RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les paramilitaires admettent leur origine liée à l’Etat Colombien

Des ex-membres des Autodéfenses Unies de Colombie (AUC - paramilitaires) ont affirmé à travers une lettre dirigée à tous les colombiens engagés dans la paix, que l’origine de ce groupe paramilitaire est liée à l’Etat.

«  Notre nature est liée à l’Etat, nous sommes nés de ses entrailles, nous avons été formés par des agents et des structures étatiques » ont souligné les signataires de la missive, incarcérés dans le Centre de Détention Fédérale de la ville de Miami, Etat nord-américain de Floride.

La lettre - expliquent-ils - a été rédigée suite aux déclarations «  tendancieuses et perverses » de Luis Carlos Restrepo, ex-mandaté pour la Paix durant le gouvernement du président à lvaro Uribe (2002-2010) qui, selon les ex-paramilitaires ont manqué à la vérité.

Ils ont ajouté que depuis le gouvernement, «  des secteurs militaires, patronaux, policiers, politiques ont ordonné des opérations ; ils nous ont appris à définir beaucoup de citoyens colombiens comme des ennemis internes, pas seulement ceux qui s’étaient soulevés en armes ».

Pour parvenir à un succès dans «  tout dialogue qui prétende obtenir la réconciliation et la paix », il est urgent de reconnaître cette origine, ont-ils averti.

«  La nature du conflit armé doit être établie pour que les choses puissent être résolues à la racine. Et aucune des tricheries et trahisons des responsables d’avoir mené le pays à la guerre ne peuvent se répéter à nouveau », ont-ils averti dans leur lettre publiée par la revue Semana.

Lors de la première réunion de Restrepo avec le commandement des Autodéfenses, il a insisté sur le fait que s’il était politique d’attaquer l’Etat, il était «  politique de vouloir s’y substituer », ont-ils rappelé.

Carlos Mario Jiménez, alias Macaco ; Javier Zuluaga Lindo, alias Gordo Lindo ; et Diego Fernando Murillo, plus connu sous le nom de «  Don Berna », trois des plus importants ex-chefs paramilitaires, considèrent qu’avec ces mots «  il leur a fait une reconnaissance politique tacite ».

Cependant, il veut nous montrer «  à l’opinion publique, comme un ramassis de bandits sans idéaux et sans objectifs politiques ».

Les signataires ont détaillé dans le texte des faits commis par l’organisation paramilitaire qui ont été indiqués par l’ex-fonctionnaire.

Ils se réfèrent, entre autres, au fait que l’ex-mandaté de Paix les a informés que la continuité et le respect des accords de paix avec les Autodéfenses dépendaient de la réélection du président Uribe (2006).

En ce sens, il «  nous a invité à l’aider dans ce but avec tous les moyens possibles, comme cela s’est fait lors de la première élection », ont-ils révélé.

Ils ont détaillé que des membres de cette organisation ont effectué des voyages à l’étranger pour chercher un soutien international au processus de paix et qui ont été avalisés en pleine connaissance de cause par Restrepo.

Selon les ex-paramilitaires, la Colombie a perdu une opportunité historique d’avancer vers la réconciliation nationale après 2003, car Restrepo n’a pas permis que de larges secteurs de la société nationale et internationale accompagnent ce processus.

Le 15 juin de cette année-là , l’Accord de Santa Fe de Ralito entre le gouvernement national et les Autodéfenses Unies de Colombie a été signé. Avec celui-ci, débutera une «  nouvelle étape de négociation » pour «  l’obtention de la paix nationale, à travers le renforcement de la gouvernabilité démocratique et le rétablissement du monopole de la force dans les mains de l’Etat »

Source : prensa-latina.cu

Traduction : Association EntreTodos-France
http://www.facebook.com/EntreTodosFrance

URL de cet article 19277
   

Même Thème
Tais toi et respire ! Torture, prison et bras d’honneur
Hernando CALVO OSPINA
Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Quelques Colombiennes et Colombiens se regroupent à Quito pour faire connaître la violence et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si la liberté a un sens, c’est celui d’avoir le droit de dire à quelqu’un ce qu’il n’a pas envie d’entendre.

George Orwell

CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.