Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Nouvelle guerre froide et menaces imminentes (Frontline)

John Pilger, journaliste d’investigation et documentariste, parle de l’agression américaine dans la région Asie-Pacifique et du déclin de sa domination mondiale et affirme qu’une ’nouvelle guerre froide entraîne l’isolement des États-Unis et représente un danger pour nous tous’.

John Pilger est l’un des journalistes d’investigation et documentaristes de renommée mondiale. Il est l’un des principaux critiques de la politique étrangère des États-Unis et du Royaume-Uni, de l’impérialisme, de la guerre, du racisme, du néolibéralisme, des atrocités contre les peuples indigènes et de la « corporatisation » des médias. Au cours de ses six décennies de carrière journalistique, Pilger a documenté, avec prescience et précision, comment l’ordre mondial est façonné par les intérêts des nations puissantes. Basé au Royaume-Uni depuis 1962, il a réalisé 61 documentaires capturant certains des événements et épisodes les plus importants de la seconde moitié du XXe siècle et du siècle actuel. Il s’agit notamment de la guerre du Vietnam, des troubles au Cambodge, du génocide indonésien au Timor oriental, de l’intervention des États-Unis dans les pays d’Amérique latine, en Afghanistan et en Irak, de l’occupation israélienne de la Palestine et de l’impact des politiques de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) sur les pays du tiers monde.

Pilger a réalisé son premier documentaire, The Quiet Mutiny, en 1970. Ce film marquant raconte l’histoire d’une rébellion jusqu’à présent inédite qui a balayé l’armée américaine au Vietnam. Ses reportages sur le Cambodge au lendemain du règne de Pol Pot pour le Daily Mirror, à Londres, et un documentaire qui a suivi, Year Zero : the Silent Death of Cambodia, ont alerté le monde sur l’état lamentable du peuple cambodgien et ont permis de recueillir plus de 55 millions $ pour ce pays. Ses documentaires Death of a Nation : The Timor Conspiracy (1994) et Flying the Flag, Arming the World (1994) ainsi que les articles écrits ont contribué de manière significative à attirer l’attention du monde sur les horreurs de l’occupation par l’Indonésie du Timor oriental. Ses documentaires sur l’Australie, notamment The Secret Country (1983) et une trilogie, The Last Dream (1988), Welcome to Australia (1999) et Utopia (2013), ont révélé une grande partie du ’passé oublié’ de son propre pays, en particulier les luttes des peuples indigènes. Dans The War on Democracy (2007), il a révélé l’ampleur de l’intervention américaine dans les processus politiques et économiques des pays d’Amérique latine. Dans The War on Democracy, il observe : ’Depuis 1945, les États-Unis ont tenté de renverser 50 gouvernements, dont beaucoup étaient des démocraties. Au cours de ce processus, 30 pays ont été attaqués et bombardés, causant la perte d’innombrables vies humaines.’ Son dernier documentaire, The Coming War on China (2016), décrit l’obsession actuelle des États-Unis pour la Chine.

Il a commencé sa carrière en 1958 et a travaillé pour Daily Mirror et Sunday Mirror, Reuters, News on Sunday et l’Independent Television Network (ITV). Il a contribué à diverses publications et services d’information internationaux, notamment The Guardian, The Independent, The New Statesman, The New York Times, BBC World Service, ABC Television, Al Jazeera, Russia Today, The Los Angeles Times, TruthOut, Antiwar.com et Consortiumnews.com. En tant que journaliste, il est bien connu dans le monde entier pour sa voix dissidente et son professionnalisme. Au sujet du devoir d’un journaliste, il dit : ’Il ne suffit pas que les journalistes se considèrent comme de simples messagers sans comprendre les intentions cachées du message et les mythes qui l’entourent’.

Pilger est l’auteur de plusieurs livres, parmi lesquels Freedom Next Time, Tell Me No Lies : Investigative Journalism and Its Triumphs, The New Rulers of The World, Heroes, Hidden Agendas, Distant Voices et A Secret Country.

Il a reçu de prestigieux prix et distinctions, dont les prix Emmy (American Television Academy Award) et BAFTA (British Academy of Film and Television Arts), tous deux en 1991, pour ses documentaires et le prix de la Royal Television Society du meilleur documentaire britannique. En 2003, il a reçu le prestigieux prix Sophie pour ’30 ans de dénonciation des injustices et de promotion des droits de l’homme’. En 2009, il a reçu le Prix Sydney pour la paix. Il a également reçu le prix Media Peace Award de l’Association australienne pour les Nations Unies en 1979. Il a été l’un des plus jeunes à recevoir le prix britannique du ’Journaliste de l’année’ en 1967. En 2017, la British Library a archivé les œuvres de Pilger, y compris des centaines de reportages, de films et d’émissions de radio de sa collection personnelle.

Dans cette première interview importante à un média indien, Pilger parle de sujets tels que l’agression américaine dans la région Asie-Pacifique, le déclin de la domination mondiale américaine, la présidence de Barack Obama, la guerre contre la démocratie, les révélations de WikiLeaks, l’évolution du paysage médiatique à l’ère numérique, l’économie politique de la guerre, le Vietnam, la guerre mondiale contre le terrorisme, l’Asie occidentale, le capitalisme néolibéral, Brexit et le journalisme.

Extraits :

Votre récent documentaire, The Coming War on China, montre comment les États-Unis sont en guerre contre la Chine. Pouvez-vous expliquer le mécanisme de cette guerre secrète ? Pensez-vous que l’Asie-Pacifique sera la prochaine région d’intervention impérialiste ? Comment se déroulera cette intervention et quelles en seront les retombées ?

C’est une ’guerre secrète’ uniquement parce que notre perception est façonnée pour ignorer la réalité. En 2010, la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton s’est rendue à Manille et a chargé le président philippin Benigno Aquino, récemment inauguré, de prendre position contre la Chine pour son occupation des îles Spratly et d’accepter la présence de cinq bases marines américaines. Manille s’entendait bien avec Beijing, ayant négocié des prêts bonifiés pour l’infrastructure dont elle avait grand besoin. Aquino a fait ce qu’on lui a dit et a accepté qu’une équipe juridique dirigée par les États-Unis conteste les revendications territoriales de la Chine devant la Cour d’arbitrage de l’ONU à La Haye. Le tribunal a conclu que la Chine n’avait aucune juridiction sur les îles ; un jugement que la Chine a rejeté catégoriquement. Il s’agissait d’une petite victoire dans une campagne de propagande américaine visant à dépeindre la Chine comme rapace plutôt que défensive dans sa propre région. Le motif en était l’insécurité croissante de l’élite de la sécurité nationale/militaire/médiatique américaine, qui n’était plus la puissance dominante du monde.

L’année suivante, en 2011, le président Obama a déclaré un ’pivot à la Chine’. Cela a marqué le transfert de la majorité des forces navales et aériennes américaines dans la région Asie-Pacifique, le plus grand mouvement de matériel militaire depuis la Seconde Guerre mondiale. Le nouvel ennemi de Washington – ou plutôt, un ennemi de nouveau - était la Chine, qui avait atteint des sommets économiques extraordinaires en moins d’une génération.

Les États-Unis ont depuis longtemps une série de bases autour de la Chine, de l’Australie aux îles du Pacifique, en passant par le Japon, la Corée et l’Eurasie. Celles-ci sont en cours de renforcement et de modernisation. Près de la moitié du réseau mondial des États-Unis, qui compte plus de 800 bases, a encerclé la Chine, ’comme le noeud coulant parfait’, a déclaré un responsable du département d’État. Sous couvert du ’droit à la liberté de navigation’, des navires américains à faible tirant d’eau pénètrent dans les eaux chinoises. Les drones américains survolent le territoire chinois. L’île japonaise d’Okinawa est une vaste base américaine, avec ses contingents préparés à une attaque contre la Chine. Sur l’île coréenne de Jeju, des missiles de classe Aegis visent Shanghai, à 640 kilomètres de là. La provocation est constante.

Le 3 octobre, pour la première fois depuis la guerre froide, les États-Unis ont menacé ouvertement d’attaquer le plus proche allié de la Chine, la Russie, avec laquelle la Chine a un pacte de défense mutuelle. Les médias s’y sont peu intéressés. La Chine s’arme rapidement ; selon la littérature spécialisée, Pékin a changé sa posture nucléaire, passant d’une alerte basse à une alerte haute.

Des gens comme Noam Chomsky disent que l’empire américain est en déclin. Vous le pensez vraiment ? Ces derniers temps, nous avons vu les États-Unis tenter de parvenir à un accord avec la Corée du Nord ; plus tôt, ils avaient tenté de rétablir des relations diplomatiques avec Cuba. Qu’indiquent ces épisodes ? Pensez-vous que le monde se diversifie ?

L’empire américain en tant qu’idée est peut-être en déclin, l’idée d’une seule puissance dominante et la dollarisation de l’économie mondiale, mais la puissance militaire américaine n’a jamais été aussi menaçante. Une nouvelle guerre froide entraîne l’isolement des États-Unis et représente un danger pour nous tous. Au début du XXIe siècle,[le journaliste et romancier américain] Norman Mailer écrivait que le pouvoir américain était entré dans une ère ’pré-fasciste’. D’autres ont suggéré que nous y sommes déjà.

Vous avez dit que l’un des triomphes du XXIe siècle en matière de relations publiques était le slogan d’Obama ’le changement auquel nous croyons’. Vous avez également dit que la campagne mondiale d’assassinats d’Obama était sans doute la campagne de terrorisme la plus coûteuse depuis le 11 septembre 2001. Pourquoi avez-vous été si dur envers Obama, qui a gagné le prix Nobel de la paix ? Que pensez-vous de Donald Trump et de sa présidence ?

Je n’ai pas été ’dur’ envers Obama. C’est Obama qui a été dur envers une grande partie de l’humanité, contrairement à son image médiatique souvent absurde. Obama était l’un des présidents américains les plus violents. Il a lancé ou soutenu sept guerres et a quitté le pouvoir sans qu’aucune ne soit résolue : un record. Au cours de sa dernière année à la présidence, en 2016, selon le Conseil des relations extérieures, il a largué 26 171 bombes. C’est une statistique intéressante ; il s’agit de trois bombes toutes les heures, 24 heures par jour, sur des civils pour la plupart. La technique de bombardement qu’Obama a fait sienne a été l’assassinat par drone. Tous les mardis, rapportait le New York Times, il choisissait les noms de ceux qui allaient mourir dans un ’programme’ d’assassinats extrajudiciaires. Tous les hommes d’âge militaire au Yémen et aux frontières du Pakistan étaient considérés comme des animaux à part entière. Il a multiplié les opérations des forces spéciales américaines dans le monde, notamment en Afrique. Avec la France et la Grande-Bretagne, lui et sa secrétaire d’État Hillary Clinton ont détruit la Libye en tant qu’État moderne sous le prétexte faux et familier que son dirigeant était sur le point de commettre un massacre d’’innocents’. Cela a conduit directement à la croissance des médiévistes de Daech [ou État islamique] et à une vague d’immigration de l’Afrique vers l’Europe. Il a renversé le président démocratiquement élu de l’Ukraine et a installé un régime ouvertement soutenu par le fascisme - comme une provocation délibérée à la Russie.

L’attribution du prix Nobel de la paix à Obama fut une imposture. En 2009, il s’est tenu au centre de Prague et a promis d’aider à créer un monde ’exempt d’armes nucléaires’. En vérité, il a augmenté le nombre d’ogives nucléaires américaines et autorisé un programme de construction nucléaire à long terme d’un montant d’un billion de dollars. Il a poursuivi plus de lanceurs d’alerte, de révélateurs de la vérité, que tous les présidents américains réunis. Sa principale réussite, pourrait-on dire, fut de mettre fin au mouvement anti-guerre américain. Les manifestants sont rentrés chez eux en croyant aux messages d’’espoir’ et de ’paix’ d’Obama, et ils se sont mis à croire. La seule distinction d’Obama était d’avoir été le premier président noir au pays de l’esclavage. Dans presque tous les autres aspects, il n’était qu’un autre président américain dont l’affirmation constante était que les États-Unis étaient ’la seule nation indispensable’, qui présumait que les autres nations étaient dispensables.

Peut-être l’intelligence d’Obama résidait-elle dans l’image qu’Obama et d’autres ont fabriquée et cultivée avec succès. Donald Trump peut également être décrit comme juste un président américain (violent) de plus. Ce qui le distingue, c’est qu’il est une caricature. Beaucoup de membres de l’élite américaine détestent Trump, non pas à cause de son comportement personnel, mais à cause d’un embarras beaucoup plus profond ; il est l’image crue de l’Amérique, sans le masque.

Votre film The War on Democracy documente le coup d’Etat orchestré par les Etats-Unis contre Hugo Chavez, qui s’est opposé à l’impérialisme, avec l’aide de la bourgeoisie de droite et capitaliste du Venezuela. Ce n’était pas nouveau pour la plupart des pays d’Amérique latine. Mais aujourd’hui, nous voyons de plus en plus de pays du continent résister à l’impérialisme américain. En dehors de Cuba et du Venezuela, des gouvernements de gauche sont au pouvoir dans des pays comme la Bolivie et l’Équateur. Quelle en est la singification ? Ces jours-ci, nous entendons aussi des histoires d’offensive de droite dans des pays comme le Venezuela et le Brésil. Comment évaluez-vous le paysage politique latino-américain actuel ?

Je ne suis pas d’accord que ’de plus en plus de pays [en Amérique latine] résistent à l’impérialisme américain’. C’était peut-être vrai quand Hugo Chavez était encore en vie ; même alors, les États-Unis n’ont jamais cédé leur influence sur le continent. Aujourd’hui, il n’y a que la Bolivie, le Nicaragua et, bien sûr, le Venezuela, le Venezuela luttant pour sa survie. La majeure partie de l’Amérique latine est effectivement de retour sous la coupe de Washington, en particulier le Brésil. L’Équateur, autrefois éclairé, en est un autre exemple éloquent. Le gouvernement obséquieux de Lénine Moreno a invité l’armée américaine à revenir et a menacé d’abandonner Julian Assange. L’oppression économique du FMI fait de nouveau mal à l’Argentine. Des versions du Consensus de Washington, connu sous le nom de néolibéralisme, régissent presque partout sur le continent. Cuba est calme, ce qui est compréhensible.

Ces dernières années, nous avons vu des lanceurs d’alerte comme Julian Assange et Edward Snowden révéler des documents classifiés qui montraient comment le système de pouvoir fonctionne. Vous noterez que WikiLeaks n’a fait rien de plus que ’The New York Times’ et ’The Washington Post’ dans leur célèbre passé - il a révélé la vérité sur les guerres rapaces et les machinations d’une élite corrompue.

Vous avez dit que ’WikiLeaks représente un point de repère dans le journalisme’. Quelle est l’importance de ces révélations ? Qu’est-ce qu’elles nous apprennent ?

WikiLeaks a fait beaucoup plus que ce que le New York Times et le Washington Post avec tous leurs lauriers. Aucun journal n’a réussi à égaler – ni même a s’approcher - des secrets et mensonges de pouvoir qu’Assange et Snowden ont révélés. Le fait que les deux hommes soient des fugitifs témoigne du retrait des démocraties libérales des principes de liberté et de justice. Pourquoi WikiLeaks est-il un point de repère dans le journalisme ? Parce que ses révélations nous ont dit, avec une précision à 100 p. 100, comment et pourquoi une grande partie du monde est divisée et dirigée.

Comment analysez-vous l’évolution du paysage médiatique à l’ère numérique ? D’une part, Internet a ouvert une vaste avenue d’espace libre ou de plate-forme indépendante. L’Internet offre un espace de contre-narration, auquel les grands médias d’entreprise ne prêtent pas attention. Mais, d’un autre côté, vous avez de grands monopoles numériques qui contrôlent l’espace numérique. Comment voyez-vous la situation ? Quels sont les défis à relever ?

Les défis sont à la hauteur de notre permissivité. Les données numériques sont la nouvelle ruée vers l’or du capitalisme ; la surveillance numérique est le nouvel adversaire de la démocratie. Les deux ne diffèrent que par leur forme et leur échelle des innombrables formes de pouvoir auxquelles les gens ont dû résister depuis le début de l’histoire. Aujourd’hui, nous avons tous un pied dans le monde numérique ; nous avons l’Internet, qui est le pouvoir. La façon dont nous déployons ce pouvoir au lieu de le banaliser dépend de notre volonté d’adopter des principes intemporels de résistance.

Vous êtes engagé dans le reportage de guerre depuis plus de cinq décennies. Vous avez couvert la plupart des grandes guerres, y compris la guerre du Vietnam, la guerre en Irak et la guerre en Afghanistan. Un certain nombre de pays pratiquent une politique d’armement croissante en tant que politique économique. Le rôle des grandes entreprises de vente d’armes est également important. Qu’est-ce que l’économie politique de la guerre ?

L’économie politique de la guerre à l’ère moderne est l’économie politique des États-Unis. Les États-Unis privent quelque 80 millions de leurs citoyens de soins de santé adéquats et consacrent près de 60 pour cent de leur budget fédéral discrétionnaire à la préparation à la guerre. L’Inde a aussi une économie de guerre. En 2018, l’Inde s’est classée parmi les cinq pays qui dépensent le plus dans le domaine militaire, avec un budget militaire de 63,9 milliards de dollars, ce qui dépasse celui de la France. Près de la moitié du budget national est consacrée aux dépenses militaires. Lorsque je suis allé pour la première fois en Inde, j’ai découvert un autre monde à l’intérieur des bases militaires, habité par des gens en bonne santé et bien nourris, avec de l’eau potable et des enfants instruits. En dehors de ces bulles magnifiques, l’Inde compte plus d’enfants sous-alimentés que n’importe quel autre pays au monde.

Syndrome du Vietnam

La guerre du Vietnam a été l’un des chapitres les plus sanglants et les plus meurtriers de l’après-guerre. Vous avez commencé le reportage de guerre au Vietnam. Ce futla première guerre télévisée. La guerre du Vietnam est l’histoire du massacre de plus de trois millions de personnes. Pourriez-vous nous parler de l’horreur que vous avez vue au Vietnam ? Quel a été le rôle des médias occidentaux au Vietnam ? Récemment, vous avez capturé la tentative de réécrire l’histoire de la guerre du Vietnam dans les manuels scolaires américains. Même le souvenir du Vietnam hante l’État le plus puissant du monde ?

La ’mémoire du Vietnam hante-t-elle l’État le plus puissant du monde’ ? Je ne suis pas sûr que ’hanter’ soit le bon mot. Ce qui dérange les apologistes américains, c’est que l’armée de la ’nation indispensable’ a été expulsée d’Asie par une nation de paysans : qu’elle a subi une défaite humiliante. Depuis, ils ont cherché un ’meilleur résultat’ en réécrivant ce qu’ils appellent ’le syndrome du Vietnam’, un euphémisme pour l’embarras durable d’une catastrophe.

La série de documentaires épiques de Ken Burns pour Public Broadcasting en 2017 a commencé par l’affirmation suivante : ’La guerre a été déclenchée de bonne foi par des gens honnêtes à la suite de malentendus fatals, de la confiance excessive des Américains et des malentendus de la guerre froide’. La malhonnêteté de cette déclaration ignore les nombreux ’faux drapeaux’ qui ont conduit à l’invasion du Vietnam, comme l’’incident’ du golfe du Tonkin en 1964. Il n’y avait pas de bonne foi. La foi était pourrie et cancéreuse, et plus de quatre millions de personnes sont mortes.

J’ai vu quelque chose de la souffrance : le fait que le commandant américain, le général William Westmoreland, ait pris pour cible des civils qualifiés de ’cafards’. Dans le delta du Mékong, à la suite d’un bombardement, il y avait une odeur de napalm et d’arbres pétrifiés festonnés de morceaux de corps. J’ai aussi été témoin d’héroïsme. En 1975, je suis tombé sur la seule survivante d’une batterie antiaérienne vietnamienne, toutes des adolescentes ; elle était agenouillée devant les nouvelles tombes de ses camarades.

Le terrorisme est le produit des États

Vous avez remis en question la guerre des États-Unis contre le terrorisme comme un exemple d’hypocrisie et de deux poids, deux mesures. Pourquoi dites-vous cela ? Si tel est le cas, la question qui se pose est de savoir comment freiner le terrorisme. Dans quelle mesure la menace du terrorisme représente-t-elle un défi pour une vie moderne et civique ?

La grande majorité du terrorisme est le produit des États. Le Yémen est actuellement victime d’actes de terrorisme incessants de la part de l’État saoudien, qui a parrainé d’autres formes de terrorisme, notamment les attentats du 11 septembre. La ’guerre contre le terrorisme’ lancée par le président américain George W. Bush en 2001 a été, en réalité, une guerre de terreur, entraînant la mort de millions de personnes, principalement des musulmans. Des États puissants, comme les États-Unis et la Grande-Bretagne, ont fait du terrorisme une arme ’stratégique’ ; le soutien au jihadisme en Libye et en Syrie en est un exemple frappant. La conclusion est ou devrait être évidente : lorsque les gouvernements cessent de promouvoir le terrorisme, les attentats sanglants dans leurs propres villes risquent fort de cesser.

Vous avez dit que les États-Unis ont à la fois de ’bons terroristes’ et de ’mauvais terroristes’. Qui sont les bons et les mauvais terroristes de l’Amérique ?

La désignation peut changer sans préavis. Actuellement, les Saoudiens sont de ’bons terroristes’ ; en fait, on ne les appelle pas des terroristes. Les mauvais terroristes ultimes - Al Qaïda - sont maintenant de bons terroristes qui se battent aux côtés de l’Amérique dans sa longue guerre contre les chiites. Historiquement, les Kurdes ont toujours été à la fois de bons et de mauvais terroristes ; en Irak, les Kurdes étaient bons ; en Turquie, ils étaient mauvais. La désignation reposait sur la question de savoir s’ils combattaient ou non le dernier ennemi des États-Unis.

Au cours des dernières décennies du XXe siècle, le monde a vu la région de l’Asie occidentale devenir le point chaud de l’intervention occidentale. Après le 11 septembre 2001, cette intervention a pris la forme de deux guerres : la guerre en Afghanistan et la guerre en Irak. L’islamophobie a atteint de nouveaux sommets en Occident. La théorie du choc des civilisations a trouvé des champions dans la machine étatique, le meilleur exemple étant George Bush. Comment situez-vous historiquement les intérêts occidentaux au Moyen orient et la montée de l’islamophobie en Occident ?

Je recommande le travail de l’historien britannique Mark Curtis, dont le livre Secret Affairs retrace la relation étroite entre l’État britannique et l’islam extrémiste. Ce qui est clair, c’est que des organisations comme Daech et Al-Qaïda étaient le produit des gouvernements impériaux occidentaux. En Afghanistan, les moudjahidin auraient pu rester une influence tribale si ce n’avait été de l’opération ’Cyclone’, un plan mené par les États-Unis pour transformer l’islam extrémiste en une force qui expulserait l’Union soviétique et renverserait l’État soviétique. Ce que l’Occident craignait au Moyen-Orient était ce que Gamal Abdel Nasser en Egypte appelait le ’panarabisme’. Il craignait que les peuples arabes ne se débarrassent des chaînes du tribalisme et du féodalisme et ne contrôlent et ne déploient leurs propres ressources. Pour cette raison, le seul gouvernement progressiste de l’Afghanistan a été déclaré ’communiste’ et détruit. Pour la même raison, les Palestiniens sont maintenus dans un état d’oppression sans fin.

Avec la reconnaissance par les États-Unis de Jérusalem comme capitale d’Israël le 9 décembre 2017, la peine et la peur des Palestiniens ont augmenté. Comme vous l’avez dit, ce sont des réfugiés sur leur propre territoire. Vous avez décrit l’agression contre la Palestine comme la plus longue occupation militaire de l’histoire moderne. Pourriez-vous nous en dire plus sur la question palestinienne ? Quels sont les intérêts stratégiques et géopolitiques des États-Unis dans la région ? Quelle est la voie à suivre pour rendre justice aux Palestiniens ?

L’un des principaux objectifs des États-Unis est de maintenir le Moyen-Orient dans un état d’incertitude, instable et divisé par la guerre tribale. John Bolton, le conseiller américain pour la sécurité nationale, l’a dit avec une grande satisfaction. C’est ainsi que les Britanniques contrôlaient la région. Le centre de conception de cette ’politique’ est Israël, un anachronisme impérial imposé au Moyen-Orient alors que le monde se décolonisait. Comme l’historien israélien Ilan Pappe le documente dans son dernier livre, Israël a été conçu comme une prison pour son peuple autochtone, les Palestiniens. Toute l’hypocrisie occidentale réside en Israël. Bachar al-Assad est désigné comme un monstre, mais Benjamin Netanyahou, un monstre suprême, jouit de l’impunité pour contrôler les Palestiniens et, dans une large mesure, le Congrès américain, la Maison Blanche et les chambres du Parlement à Londres.

Cette impunité s’est récemment manifestée lorsque Jeremy Corbyn, le dirigeant travailliste britannique qui pourrait bien être le prochain Premier ministre britannique, a fait l’objet d’une campagne entièrement bidon qui le diffame comme étant antisémite. Au lieu de le rejeter avec mépris, Corbyn s’est incliné devant elle et a trahi ses nombreuses années de soutien aux droits des Palestiniens en acceptant une définition du sionisme qui refusait à Israël son véritable statut d’État raciste. Au moment où j’écris ces lignes, les soldats israéliens massacrent régulièrement des Palestiniens à Gaza, y compris des enfants. Depuis mars [2018], 77 Palestiniens non armés ont dû être amputés, dont 14 enfants ; 12 sont restés paralysés à vie après avoir reçu une balle dans le dos. Pas un seul Israélien n’a été blessé.

Ce que nous appelons la mondialisation est en réalité le capitalisme néolibéral. Vous avez probablement exposé la première expérience du programme d’ajustement structurel en Indonésie dans les années 60. Vous dites qu’il n’y a pas de différence entre les interventions impitoyables des capitaux internationaux sur les marchés étrangers de nos jours et celles d’autrefois, quand ils étaient soutenus par des canonnières. En tant que journaliste connaissant le fonctionnement de l’Etat profond, pourriez-vous nous parler de l’évolution des expériences économiques néolibérales ? Comment cela fonctionne-t-il de nos jours ?

Le néolibéralisme est une extension de ce qu’on appelait autrefois le monétarisme, les deux versions exotiques ou extrêmes du capitalisme dominant. En Occident, sous la direction de Margaret Thatcher et de Ronald Reagan et de leurs homologues européens, une ’société à deux tiers’ fut déclarée. Le tiers supérieur serait enrichi et ne paierait que peu ou pas d’impôt. Le tiers moyen serait ’ambitieux’, certains d’entre eux ’réussissant’ dans un monde impitoyablement compétitif et d’autres s’endettant irrévocablement. Le tiers inférieur serait abandonné ou se verrait offrir un appauvrissement stable en échange de son obéissance. La relation entre les gens et l’État changerait de bénigne à maligne. Une nouvelle classe de managers éduqué à l’esprit d’entreprise américain, avec sa propre ’culture’ et son propre vocabulaire, superviserait la conversion de la social-démocratie en une autocratie d’entreprise. Le ’débat’ public, géré par des médias pleinement intégrés, serait dominé par la ’politique identitaire’, toutes les notions de classe étant bannies comme un ’enjeu’. Les faux démons étrangers (menés par la Russie, suivis de près par la Chine) seraient désignés comme ’ennemis nécessaires’.

L’unité européenne, c’est de la propagande

L’expérience de l’Union européenne a été saluée comme une indication de l’unité des Européens et un modèle dans l’ère post-socialiste. Mais Brexit a été un grand coup porté à une telle propagande. Quel est votre point de vue sur le projet de l’U.E. ? Comment analysez-vous le Brexit et les demandes similaires ?

L’Union européenne est fondamentalement un cartel. Il n’y a pas de ’libre-échange’. Il existe des règles d’exclusivité établies et contrôlées par les banques centrales, principalement la banque centrale allemande, avec des avantages pour les membres les plus faibles, à savoir le mouvement transfrontalier de la main-d’œuvre, bien que cela soit maintenant remis en question. L’objectif central de l’UE est la protection et le renforcement de la puissance économique des plus forts. Bruxelles est une bureaucratie centralisée ; la démocratie est minimale. L’’unité européenne’ dont vous parlez est de la propagande, promue par ceux qui reçoivent le plus de l’UE. L’écrasement de la Grèce est une leçon que la majorité des Britanniques semblent avoir comprise.

Vos travaux portent sur qui contrôle le destin de l’humanité, de quelle manière les nations puissantes, les grandes entreprises, la bourgeoisie, les puissants lobbies font les lois et les règles du monde. La démocratie semble en être la victime. Malgré cela, nous avons des histoires inspirantes du monde entier sur la résistance contre ces puissantes forces. Êtes-vous optimiste et optimiste quant à un monde meilleur ?

Il existe des forces de résistance inspiratrices dans de nombreux pays, notamment en Inde. Depuis mon premier reportage en Inde dans les années 1960, j’ai été ému par la volonté des gens ordinaires, en particulier des agriculteurs, de défendre la justice dans leur vie. La récente grande marche [du 23 septembre au 2 octobre] de 50 000 agriculteurs de [Haridwar dans] Uttar Pradesh à New Delhi était typique. Disciplinés, politiques et débrouillards, ils ont beaucoup à apprendre à ceux d’entre nous, en Occident, qui imaginent que la protestation consiste à se moquer de Trump ou de signer une pétition à leur député. Lorsque le gouvernement de Delhi a permis à la police d’attaquer les fermiers le jour de l’anniversaire du Mahatma Gandhi, ils ont riposté. La promesse politique de savoir où leurs mouvements pourraient mener est peut-être le rappel révolutionnaire le plus frappant du monde d’aujourd’hui. Ils représentent la lutte des peuples et de l’agriculture partout dans le monde contre les bulldozers néolibéraux du ’développement urbain’ : le vol de l’espace humain et sa conversion en une marchandise grotesque et lucrative. Le fait que les gouvernements indiens n’aient pas réagi aux suicides de plus de 300 000 agriculteurs est une tragédie historique, mais qui peut être renversée à tout moment. En un sens, les agriculteurs indiens nous représentent tous. Comme l’a écrit Vandana Shiva, leur situation difficile et leur résistance sont un avertissement : à moins que la sécurité foncière, la sécurité semencière et l’agriculture n’appartiennent aux populations, la colonisation des campagnes du monde par des gens comme Monsanto constitue une menace aussi grave pour l’existence humaine que le changement climatique. Bien sûr, les gens ne sont jamais immobiles. Ils ’s’élèveront comme un lion après le sommeil...’, comme l’écrivait Percy Bysshe Shelley... Lorsque la résistance n’est pas visible, c’est toujours une ’graine sous la neige’. Je n’ai jamais connu autant de sensibilisation du public qu’aujourd’hui, mais la confusion règne aussi. Le ’populisme’ des Occidentaux, si souvent présenté à tort comme réactionnaire, exprime à la fois une volonté de résister et une désorientation sur la façon de résister. Cela va changer. Ce qui ne change jamais, c’est la peur des puissants pour le pouvoir des gens ordinaires.

Le type de journalisme que vous pratiquez est vraiment un défi, et difficile. A travers vos documentaires, articles et autres travaux journalistiques, vous avez remis en question les Etats les plus puissants du monde et leur fraude démocratique. Qu’est-ce qui a façonné votre point de vue pour devenir une voix dissidente dans le journalisme ? Quelles sont vos influences et qu’est-ce qui vous maintient en éveil ?

De nos jours, la plupart des journalistes établis sont des relais du pouvoir. Ils ne sont pas le « courant dominant », qui est un mot orwellien. Un vrai courant dominant tolère la dissidence, pas la censure. Qu’est-ce qui a façonné mon point de vue ? Le fait de rendre compte de la lutte des sociétés à travers le monde, y compris de leurs triomphes, aussi minimes soient-ils, demeure une influence durable. Ou peut-être que ces influences commencent tôt dans la vie. ’Nous soutenons les opprimés’, m’a dit un jour ma mère quand j’étais petit. J’aime bien ça.

John Pilger

Interview de Jipson John et Jitheesh P.M. , membres de Tricontinental : Institute for Social Research et contribuent à diverses publications nationales et internationales dont The Indian Express, The Wire et Monthly Review. Ils peuvent être contactés aux adresses jipsonjohn10@gmail.com et jitheeshpm91@gmail.com.

Traduction « il y a des journalistes, comme Pilger, Assange, et puis il y les autres » par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://frontline.thehindu.com/cover-story/article25661115.ece
URL de cet article 34285
   
Même Thème
Google contre Wikileaks
Julian ASSANGE
En juin 2011, Julian Assange reçoit un visiteur inhabituel dans sa petite maison de campagne anglaise en résidence surveillée de Ellingham Hall : le président de Google en personne, Eric Schmidt, venu tout droit de la Silicon Valley. Le général assiégé de WikiLeaks, la plus audacieuse entreprise d’édition insurrectionnelle connue à ce jour, et l’empereur d’Internet vont croiser le fer : du Printemps arabe aux bitcoins, et des solutions technologiques aux problèmes politiques, tout les oppose. La (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Soit dit en passant, c’est une chose assez hideuse que le succès. Sa fausse ressemblance avec le mérite trompe les hommes.

Victor Hugo


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.