RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

NON à l’extradition de Sergio TORNAGHI - Pour une loi d’amnistie en Italie (Pétition + Cagnotte)

Nous avons tous été estomaqués quand nous avons appris la nouvelle. Sergio, notre pote Sergio Tornaghi, que nous connaissons depuis tant d’années et qui vit aujourd’hui, avec ses ânes et ses poules, au fin fond du Périgord Vert, venait d’être raflé au saut du lit, comme plusieurs autres réfugiés italiens des « années de plomb », quarante ans après les faits qui leur sont reprochés.

Au début des années 1980, comme des centaines de militants d’extrême gauche italiens, Sergio s’est réfugié en France. Pour échapper à une répression féroce et aveugle : dans son cas, une condamnation à perpétuité par contumace et sans preuves.

Comme tous ces réfugiés, avec le temps, il a mené sa barque sans faire de vagues. Mariage, enfants, boulot... Nous avons vu grandir ses deux filles, Diane et Flore. Et partagé tant de moments ensemble.

Par deux fois en 1986 et en 1998, la justice française a refusé son extradition, réclamé par l’État italien. Car le dossier est vide. Les accusations qui pèsent sur Sergio ne tiennent qu’à la parole d’un seul repenti sans aucunes preuves de ses dires, mais qui rendaient impossible pour celui qui était concerné, de les contredire. Il fallait prouver que ces accusations était fausses. Mais comment ?????

Cette parole vaut-elle assez pour envoyer aujourd’hui, quarante ans après, un homme de 63 ans finir ses jours en prison ? Pourquoi cet acharnement ?

Des ami(e)s de Sergio

PETITION : https://www.change.org/p/emmanuel-macron-non-à-l-extradition-de-sergio-tornaghi-pour-une-loi-d-amnistie-en-italie

Cagnotte en soutient à Sergio Tornaghi pour le paiement des frais représentés par les démarches judiciaires en vue de sa menace d’extradition. http://paypal.me/pools/c/8z8l8vvsTp

PS :

Pourquoi alors a-t-il fuit l’Italie pour se réfugier en France ? Tout simplement pour échapper aux lois d’exceptions italiennes qui autorisaient de maintenir en détention un inculpé pendant plus de 11 ans sans jugement et c’est pour cela qu’Il a obtenu la protection de l’état français depuis des décennies...

Je rappelle aux incrédules éventuels que ces années sont appelées en Italie « les années de Plomb » et je les invite à consulter le lien suivant pour se mémoriser quelle « belle » démocratie était l’Italie (et le monde) dans les années 70/80... quel intérêt y a-t-il à réveiller tout ça ? : https://fr.wikipedia.org/wiki/Propaganda_Due?fbclid=IwAR32UUO1bCkwHnrg...

La République française se déshonorerait à retirer la protection qu’elle accorde à Sergio.

La seule façon de clôturer ces « années de plomb » n’est possible que dans une loi d’amnistie qui permettra à l’Italie de tourner, réellement et enfin, une triste page de son histoire !

Nous vous demandons de signer et partager au maximum cette pétition de soutien.

D’avance merci !

»» https://www.change.org/p/emmanuel-macron-non-à-l-extradition-de-sergi...
URL de cet article 37112
  

Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Citoyens,

Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisirez parmi vous, vivant votre vie, souffrant des mêmes maux. Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus ; les uns comme les autres ne consultent que leur propre intérêt et finissent toujours par se considérer comme indispensables. Défiez-vous également des parleurs, incapables de passer à l’action ; ils sacrifieront tout à un beau discours, à un effet oratoire ou à mot spirituel. Evitez également ceux que la fortune a trop favorisés, car trop rarement celui qui possède la fortune est disposé à regarder le travailleur comme un frère. Enfin, cherchez des hommes aux convictions sincères, des hommes du peuple, résolus, actifs, ayant un sens droit et une honnêteté reconnue. Portez vos préférences sur ceux qui ne brigueront pas vos suffrages ; le véritable mérite est modeste, et c’est aux électeurs à choisir leurs hommes, et non à ceux-ci de se présenter. Citoyens, Nous sommes convaincus que si vous tenez compte de ces observations, vous aurez enfin inauguré la véritable représentation populaire, vous aurez trouvé des mandataires qui ne se considèrent jamais comme vos maîtres.

Le Comité Central de la Garde Nationale »

Texte de l’affiche apposée avant l’élection de la Commune de Paris, 25 mars 1871.

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.