RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Saviez-vous que la crise du COVID a provoqué la première « récession féminine » ?

Dans cet article Marc Vandepitte, lecteur tous azimuts, présente des faits marquants, des chiffres et des citations du monde entier qui n’ont guère attiré l’attention des autres médias, mais qui méritent certainement d’être mentionnés pour comprendre le monde chaotique d’aujourd’hui.

Une récession féminine

Depuis le livre Ils nous ont oubliés de Peter Mertens, président du Parti du Travail de Belgique, nous savons que la COVID est un virus de classe. Un virus qui touche plus durement les classes du bas que celles du haut dans la population. Mais saviez-vous que le virus touche aussi plus durement les femmes que les hommes ? Suite à la pandémie, les femmes risquent davantage que les hommes de perdre leur emploi. Car en moyenne elles sont plus nombreuses à travailler dans des secteurs frappés par les confinements. Les femmes ont aussi dû plus souvent renoncer à leur travail pour s’occuper des enfants suite aux interruptions scolaires ou au manque de garderies d’enfants.

Au sommet des grandes entreprises dans le monde, on a manifestement choisi de confier la direction aux hommes pendant la pandémie. Sur les nouveaux PDG intronisés dans les 965 principales entreprises depuis mars 2020, 3% seulement sont des femmes. Auparavant le quota de femmes dans la direction de ces firmes était de 12%. Il ne semble pas que cela ait vraiment profité à l’économie ...

En tout cas une bonne part des progrès réalisés par les femmes sur le lieu de travail au cours de la dernière décennie ont été effacés par cette crise. Les groupes ethniques minoritaires aux États-Unis, au Royaume-Uni et ici aussi aux chez nous, sont également devenus davantage victimes du chômage (temporaire) à la suite de la crise du COVID. Ces groupes travaillent souvent dans les secteurs qui ont été les plus touchés par la crise.

Les jeunes

En plus des femmes et des groupes minoritaires, les jeunes sont touchés de manière disproportionnée. Ils sont moins atteints par le Covid-19, mais les étudiants et les jeunes travailleurs souffrent plus que les autres groupes des conséquences économiques de la pandémie.

Selon l’OCDE, en raison de la pandémie, les personnes âgées de 25 ans et moins risquent 2,5 fois plus de perdre leur emploi que celles âgées de 26 à 64 ans. Des études ont également montré que l’obtention d’un diplôme en période de récession peut avoir un effet dit « cicatriciel » sur les salaires et les conditions de travail (1).

Sur le plan mental également, les jeunes souffrent davantage. En raison du virus, le groupe d’âge entre 18 et 34 ans manifeste beaucoup plus d’anxiété que les plus de 35 ans. Dans le monde, 40 à 80 % des jeunes adultes ont le sentiment que leur pays ne contrôle plus la situation (2). Saviez-vous que la Chine est la grande exception dans ce domaine ? Seuls 13 % des jeunes adultes y partagent un tel état d’esprit.

L’Europe largement recalée pour sa gestion de la pandémie

Nous préférons jeter un voile pudique sur la question, mais l’Occident a beaucoup plus de morts du COVID que l’Asie ou l’Afrique. Saviez-vous que proportionnellement la France a 33 fois plus de morts que l’Afrique, et que jusqu’à la semaine dernière, en Belgique il y avait autant de décès du COVID chaque jour que le nombre total à Cuba depuis le début de la pandémie (3) ?

Cette triste réalité se reflète dans le jugement que portent nos compatriotes sur l’approche COVID adoptée dans notre pays. Saviez-vous que 76% des Belges pensent que leur pays fait fausse route ? Seules l’Afrique du Sud (82%) et la France (79%) font encore pire.

Plusieurs raisons sont invoquées pour expliquer cette politique catastrophique. Selon The Economist, la plupart des pays n’ont pas profité de l’été pour mettre en place de solides opérations de testage et de dépistage. Par conséquent, après l’été, ils ont dû recourir derechef à des mesures brutales telles que la fermeture de restaurants et de cafés, l’interdiction de contacts personnels et aller jusqu’à un couvre-feu. Des pays comme la Finlande et l’Islande qui, eux, disposent de bons systèmes de testage et de dépistage, obtiennent des résultats nettement supérieurs aux autres.

Une deuxième raison est le régionalisme. Dans quelque cinq pays européens, les politiques efficaces ont été sapées par l’opposition des régions. Il s’agit du Royaume-Uni, de la France, de l’Italie, de l’Espagne et de la Belgique. Ce n’est pas un hasard si ces pays ont le plus grand nombre de décès par habitant. En Belgique, nous avons huit ministres de la santé. On peut même se demander s’ils se connaissent tous par leur nom !

Une troisième raison est la myopie économique. Par peur de perdre des bénéfices, les lobbies économiques ont fait pression sur les gouvernements pour qu’ils assouplissent le plus possible et le plus rapidement possible, alors même que nous étions encore loin d’être sortis de la zone de danger. Il en est résulté un deuxième confinement et, qui sait, un troisième et un quatrième.

Toutefois des mesures sanitaires moins strictes n’induisent pas davantage de croissance économique, bien au contraire. Ces derniers mois ont précisément démontré que plus le nombre d’infections est élevé, plus les dommages économiques sont importants. De nombreuses infections sont synonymes de longues incertitudes, et plus elles durent, plus elles sont préjudiciables aux investissements et à la consommation, deux facteurs de croissance très importants de l’économie.

Les seuls pays qui enregistreront une croissance économique positive cette année sont ceux qui ont opté pour des mesures fermes et draconiennes pour pulvériser le virus. Il s’agit de la Chine, de Taïwan et du Vietnam.

Nous nous heurtons ici à la contradiction classique entre le profit privé et l’intérêt général. Chaque secteur économique s’efforce de subir le moins possible de restrictions sanitaires. Mais si chaque secteur réagit ainsi, on laisse libre cours au virus, ce qui signifie qu’à terme il faudra prendre des mesures plus strictes globalement. Ce qui est en fin de compte préjudiciable à tous les secteurs.

C’est comme pour les salaires. Chaque entreprise privée essaie de maintenir ses propres salaires aussi bas que possible afin de maximiser les profits. Mais si chaque entreprise fait de même, il y a une pression à la baisse sur la masse salariale mondiale et donc sur le pouvoir d’achat de la population. Cela entraîne une diminution de la consommation, laquelle à son tour réduit les bénéfices dans leur ensemble.

URL de cet article 36765
  

Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lesley Stahl :"Nous avons entendu dire que 500.000 enfants sont morts (en Irak). Ca fait plus qu’à Hiroshima. Et, vous savez, est-ce que cela en valait le prix ?

Secrétaire d’Etat US Madeleine Allbright : "Je pense que c’est un choix difficile. Mais le prix - nous pensons que cela en valait le prix."

Entretien télévisé sur CBS 60 minutes, Mai 1996

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.