palestiniens et le conflit syro-égyptien

Éclairage

Au Liban, un dossier épineux en chasse l’autre sans jamais avoir été réglé. Le dernier exemple en date est celui des droits des Palestiniens, revenu sur l’avant de la scène sans qu’on sache trop comment et qui est en train d’être relégué élégamment vers une voie de garage.

Au départ, c’est le chef du PSP Walid Joumblatt qui est à l’origine du retour de ce dossier au premier plan de l’actualité interne. Pour Joumblatt, il s’agissait d’une initiative tout à fait naturelle qui s’inscrit dans la continuité de sa nouvelle tendance politique ; et l’on sait ce que la cause palestinienne représente pour lui et ce qu’elle représentait pour son père. Il voyait donc dans le projet de loi, destiné à accorder des droits civils aux réfugiés palestiniens, une démarche nécessaire pour confirmer son retour à ses thèmes de base, d’avant 2005. Mais sans doute mal préparée et peu coordonnée avec ses partenaires, l’initiative s’est heurtée à une violente opposition, notamment de la part de tous les partis chrétiens, y compris le bloc Aoun. Dans le climat actuel de tension, chaque camp a voulu utiliser ce dossier pour consolider sa crédibilité interne, et le dossier des droits civils des réfugiés palestiniens est devenu un nouveau sujet de polémique. C’est alors que l’ancien Premier ministre Fouad Siniora, désormais chef du bloc parlementaire « Liban d’abord », a repris le sujet à son compte et il a entrepris de préparer un autre projet de loi, plus « soft », mais dans la même direction. Son projet comporte toutefois un point très délicat qui consiste dans la définition du réfugié palestinien et qui peut être considéré comme un précédent dangereux vis-à -vis de la communauté internationale. Dans le projet, sont ainsi considérés comme réfugiés bénéficiant des droits civils les Palestiniens de 48, mais aussi ceux de 67 et de 70, ainsi que les non-inscrits et les résidents permanents. En d’autres termes, le Liban devient responsable de tous les réfugiés palestiniens sur son sol et pas seulement ceux de 48... Siniora a ensuite entamé une campagne auprès de ses alliés et des autres parties libanaises pour pousser vers l’adoption du projet de loi. Le député Nohad Machnouk s’est chargé d’en convaincre certains, alors que Fouad Siniora a préféré en parler directement avec les Forces libanaises et les Kataëb. Les premières ont accepté la nouvelle version, ou en tout cas ont assoupli leur position, mais les Kataëb ont maintenu leur refus. Ils étaient d’ailleurs catégoriques, notamment à travers le député Samy Gemayel, qui n’a rien voulu entendre. Il a ensuite tenu une réunion avec son collègue du Bloc du changement et de la réforme, Ibrahim Kanaan, dans une volonté évidente de coordonner les positions avec les aounistes sur cette question. En attendant, le président de la Chambre a choisi de ralentir le processus d’étude de ce projet par les commissions parlementaires, pour permettre aux positions des uns et des autres de se décanter.

Mais au-delà de cette chronologie des faits, les interprétations commencent à se multiplier.Selon de nombreux observateurs, ce dossier reflète en réalité la tension sous-jacente entre la Syrie et l’Égypte. Des sources proches de la Syrie révèlent ainsi que, depuis le sommet de Libye en mars dernier, les relations entre les deux pays se sont détériorées. A cette époque, le président Hosni Moubarak se remettait, à Charm el-Cheikh, des suites d’une intervention chirurgicale subie en Allemagne et le président Bachar el-Assad avait émis le souhait de lui rendre visite pour lui souhaiter bon rétablissement. Mais lorsqu’il a téléphoné pour parler à son homologue égyptien, il lui a été répondu sèchement que ce dernier est étendu et ne pouvait pas lui parler pour l’instant. Assad n’a jamais été rappelé, et, selon les mêmes sources, il se serait promis de ne plus tenter de voir le président Moubarak.
Entre-temps, et dans une tentative de renouer les liens coupés, le général Omar Sleimane s’est rendu à Damas pour évoquer entre autres quatre dossiers en suspens entre les deux pays : la réconciliation interpalestinienne, la formation du gouvernement irakien, le nucléaire iranien et la situation libanaise. Sur les quatre dossiers, les positions étaient divergentes et la visite a été un échec.

Les sources proches de la Syrie estiment ainsi que depuis ces développements et alors que l’Égypte est dans une mauvaise posture en Afrique, à cause de l’indépendance du Sud-Soudan et la nouvelle politique de l’Éthiopie de construire des barrages pour obtenir ses droits sur les eaux du Nil, Le Caire aurait choisi de revenir en force sur la scène libanaise, pour ne pas la laisser entre les mains de la Syrie, maintenant que l’Arabie saoudite a plus ou moins levé le pied face à Damas. Les mêmes sources ajoutent ainsi que la décision de recevoir le chef des Forces libanaises Samir Geagea au Caire, ainsi que la récupération du dossier des droits palestiniens par l’ancien Premier ministre Fouad Siniora s’inscriraient dans ce cadre, comme la reprise de service du mufti du Mont-Liban, cheikh Mohammad Ali Jouzou, considéré comme proche de l’Égypte.
Selon les sources proches de la Syrie, les Palestiniens proches de l’Égypte, dans les camps du Liban et en particulier à Aïn el-Héloué, seraient aussi en train de se réorganiser, face aux partisans du Hamas et des organisations prosyriennes, au cas où...

Dans ce contexte de lutte sourde entre Damas et Le Caire, le dossier des droits palestiniens prend une tout autre dimension et ce serait pour bien expliquer sa position, rejetant toute politisation de la question et toute tentative de lui donner une dimension régionale, que le chef du PSP Walid Joumblatt a rencontré le chef du CPL le général Michel Aoun, lundi soir, au domicile du député Naji Gharios à Hazmieh. Joumblatt ne veut pas que son initiative alimente le bras de fer entre la Syrie et l’Égypte, et il insiste sur le fait qu’elle a des objectifs essentiellement humanitaires. C’est sans doute ce qu’il a répété au général Aoun. Mais au Liban, en l’absence de consensus interne, la guerre des autres se poursuit de façon continue sur son territoire, même si les protagonistes changent de manière tout aussi permanente.

Scarlett HADDAD

URL de cet article 11083
  

Même Thème
Résistant en Palestine - Une histoire vraie de Gaza.
Ramzy BAROUD
Comprenez, de l’intérieur de Gaza, comment le peuple palestinien a vécu la signature des Accords d’Oslo : les espoirs suscités et immédiatement déçus, la désillusion et la colère suscitée par l’occupation et la colonisation israéliennes qui continuent... La seconde Intifada, et la montée politique du Hamas... Né à Gaza en 1972, Ramzy BAROUD est un journaliste et écrivain américano-palestinien de renommée internationale. Rédacteur en chef de The Brunei Times (version papier et en ligne) et du site Internet (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Comment devenir un expert médiatique millionnaire :

- Ne jamais avoir la moindre idée de ce dont vous parlez.
- Avoir systématiquement tort sur tout.
- Ne jamais admettre qu’on vous a prouvé que vous aviez tort.
- Dire la vérité uniquement lorsque cela sert le pouvoir.
- Ne jamais recevoir d’invités de gauche ou anti-impérialistes.

Caitlin Johnstone

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.