RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Passons à l’offensive pour « un nouveau Premier Mai des travailleurs »

Il ne tient qu’à nous de faire en sorte que le débat sur les relations du travail ne se limite pas aux quatre murs du Parlement. Ne laissons pas les médias définir le cadre du dialogue.

Au cours de la semaine qui vient de s’écouler, deux informations, caractéristiques de la situation actuelle, ont circulé. La première a trait au fait que près d’un million de travailleurs du secteur privé sont payés avec un retard allant jusqu’à cinq mois. La seconde est que l’ OPAP (ndlt : équivalent de La Française des Jeux) a augmenté ses bénéfices nets de 38% et augmentera ses dividendes pour 2014 de 180%. Le rapprochement entre ces deux images n’a rien de paradoxal. Au contraire le lien entre elles constitue la réalité de la crise. C’est à dire un processus d’accumulation de richesse, dont la base a été la dévalorisation violente du travail.

La crise humanitaire n’est pas apparue lors d’une catastrophe naturelle. L’offensive contre le travail fut un élément organique de cette réalité. Aujourd’hui le salaire dont disposent 45% des salariés est inférieur à 751€. Jusqu’à 2012 ce pourcentage n’était que de 17%. La dissolution des conventions collectives a conduit à des réductions de salaire allant jusqu’à 40%. Près d’un travailleur sur trois du secteur privé, est payé 300 euros net (jusqu’à 440 euros brut), puisqu’il est employé avec des formes flexibles de travail (horaires réduits, temps partiel, intérim, travail en alternance, etc.). Parallèlement, d’après certains calculs, le nombre des travailleurs « au noir »/sans assurances semble dépasser désormais les 800 000, ce qui coûte au moins 2 milliards d’euros par an à la sécurité sociale.

Tous ces éléments, plus le cauchemar du chômage, constituent quelques-uns des aspects de la réalité du monde du travail aujourd’hui. Aspects qui sont concrétisés dans le terme « précarité ». Se référant à l’effort de transformation des relations sociales qu’a apporté le fordisme, Gramsci a écrit que « l’hégémonie prend sa source à l’usine ». La précarité constitue aujourd’hui un nouveau mécanisme hégémonique de soumission à la discipline et de répression face au monde du travail. Un mécanisme qui créé une nouvelle perception du monde. Il reproduit la dévalorisation du travail, même au niveau de la culture, en apprenant aux travailleurs non seulement à vivre avec moins, mais aussi à avoir plus globalement moins d’exigences.

Pour ce qui est de la dégradation des conditions de travail le Mémorandum a réussi. C’est cette réussite précisément que les néolibéraux s’efforcent aujourd’hui de maintenir par tous les moyens, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Les questions d’emploi sont un des points fondamentaux du désaccord actuel dans la négociation. Parallèlement des organisations patronales et les grands médias bourgeois sesont déjà lancés dans une offensive méthodique contre le projet de loi visant à rétablir les conventions collectives.

Il ne tient qu’à nous de faire en sorte que le débat sur les relations du travail ne se limite pas aux quatre murs du Parlement. Ne laissons pas les médias définir le cadre du dialogue. Prenons nous mêmes les initiatives qui ouvriront le débat sur les lieux de travail, dans les quartiers. Créons un cadre de consultation et de participation populaires à cette lutte. Transformons le processus de débat et de vote de cette loi en une contre-attaque dynamique du monde du travail. Un gouvernement de gauche ne peut pas tenir sans les luttes sociales et la participation populaire, sans un vivant mouvement ouvrier. Le rétablissement des conventions collectives renforcera les petits et grands combats ouvriers de chaque jour. Il créera un bouclier contre le terrorisme patronal.

Dans cette optique, nous n’avons devant nous un simple autre Premier Mai. Nous avons l’occasion, après des années de pillage, de créer les conditions d’une grande victoire. Pour parler d’un « nouveau Premier Mai ». Pour contester les limites du possible et du « ça va de soi » que le néolibéralisme nous a imposées. Ne commençons pas simplement par détruire l’ancien, mais par bâtir le nouveau.

Nasos Iliopoulos

membre du Secrétariat Politique de SYRIZA

Traduction Frédérique Bouvier

»» http://syriza-fr.org/2015/04/29/passons-a-loffensive-nouveau-premier-m...
URL de cet article 28525
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

CHE, PLUS QUE JAMAIS (ouvrage collectif)
Jean ORTIZ
Recueil d’interventions d’une vingtaine d’auteurs latino-américains et européens réunis à Pau en avril 2007 pour un colloque portant sur l’éthique dans la pratique et la pensée d’Ernesto Che Guevara, une pensée communiste en évolution, en recherche, qui se transforme en transformant, selon les intervenants. Quatrième de couverture On serait tenté d’écrire : enfin un livre sur le Che, sur la pensée et la pratique d’Ernesto Guevara, loin du Che désincarné, vidé d’idéologie, doux rêveur, marchandisé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si vous n’avez pas suivi de près l’affaire Julian Assange, tout ce que vous croyez savoir est probablement faux."

Viktor Dedaj

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.