RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Project Veritas publie l’audio d’Assange avertissant le gouvernement américain de la fuite dommageable d’informations classifiées

• Julian Assange, fondateur de WikiLeaks : "Nous avons des informations selon lesquelles la base de données du Département d'État, qui contient 250 000 câbles diplomatiques, est en train de se répandre et sera rendue publique dans les prochains jours." • Assange : Il y a du temps "au cas où il y aurait des personnes qui n'ont pas été prévenues qu'elles devraient l'être". • Assange au Département d'État : Daniel Domscheit-Berg, ancien employé malhonnête, a l'intention de diffuser des câbles classifiés du Département d'État sans les expurger ni autres précautions. • James O'Keefe : "Il y a une intégrité dans la conduite d'Assange qui ne peut être niée, que vous ayez bien accueilli ses publications ou non".

[WESTCHESTER COUNTY, N.Y.-Déc. 16, 2020] Project Veritas a publié aujourd’hui une bande audio exclusive du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, s’entretenant en 2011 avec le procureur du Département d’État Cliff Johnson, plaidant avec l’avocat du gouvernement pour agir afin de contenir la divulgation d’informations classifiées par le gouvernement américain.

[VIDEO AUDIO CONVERSATION ASSANGE – CLIFF JOHNSON]

« Un dénonciateur a fourni cet audio à Project Veritas, afin que le peuple américain ait un compte rendu plus précis d’Assange et de sa conduite », a déclaré James O’Keefe, fondateur et PDG de Project Veritas.

"La pression politique s’accroît pour que le président Donald Trump gracie Assange à la fin de son premier mandat et cette bande contribue largement à restaurer son image", a déclaré M. O’Keefe.

Assange alerte le Département d’Etat contre une fuite prochaine d’informations classifiées


Pendant la conversation de 75 minutes, Assange, qui a lancé l’appel, a déclaré à Johnson que WikiLeaks est très inquiet que des informations classifiées du Département d’État soient sur le point d’être divulguées - hors de son contrôle par un ancien employé malhonnête, qui a volé l’information afin de créer son propre média rival.

"Oui, donc la situation est que nous avons des renseignements selon lesquels les archives de la base de données du Département d’Etat de 250.000 câbles diplomatiques, y compris les câbles déclassifiés, sont en train de se répandre et sont à un point tel que nous pensons qu’elles seront rendues publiques dans les prochains jours", a déclaré M. Assange.

"Nous ne sommes pas sûrs, mais le moment pourrait être imminent ou dans les prochains jours à une semaine et il pourrait y avoir une possibilité de l’arrêter", a-t-il dit.

Assange a dit à Johnson que dans le passé, WikiLeaks n’avait publié que des informations non classifiées du Département d’Etat, mais que la prochaine tranche de Wikileaks aurait publié des informations classifiées avec des informations sensibles expurgées.

Cependant, a-t-il dit, il a alerté le gouvernement américain que l’ancien employé malhonnête ne prendrait pas soin de protéger les informations sensibles et qu’à moins que quelque chose ne soit fait pour l’en empêcher - cette libération est prévue dans quelques jours ou quelques heures.

Le procureur du Département d’État Cliff Johnson : "Qui va libérer ces câbles ? Est-ce que
c’est WikiLeaks ?"

Julian Assange : "Non, nous ne les libérerons pas... Il s’agit de Daniel Domscheit-Berg, un ancien employé que nous avons suspendu en août dernier."

Johnson : "Et apparemment, il a accès au matériel que WikiLeaks possède également ?"

Assange : "Oui. C’est exact."

Johnson : "Et il a accès à tout ce que vous avez, c’est exact ?"

Assange : "C’est exact."

Johnson : "OK. Et cela inclut les câbles classifiés et non classifiés."

Assange : "C’est exact."

O’Keefe a déclaré : "Ce qui ressort de cette audio, c’est que, encore et encore, Assange exprime son inquiétude pour les personnes mises en danger par ce qu’il considère comme une libération imprudente, comme lorsqu’il a dit à Johnson : "Au cas où certaines personnes n’auraient pas été prévenues qu’elles devraient l’être".

Assange montre même son inquiétude face à un possible retour de bâton politique sur les États-Unis, a-t-il déclaré.
"Il y a une intégrité dans la conduite d’Assange qui ne peut être niée, que vous ayez bien accueilli ses publications ou non", a-t-il dit.

Le procureur du Département d’État remercie Assange


Bien qu’Assange ait dit à l’avocat qu’il ne contrôlait pas réellement les informations classifiées, il avait la clé de cryptage pour déverrouiller les documents et il savait où sur le web ils étaient détenus.

"Le matériel, il y a une version cryptée du matériel sur le web quelque part, que nous ne contrôlons pas", a déclaré M. Assange. "Il n’est pas nécessaire de transmettre le matériel lui-même, il suffit de transmettre l’emplacement du matériel et sa clé de cryptage".

Avec l’aide de M. Assange, le journaliste a déclaré qu’il pensait que le gouvernement américain, avec ses ressources, pourrait bloquer l’information à temps pour empêcher sa diffusion ou même pour éliminer les fichiers secrètement.
"S’il y a une autre possibilité qui est le retrait de ces fichiers, c’est un degré de recherche et d’effort que nous n’avons pas la capacité de faire", a-t-il dit. "Il n’y en a pas tant que ça".

Cliff Johnson : "Et, vous connaissez tous leurs emplacements, pensez-vous ?"

Julian Assange : "Nous en connaissons plusieurs et ce n’est probablement pas si difficile de trouver les autres."

Johnson : "Pouvez-vous nous fournir ces informations de localisation ?"

Assange : "Je peux encourager d’autres personnes à le faire."

Johnson : "D’accord. J’apprécie ce que vous nous avez dit, M. Assange."

Le travail de M. Assange avec Manning a fait de lui un fugitif de la justice américaine.

Le journaliste d’origine australienne est visé par le gouvernement américain depuis 2011, date à laquelle il s’est associé au soldat Chelsea Manning, spécialiste du renseignement de l’armée, pour diffuser des documents et des vidéos que Manning a téléchargés des ordinateurs de l’armée.

Manning a plaidé coupable d’avoir violé la loi sur l’espionnage et la loi sur la fraude et les abus informatiques et a accepté une peine de 35 ans.

Le président Barack Obama a commué la peine de M. Manning en une peine d’environ sept ans, le 17 janvier 2017, trois jours avant la fin de son mandat.

Pendant de nombreuses années, Assange a été enfermé dans l’ambassade de l’Équateur à Londres, jusqu’à ce qu’il soit libéré en 2019, puis appréhendé par des fonctionnaires britanniques agissant de concert avec le gouvernement américain.
Le jour où il a été arrêté par des fonctionnaires britanniques, le 11 avril 2019, le ministère de la Justice a levé les scellés sur l’acte d’accusation d’Assange, qui l’accusait de conspiration en vue de commettre une intrusion informatique, ou piratage. L’accusation de conspiration est passible d’une peine maximale de cinq ans de prison et découle du fait qu’Assange a proposé à Manning de l’aider à craquer un mot de passe du gouvernement.

Les journalistes ont un large privilège de publier des informations classifiées ou obtenues illégalement, uniquement s’ils ne participent pas à l’acquisition.

Assange est toujours incarcéré au Royaume-Uni en attendant son audience de janvier où il sera décidé si le Royaume-Uni extradera le fondateur de WikiLeaks vers les États-Unis.

La version audio intégrale de l’appel se trouve ici.

À propos de Project Veritas

James O’Keefe a créé Project Veritas en 2011 en tant qu’entreprise de journalisme à but non lucratif pour poursuivre son travail de reportage d’infiltration. Aujourd’hui, Project Veritas enquête et dénonce la corruption, la malhonnêteté, l’auto-négociation, le gaspillage, la fraude et d’autres comportements répréhensibles dans les institutions publiques et privées afin de parvenir à une société plus éthique et plus transparente. M. O’Keefe occupe les fonctions de PDG et de président du conseil d’administration afin de pouvoir continuer à diriger et à former ses collègues journalistes, ainsi qu’à protéger et à entretenir la culture de Project Veritas.
Project Veritas est une organisation enregistrée sous le numéro 501(c)3. Project Veritas ne préconise pas de solutions spécifiques aux problèmes soulevés par ses enquêtes.

Traduction : Romane Kohlev

»» https://www.projectveritas.com/news/exclusive-project-veritas-releases...
URL de cet article 36777
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Même Thème
In Defense of Julian Assange
"This book shows why the Julian Assange case is one of the most important press freedom cases of this century or any other century."—James C. Goodale, former Vice Chairman and General Counsel of The New York Times. “I think the prosecution of him [Assange] would be a very, very bad precedent for publishers … from everything I know, he’s sort of in a classic publisher’s position and I think the law would have a very hard time drawing a distinction between The New York Times and WikiLeaks.” (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) je suis d’accord avec le fait que le tsunami a été une merveilleuse occasion de montrer, au-delà du gouvernement des Etats-Unis, le coeur du peuple américain.

Condoleezza "oui, j’ai un grain" Rice
devant la commission sénatoriale des relations étrangères US - janv. 2005

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.