Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Michel Foucault face au libéralisme historique.

La prise en compte politique de la population dans sa dimension biologique s’est développée dans les Etats européens au cours des 18e et 19e siècles. Les questions de santé, de natalité, d’hygiène y étaient au cœur des politiques publiques. C’est ce que Michel Foucault désigne du nom de ¨biopolitique¨ dans ses cours dispensés au Collège de France de janvier à mars 1979 ayant pour titre ¨Naissance de la biopolitique¨. Dans ce cours qui demeure d’actualité, Foucault décrit l’émergence de la ¨biopolitique¨ comme contemporaine d’une nouvelle manière de gouverner, le libéralisme, qui tente de prendre en compte le vivant au delà de sa naturalité. Comment gouverner la population inscrite dans une essentialité ? Y-a-t-il une limite au pouvoir politique sur le vivant ? Ces questions sont traitées dans la revue Raisons Politiques dont le dossier est consacré aux « néolibéralismes de Michel Foucault ».

Ce dossier interroge l’analyse foucaldienne du libéralisme. Foucault remonte jusqu’au 18e siècle pour cerner la singularité du libéralisme et ses différentes évolutions au 20ème siècle, le néolibéralisme. A noter que le libéralisme dont parle Foucault n’est ni une doctrine, ni une idéologie, mais plutôt une ¨gouvernementalité politique¨, c’est –à-dire ¨un art de conduire la conduite des autres¨. Cette gouvernementalité politique requerrait des principes de limitation pour éviter des excès de pouvoir et ne pas tomber dans le totalitarisme. Le libéralisme tel que le pense Foucault attribuerait au marché ce rôle de limitation. Ce qu’il ne va pas cesser de critiquer. Ce qui n’empêche pas certains contributeurs de ce dossier de repérer dans ces analyses foucauldiennes ¨des potentialités émancipatrices du néolibéralisme¨, selon l’expression du philosophe Maurizzio Lazzarato.

Quel rapport avec le capitalisme ? Cette question est traitée dans les deux premières contributions de la revue. Selon le philosophe Pierre Dardot, les analyses du libéralisme de Foucault nous proposent une autre méthode de compréhension du capitalisme, à partir du néolibéralisme. Au lieu de partir d’une certaine essence du capitalisme, poursuit Dardot, mieux vaut partir d’une analyse détaillée du néolibéralisme. Selon Dardot, Foucault nous explique ¨le capitalisme à la lumière du néolibéralisme¨. Quant au philosophe Stéphane Haber, il examine dans quelle mesure le néolibéralisme pensé par Foucault peut être considéré comme une phase du capitalisme. C’est pourquoi il va rapprocher le néolibéralisme d’un néocapitalisme, tout en partageant l’idée de Pierre Dardot selon laquelle il y aurait une pluralité de ¨capitalismes¨. Paradoxalement, tous deux reconnaissent qu’il y a des traits globaux et des phénomènes communs à tous ¨ces capitalismes¨, puisque, comme le soutient Haber, ¨tout n’est pas dispersif et chaotique¨.

Le dossier se termine par un article du philosophe Luca Paltrinieri qui analyse le rapport entre l’économie et la démographie dans la biopolitique foucaldienne en passant par une analyse de la notion de capital humain. Geoffroy de Lagasnerie, sociologue et philosophe, fait de cette recherche sur le libéralisme de Foucault l’¨une des incarnations contemporaines de la tradition critique¨. L’ensemble de ce dossier met en valeur les critiques de Foucault envers le libéralisme et le néolibéralisme, pour contribuer à mieux comprendre notre monde contemporain profondément marqué par un capitalisme mondialisé.

Les néolibéralismes de Michel Foucault, Raisons politiques, novembre 2013, éditions SciencesPo, 169 pages, 20 euros.

Jean-Jacques Cadet
Doctorant en philosophie

URL de cet article 24558
   
Même Thème
En finir avec l’eurolibéralisme - Bernard Cassen (dir.) - Mille et Une Nuits, 2008.
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un court ouvrage collectif, très dense, publié suite à un colloque organisé par Mémoire des luttes et la revue Utopie critique à l’université Paris 8 en juin 2008, sous la direction de Bernard Cassen, fondateur et ancien président d’ATTAC, à qui, on s’en souvient, le "non" au référendum de 2005 doit beaucoup. La thèse centrale de cet ouvrage est que l’« Europe » est, et a toujours été, une machine à libéraliser, au-dessus des peuples, contre les peuples. Dans "La fracture démocratique", (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous avez déjà accordé de l’importance à ce qui se diffuse pendant un journal télévisé, si vous vous êtes déjà intéressé à ça pendant, disons, plus de 30 secondes, c’est que vous êtes soit un de ces étudiants en comm’ qui y croit encore, soit un de ces journalistes qui voudrait nous y faire croire encore, soit vous étiez malade et alité devant la télé. Sinon, vous avez un sérieux problème de perception.

Viktor Dedaj


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.