RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les Marches Internationales vers Bruxelles - Acte 2

Explorateur de sa conscience, il marche. Du cosmos à la politique, il marche. C’est la voie qu’il a choisie. Celle qui lui permet de redonner sa place à sa pensée. De réconcilier l’espace public et la nature. Celle sur laquelle il a misé pour se réaliser. Son sérum, son élixir, sa quête vers un nouveau paradigme. Ce marcheur, c’est cette femme ou cet homme qui gravite et opère une révolution, en orbite autour de l’axe de sa vie, en phase avec le présent perpétuel et conscient de l’irréalité du futur. Il observe, il envisage, il réfléchit, agit, ressent et réalise qu’il n’est qu’une particule dans l’univers.

Nos idées tournent, tournent sur elles-mêmes, comme la terre tourne sur elle-même et à travers elle, elles tournent autour du soleil. Au-delà de nos perceptions les plus apparentes, nous sommes des voyageurs du cosmos, inexorablement embrigadés dans l’espace intergalactique, que nous en soyons conscients ou non. Le mouvement est en nous. Il régit chaque vaisseau sanguin, chaque nerf, chaque neurone de notre corps. Nous sommes des organismes vivants en mouvement dans un monde en mouvement, En un mot : nous sommes le mouvement, nous efforçant de figer les évènements en tentant de saisir leur essence et leur devenir, prédicateurs de la première heure qui lorsqu’ils ouvrent leurs yeux chaque matin ne peuvent voir au-delà des murs de leurs chambres.

Le temps guérit de tout sauf de la vérité. Avec le temps va tout s’en va, sauf notre conscience. Tout au long de nos révolutions, nous observons et explorons le champ des possibles ainsi que les chants de leurs danses, lorsqu’ils s’attrapent la main et puis se relachent, n’existant que par intermittences, nous rappelant que nous sommes voués à revenir à nous-mêmes. Leur partage n’occupe qu’un segment sur la ligne du temps, une lettre dans un mot, lui-même coincé dans une phrase, elle-même traçant les contours de son contexte au travers des yeux du lecteur mais un jour viendra, où les mains des possibles ne se relacheront plus, et que les voyageurs du cosmos décideront réellement de leur présent.

Littéralement,
Badi Baltazar

www.lebuvardbavard.com

URL de cet article 14557
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Cuba est une île
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur " Cuba est une île. Comment l’aborder ? S’agit-il de procéder à des sondages dans ses eaux alentours de La Havane, là où gisent toujours les épaves des galions naufragés ? Ou encore, aux côtés de l’apôtre José Marti, tirerons-nous une barque sur la petite plage d’Oriente, et de là le suivrons -nous dans la guerre d’indépendance ? Alors, est-ce qu’il l’a gagnée ? C’est compliqué ! L’écriture hésite, se veut pédagogique pour exposer les conséquences de la nomenclature sucrière. L’épopée (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Je n’en dors pas la nuit de voir comment, au cours des 11 dernières années, nous, journalistes, activistes, intellectuels, n’avons pas été capables d’arrêter ce monde à l’envers dans lequel de courageux dénonciateurs et éditeurs vont en prison tandis que des criminels de guerre et des tortionnaires dorment paisiblement dans leur lit."

Stefania Maurizi
28 octobre 2021, au cours du procès d’appel en extradition de Julian Assange

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.