RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Obama devant la CPI

En inventant le principe dit de « compétence universelle » et en instrumentalisant des pseudo-ONG, certains États européens ont trouvé le moyen, par le biais de leurs tribunaux et sous prétexte de l’indépendance de la justice, de porter atteinte à la souveraineté d’autres États.

L’Algérie a été victime de cette pratique qui donne à un État européen la compétence de poursuivre des responsables algériens « coupables » d’avoir mené la lutte antiterroriste et d’avoir contribué à ramener la paix dans le pays. Pour la « compétence universelle », cela s’appelle un crime et la personne concernée est poursuivie et jugée non pas par les autorités de l’État sur le territoire duquel l’infraction aurait été commise, conformément au droit en vigueur dans cet État, mais par d’autres, actionnées par une ONG manipulée.

L’Algérie vient de rejeter officiellement ce principe en disant non à l’ouverture d’enquêtes judiciaires par les tribunaux européens à l’encontre de dirigeants africains, parce qu’elle tend à « imposer indûment » une présomption de culpabilité, a expliqué le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans son discours à Addis-Abeba (Ethiopie), au sommet de l’Union africaine consacré à la révision de la relation avec la Cour pénale internationale (CPI). « Sur cette problématique se greffe la question des abus avérés, par des juridictions étrangères, de la pratique dite compétence universelle » a-t-il souligné. Le Premier ministre, qui représente le président Bouteflika à ce sommet, a fait observer que les activités de la CPI durant ses onze dernières années d’existence ont porté « exclusivement » sur l’Afrique, alors que, a-t-il ajouté, « des situations inacceptables dans d’autres régions du monde ont été ignorées », allusion évidente à Israël.

En fait, nous l’avions écrit dans Algeriepatriotique (éditorial du 6 avril 2013), « le droit international est une énorme tromperie. Dépourvus de la moindre impartialité et entièrement au service des pays occidentaux, les jugements prononcés en son nom sont la négation de la justice ». Et « le temple de ce grand leurre, c’est évidemment la Cour pénale internationale, la fameuse CPI ». C’est Human Rights Watch (HRW), une organisation qui a pourtant tendance à s’occuper des droits de l’Homme dans un sens unique, qui avait relevé les contradictions de la CPI à propos de la Côte d’Ivoire. « Sur plus de 150 personnes qui ont été inculpées pour des crimes perpétrés lors des violences postélectorales, aucun des inculpés ne provient des forces pro-Ouattara », constatait HRW. « Deux poids, deux mesures », cette formule irait parfaitement sur le fronton du siège de la CPI. « L’impunité pour l’un, la condamnation pour l’autre en fonction de ce qui se décide dans les cercles occidentaux », avions-nous écrit.

Beaucoup de dirigeants aux États-Unis, les premiers à violer les principes du droit international, méritent de passer devant la CPI, si l’on suit la Haut Commissaire aux droits de l’Homme des Nations unies, Mme Navi Pillay, qui, parlant de Guantanamo, avait déclaré que le maintien en détention indéfinie d’un aussi grand nombre de détenus équivaut à de la « détention arbitraire » et « viole les lois internationales ». Mais les regards des juges de la CPI ne sont tournés que du côté des pays à maintenir dans un état de domination.

Kamel Moulfi

»» algeriepatriotique.com
URL de cet article 22915
  

George Corm. Le nouveau gouvernement du monde. Idéologies, structures, contre-pouvoirs.
Bernard GENSANE
La démarche de Georges Corm ne laisse pas d’étonner. Son analyse des structures et des superstructures qui, ces dernières décennies, ont sous-tendu le capitalisme financier tout en étant produites ou profondément modifiées par lui, est très fouillée et radicale. Mais il s’inscrit dans une perspective pragmatique, non socialiste et certainement pas marxiste. Pour lui, le capitalisme est, par essence, performant, mais il ne procède plus du tout à une répartition équitable des profits. Cet ouvrage est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Laissez les chiens de l’empire aboyer, c’est leur travail. Le nôtre, c’est de se battre pour achever la véritable libération de notre peuple »

Hugo Chavez

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.