RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Nombreux sont ceux qui ont prédit que l’expansion de l’OTAN conduirait à la guerre. Ces avertissements ont été ignorés. (The Guardian)

Il était clair depuis longtemps que l’expansion de l’OTAN conduirait à la tragédie. Nous payons maintenant le prix de l’arrogance des États-Unis.

L’offensive militaire de la Russie contre l’Ukraine est un acte d’agression qui va rendre encore plus dangereuses les tensions déjà inquiétantes entre l’OTAN et Moscou. La nouvelle guerre froide de l’Occident avec la Russie est devenue brûlante.Vladimir Poutine est le principal responsable de cette évolution, mais la politique arrogante et sourde de l’OTAN à l’égard de la Russie au cours du dernier quart de siècle mérite également une grande part de responsabilité. Les analystes attachés à une politique étrangère américaine de réalisme et de retenue ont averti depuis plus d’un quart de siècle que la poursuite de l’expansion de l’alliance militaire la plus puissante de l’histoire vers une autre grande puissance ne se terminerait pas bien. La guerre en Ukraine confirme définitivement que c’est le cas.

Réflexion sur la crise ukrainienne - les causes.

"Il serait extraordinairement difficile d’étendre l’OTAN vers l’est sans que cette action soit considérée comme inamicale par la Russie . Même les projets les plus modestes amèneraient l’alliance aux frontières de l’ancienne Union soviétique. Certaines des versions les plus ambitieuses feraient en sorte que l’alliance entoure virtuellement la Fédération de Russie elle-même."

J’ai écrit ces mots en 1994, dans mon livre Beyond Nato : Staying Out of Europe’s Wars, à une époque où les propositions d’expansion ne constituaient que des spéculations occasionnelles dans les séminaires de politique étrangère à New York et Washington. J’ajoutais que l’élargissement "constituerait une provocation inutile de la Russie".

Ce qui n’était pas connu du public à l’époque, c’est que l’administration de Bill Clinton avait déjà pris la décision fatidique, l’année précédente, de faire pression pour inclure certains anciens pays du Pacte de Varsovie dans l’OTAN. L’administration allait bientôt proposer d’inviter la Pologne, la République tchèque et la Hongrie à devenir membres, et le Sénat américain a approuvé l’ajout de ces pays au traité de l’Atlantique Nord en 1998. Il s’agissait de la première de plusieurs vagues d’élargissement des membres de l’adhésion.

Même cette première étape a provoqué l’opposition et la colère de la Russie. Dans ses mémoires, Madeleine Albright, secrétaire d’État de Clinton, concède que :

"[le président russe Boris] Eltsine et ses compatriotes étaient fortement opposés à l’élargissement, qu’ils considéraient comme une stratégie visant à exploiter leur vulnérabilité et à déplacer la ligne de démarcation de l’Europe vers l’est, les laissant ainsi isolés".

Strobe Talbott, secrétaire d’État adjoint, a décrit de la même manière l’attitude russe :

"De nombreux Russes considèrent l’Otan comme un vestige de la guerre froide, intrinsèquement dirigé contre leur pays. Ils soulignent qu’ils ont dissous le Pacte de Varsovie, leur alliance militaire, et demandent pourquoi l’Occident ne devrait pas faire de même."

C’était une excellente question, et ni l’administration Clinton ni ses successeurs n’ont fourni une réponse un tant soit peu convaincante.

George Kennan, le père intellectuel de la politique américaine d’endiguement pendant la guerre froide, a lancé un avertissement perspicace dans une interview au New York Times en mai 1998 sur ce que la ratification par le Sénat du premier cycle d’expansion de l’OTAN allait déclencher. "Je pense que c’est le début d’une nouvelle guerre froide", a déclaré Kennan. "Je pense que les Russes vont progressivement réagir de manière assez négative et que cela affectera leurs politiques. Je pense que c’est une erreur tragique. Il n’y avait aucune raison pour cela. Personne ne menaçait personne d’autre".

Il avait raison, mais les dirigeants des États-Unis et de l’OTAN ont procédé à de nouveaux élargissement, notamment en ajoutant, de manière provocante, les trois républiques baltes. Ces pays avaient non seulement fait partie de l’Union soviétique, mais aussi de l’empire russe à l’époque tsariste. En raison de cette vague d’expansion, l’OTAN est désormais perchée à la frontière de la Fédération de Russie.

La patience de Moscou à l’égard du comportement de plus en plus intrusif de l’OTAN était à bout. Le dernier avertissement raisonnablement amical de la Russie selon lequel l’alliance devait faire marche arrière remonte à mars 2007, lorsque Poutine s’est adressé à la conférence annuelle sur la sécurité de Munich. "L’OTAN a placé ses forces de première ligne à nos frontières", s’est plaint Poutine. L’expansion de l’OTAN :

"représente une grave provocation qui réduit le niveau de confiance mutuelle. Et nous avons le droit de demander : contre qui cette expansion est-elle destinée ? Et qu’est-il advenu des assurances données par nos partenaires occidentaux après la dissolution du Pacte de Varsovie ?"

Dans ses memoires, Duty, Robert M. Gates, qui a été secrétaire à la défense dans les administrations de George W Bush et de Barack Obama, a déclaré qu’il pensait que "les relations avec la Russie avaient été mal gérées après que [George HW] Bush eut quitté ses fonctions en 1993". Entre autres faux pas :

"les accords conclus par les États-Unis avec les gouvernements roumain et bulgare en vue d’assurer la rotation des troupes dans les bases de ces pays constituaient une provocation inutile."

Dans un reproche implicite au jeune Bush, M. Gates a affirmé que "la tentative d’intégrer la Géorgie et l’Ukraine dans l’OTAN était vraiment excessive". Il a affirmé que cette démarche était un cas d’"ignorance imprudente de ce que les Russes considéraient comme leurs propres intérêts nationaux vitaux".

L’année suivante, le Kremlin a démontré que son mécontentement à l’égard des incursions continues de l’OTAN dans la zone de sécurité de la Russie avait dépassé le stade des objections verbales. Moscou a exploité une provocation stupide du gouvernement pro-occidental de Géorgie pour provocartion la plus effrontée, et elle a fait monter les tensions en flèche. Moscou a immédiatement réagi en s’emparant de la Crimée et en l’annexant, et une nouvelle guerre froide s’est déclenchée avec fracas.

La crise ukrainienne aurait-elle pu être évitée ?

Les événements de ces derniers mois ont constitué la dernière chance d’éviter une guerre chaude en Europe orientale. Poutine a exigé que l’OTAN fournisse des garanties sur plusieurs questions de sécurité. Plus précisément, le Kremlin voulait des assurances contraignantes que l’alliance réduirait l’étendue de sa présence militaire croissante en Europe orientale et ne proposerait jamais l’adhésion à l’Ukraine. Il a appuyé ces demandes par un renforcement militaire massif aux frontières de l’Ukraine.

La réponse de l’administration Biden à la demande russe de concessions occidentales significatives et de garanties de sécurité a été tiède et évasive. Poutine a alors clairement décidé d’intensifier les choses. La tentative de Washington de faire de l’Ukraine un pion politique et militaire de l’OTAN (même en l’absence d’adhésion officielle du pays à l’alliance) pourrait finir par coûter cher au peuple ukrainien.

La tragédie ukrainienne.

L’histoire montrera que la façon dont Washington a traité la Russie dans les décennies qui ont suivi la disparition de l’Union Soviétique a été une erreur politique aux proportions épiques. Il était tout à fait prévisible que l’expansion de l’OTAN conduirait finalement à une rupture tragique, voire violente, des relations avec Moscou. Des analystes perspicaces avaient mis en garde contre les conséquences probables, mais ces avertissements n’ont pas été entendus. Nous payons aujourd’hui le prix de la myopie et de l’arrogance de l’establishment de la politique étrangère américaine.

Ted Galen Carpenter est chercheur principal pour les études de défense et de politique étrangère au Cato Institute. Il a été directeur des études de politique étrangère du Cato Institute de 1986 à 1995 et vice-président des études de défense et de politique étrangère de 1995 à 2011.

Ted Galen Carpenter - 28 fév 2022

Cet article a été initialement publié dans 19fortyfive.

Article d’origine : https://web.archive.org/web/20220228235613/https://amp.theguardian.com/commentisfree/2022/feb/28/nato-expansion-war-russia-ukraine

Traduction : Dom Lore https://vk.com/@653111094-nombreux-sont-ceux-qui-ont-prdit-que-lexpans...

URL de cet article 37801
  

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent.

Bertolt Brecht

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.