RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les Etats-Unis interdisent l’espace aérien à l’intellectuelle mexicaine Raquel Gutiérrez (Rebelion)

Les États-Unis ont interdit le transit aérien d’un avion de ligne de la Compagnie Aeroméxico vers l’Europe à cause de la présence à bord de l’intellectuelle indigéniste Raquel Gutiérrez qui s’est vue obligée de descendre de l’avion sans qu’aucune explication rationnelle ne lui soit donnée.

Le gouvernement des États-Unis a obligé les autorités aéronautiques du Mexique à suspendre un vol à destination de Rome, (Italie), simplement pour empêcher le voyage d’une citoyenne mexicaine vers cette ville où elle avait des engagements universitaires. Cet évènement non seulement a causé un lourd préjudice économique et professionnel à la compagnie aérienne concernée - Aeroméxico - et aux autres passagers, mais il a violé de façon éhontée les droits civiques de la citoyenne « visée » par les organismes de sécurité nord-américains qui ont enfreint ses droits en lui interdisant le survol du territoire des États-Unis qui est pourtant la route obligée pour se rendre en Europe.

Cet incident inouï s’est produit au cours de la nuit du mercredi 20 juillet lorsque fut communiquée au vol 033 d’Aéromexico, à destination de Barcelone, (avec correspondance pour Rome), l’interdiction de survoler l’espace aérien nord-américain parce que se trouvait à bord une passagère « fichée » par la CIA : la sociologue Raquel Gutiérrez Aguilar, universitaire qui a vécu en Bolivie plus de 20 ans et qui a participé à la lutte des peuples indigènes qui aujourd’hui construisent leur propre État sur ce territoire multinational andin-amazonien.

Les contrôleurs aériens des États-Unis ont contraint l’avion d’Aéroméxico à se poser à Monterrey où Raquel Gutiérrez a été sortie de l’avion et à qui il fut expliqué que le gouvernement nord-américain s’opposait à ce qu’elle vole au-dessus du territoire des Etats-Unis.

« Lorsque je suis arrivée à la porte de l’avion avec tout mon bagage à main, il y avait des policiers de la Police Fédérale Mexicaine et deux ou trois fonctionnaires d’Aeroméxico ; ils m’ont demandé une fois encore de décliner mon identité et de descendre de l’avion. Je leur ai dit que je ne descendrais pas tant qu’ils ne m’auraient pas expliqué ce qui se passait. Ils m’ont répondu que le gouvernement des États-Unis avait refusé le transit de l’avion pour la seule raison que je me trouvais à bord » a déclaré Raquel Gutiérrez en personne à la presse et cette déclaration a causé, en Bolivie, une stupeur et une indignation unanime.

L’universitaire mexicaine ne se rendait absolument pas aux États-Unis ; elle ne devait même pas y faire une brève escale et elle ne voyageait pas non plus à bord d’un avion des États-Unis. Dans sa lettre de protestation Raquel Gutierrez informe qu’elle voyageait depuis Mexico DF à destination de Barcelone dans un avion de la compagnie mexicaine Aeroméxico et qu’à Barcelone il était prévu qu’elle prenne un vol d’Alitalia à destination de Rome.

Il est surprenant et inquiétant que les autorités des États-Unis aient eu connaissance par avance des identités des passagers des vols habituels d’Aeroméxico et d’Alitalia et il est plus déconcertant encore que le gouvernement des États-Unis ait causé en toute impunité un tort économique considérable à la compagnie mexicaine en l’obligeant à se dérouter et à modifier un itinéraire transcontinental seulement parce qu’il a pris fantaisie à la CIA d’interdire que Raquel Gutiérrez survole le territoire des États-Unis en tant que passagère banale d’un vol commercial ordinaire.

Wilson Garcà­a Mérida

Rebelión : http://www.rebelion.org/noticia.php?id=132849

Traduit par Manuel Colinas Balbona pour Le Grand Soir

Note personnelle du traducteur :

Rappelons qu’un fait semblable est survenu à l’encontre du journaliste Hernando Calvo Ospina, en avril 2009, lorsque le Boeing 737 du vol 438 d’Air France a été détourné sur ordre des Etats-Unis.

Cf :

http://www.legrandsoir.info/L-homme-qui-fait-trembler-les-USA.html

et…

http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20090424.BIB3348/l-039-editeu...

Question subsidiaire : Quand les États « libres » et « indépendants » du monde « libre », occidental ou non, se décideront-ils à appliquer cette même interdiction de leur espace aérien aux avions des États-Unis lorsque se trouvera à bord tout citoyen des États-Unis qui déplaira à la nation concernée : agent de la CIA déguisé en diplomate - militaire criminel et comploteur - ambassadeur qui enfreint son statut diplomatique - agent de la CIA sous couverture de faux membre d’ONG - trafiquant - marchand d’armes - prédateur de Wall Street - militaire agresseur en Afghanistan, Irak… - assassin de cibles civiles en territoire étranger sans déclaration de guerre (Pakistan, Libye, Grenade, Bolivie, etc.) - assassin de Ben Laden, Che Guevara, Patrice Lumumba…, sans procès ni preuves juridiques de culpabilité - complices et protecteurs de terroristes notoires : Orlando Bosch, Luis Posada Carriles… - journalistes menteurs et espions à la Murdoch - financiers escrocs à la Madoff, etc. - ??? jusqu’à obtention de l’abolition totale et définitive de ces atteintes inacceptables aux règlements internationaux de la part des Etats-Unis.

URL de cet article 14253
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

https://lesmutins.org/hacking-justice

à partir du 17 novembre, le film sera suivi de débats aux séances de 20h les lundi, mercredi, Vendredi. Calendrier : https://lesmutins.org/hacking-justice?tab=projections

Même Thème
L’Etat voyou
William BLUM
Quatrième de couverture « Si j’étais président, j’arrêterais en quelques jours les attaques terroristes contre les États-Unis. Définitivement. D’abord, je présenterais mes excuses à toutes les veuves, aux orphelins, aux personnes torturées, à celles tombées dans la misère, aux millions d’autres victimes de l’impérialisme américain. Ensuite, j’annoncerais aux quatre coins du monde que les interventions américaines dans le monde sont définitivement terminées, et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51e (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La Colombie est lentement assassinée par le gouvernement narco-paramilitaire sur orbite des USA. 65 massacres pour la seule année 2021 avec plus de 240 victimes, 106 leaders sociaux et 33 signataires des accords de paix assassinés, 102 personnes tuées au cours des manifestations.

Thierry Deronne

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.