RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les fossoyeurs de l’empire

photo : la hyper-réactionnaire Illeana Ros-Lehtinen, actuellement présidente de la Commission des Affaires Etrangères de la Chambre des Représentants.

Si l’intention de Ros-Lehtinen est de discréditer la politique étrangère US, elle est sur la bonne voie…

SI son objectif est de discréditer la politique étrangère des États-Unis et d’exhumer les concepts les plus rétrogrades de la Guerre froide, Ileana Ros-Lehtinen et ses collègues du Comité des Affaires étrangères de la Chambre des représentants nord-américains réalisent un travail d’exception.

Apparemment éprouvé par la vague de chaleur tropicale qui est montée ces derniers jours depuis la Caraïbe jusqu’au Canada, le clan d’extrême droite qui contrôle la politique étrangère à la Chambre basse du Capitole a produit un nombre, certainement record, de résolutions grossièrement impérialistes inspirées par le mépris, y compris la haine de tout ce qui ne s’agenouille pas devant le pouvoir impérial.

Commençons par Cuba : Ros-Lehtinen et son bras droit, Connie Mack, ont voté successivement en faveur de la privation des Cubano-américains du droit de voyager dans leur pays d’origine, comme au temps de l’ère Bush, et d’abroger les accords signés par Barack Obama autorisant un certain nombre de Nord-Américains de visiter Cuba, sous certaines conditions.

Dans son délire, Ros-Lehtinen a même fustigé les Cubano-américains qui rendent visite à leur famille ; elle a également voulu interdire le départ de vols à destination de Cuba depuis les aéroports des États-Unis, allant jusqu’à menacer les fonctionnaires pour qu’ils cessent de délivrer des autorisations de voyage que permet la loi.

ILS S’EN PRENNENT MÊME A L’OEA

Venons-en maintenant à l’Amérique latine, que ce clan qui a toujours vécu à Miami considère aux portes de l’enfer : Ros-Lehtinen et les siens ont voté en faveur de la suppression de toute aide nord-américaine à l’Argentine, à l’Équateur, à la Bolivie, au Nicaragua et au Venezuela, sauf bien sûr à l’USAID et autres agences de pénétration dont les tâches d’intelligence sont indispensables.

Par ailleurs, la bande de Ros-Lehtinen s’est prononcée contre l’apport de financement de l’USAID aux pays qui, et c’est un comble : « ne votent pas avec les États-Unis à l’ONU ».

Le noyau de celle qu’on appelle « La sorcière du Capitole » s’est même prononcé pour mettre fin au financement de Organisation des États américains (OEA), qui n’est rien d’autre qu’un appendice du Département d’État.

Et comme si la politique américaine envers le Moyen Orient n’était pas suffisamment méprisable compte tenu des multiples agressions contre l’Irak, l’Afghanistan et la Libye, ainsi que des menaces quotidiennes contre l’Iran, la Syrie et le Yémen, Ros-Lehtinen et son clan exigent maintenant tout un chapelet de conditions pour une assistance étasunienne, alors qu’ils soutiennent avec une fermeté coupable l’attribution traditionnelle d’une aide militaire et de prêts multimillionnaires à Israël, le pays qui dispose du plus grand nombre de lobbyistes dans les cercles du pouvoir de Washington.

Ils ont même réactivé la proposition poussiéreuse de déplacer à Jérusalem l’ambassade nord-américaine en Israël, alors qu’on refuse, de toute évidence pour plaire à la nation sioniste, l’aide à l’Égypte et au Yémen, sous le prétexte que ces pays sont sous le contrôle d’une « organisation terroriste étrangère ».

Quant au Liban et à l’Autorité nationale palestinienne (ANP), ils sont tous deux sont considérés comme faisant partie des réseaux du Hezbollah et du Hamas, et doivent être exclus de la distribution des bontés impériales.

Bien entendu, le Pakistan subit le chantage subtil dont Washington a habitué sa clientèle de bénéficiaires : la secrétaire d’État doit assurer le Congrès qu’Islamabad coopère servilement avec les opérations controversées « antiterroristes » des États-Unis.

« AU BORD DU PRÉCIPICE »

« Nous sommes sur le point de sortir de cette planète », a signalé le représentant Gary Ackerman, après avoir fait le bilan du délire de ses collègues.

Le désespoir de Ros-Lehtinen, de Mack et autres officiants de cette cérémonie, incompréhensible pour qui n’arpente pas les couloirs du capitole et n’est pas familiarisé avec sa faune, est directement issu de l’idéologie fascisante de l’extrême droite du Sud de la Floride.

Les déclarations ouvertement putschistes de Roger Noriega, l’ancien sous-secrétaire d’État pour l’Amérique latine, contre le Venezuela, viennent compléter le panorama du surgissement à Washington d’un cercle de fanatiques qui prétendent prendre le contrôle, aujourd’hui ou lors des proches présidentielles, de la politique étrangère d’un empire en plein déclin.

Noriega s’est occupé d’appeler les opposants vénézuéliens, déjà payés par les organes de subversion et de déstabilisation, « à se préparer » pour profiter de l’état de santé du président Hugo Chavez, et le priver du pouvoir par une nouvelle tentative de coup d’État.

A Washington comme à Miami, la mentalité putschiste qui amène à proposer des mesures extrêmes est le produit d’un même objectif : conquérir le pouvoir à coup de mensonges et de tromperies.

Un projet qui, au bout du compte, pourrait bien être celui des fossoyeurs d’un empire profondément malade.

Jean-Guy Allard

http://www.granma.cu/frances/internationales/28julfossoyeurs.html

URL de cet article 14339
  

Même Thème
Hillary Clinton, la « Reine du Chaos »
Diana JOHNSTONE
1. Dans votre dernier livre, vous appelez Hillary Clinton la « Reine du Chaos. » Pouvez-vous expliquer pourquoi vous avez choisi ce sobriquet péjoratif pour décrire Hillary ? En un mot, la Libye. Hillary Clinton était si fière de son rôle majeur dans le déclenchement de la guerre contre la Libye qu’elle et ses conseillers avaient initialement prévu de l’utiliser comme base d’une « doctrine Clinton », ce qui signifie une stratégie de changement de régime façon « smart power » , comme un slogan de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Que vaut un cambriolage de banque face à la création d’une banque ?

Bertolt Brecht

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.