RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : COVID-19

Contre nous de la tyrannie, l’étendard sanglant est levé !

Dominique MUSELET

Laurent Mucchielli vient de publier sur son blog un article intitulé : L’espérance de vie a-t-elle réellement chuté de façon inédite en 2020 ?

Dans un de mes articles précédents, j’avais cité ce chercheur, en ajoutant qu’au moins, lui, personne n’oserait le traiter de complotiste parce qu’il s’en prend à la doxa du Covid. Mais c’est juste que les chiens de garde du pouvoir (Le Monde, l’Express, Libération) ont choisi une autre tactique pour le discréditer, comme il nous le confie : « ...il semble que les journalistes contemporains dits de vérification des faits (fact-checking) aient adopté une tactique qui relève en réalité de la propagande : celle qui consiste non pas à discuter le contenu des analyses qu’ils prétendent pouvoir soumettre à vérification mais à contester la légitimité des personnes qui produisent ces analyses ». Libération fait du reste l’objet d’une procédure en diffamation par le professeur Jean-François Toussaint. Et donc ces agents du pouvoir, qui crient d’autant plus fort qu’ils sont mus par la peur, non pas d’attraper le Covid, mais de subir, s’ils ne s’aplatissent pas assez, ce qu’ils font subir aux soi-disant dissidents, (...) Lire la suite »
26 

Obsolescence programmée des vaccins étasuniens et revaccination annuelle : la guerre de Big Pharma ne fait que commencer

Guillaume SUING
C’est sans doute une surprise pour tous ceux qui croient aux « remèdes miracle » et aux solutions garanties sur l’honneur par les EU et l’Union Européenne ou par Macron : l’alliance Pfizer-BioNtech, pionnière avec Moderna des fameux vaccins à ARN contre le Covid-19, nous annonce déjà une hausse de ses tarifs en s’installant « dans la durée », « dans une logique de marché classique » et, la chose est d’importance, une possible « troisième dose », destinée à « renforcer l’efficacité » du vaccin contre les variants actuels. « Il est de plus en plus probable qu’une revaccination annuelle aura lieu » a récemment déclaré Franck D’Amelio, directeur financier de Pfizer...[1] Bref, ce que nous annonce Pfizer, mais aussi dans son sillage Moderna et Astrazeneca (nouveau vaccin avec ARN « réactualisé » pour les nouveaux variants, mélanges de vaccins, troisièmes doses) est aux antipodes de la stratégie des chinois ou des cubains ; celle de la « durabilité ». C’est la confirmation d’une stratégie lucrative et « d’obsolence (...) Lire la suite »
17 

"Nous sommes en guerre" : Macron et le "choix de la défaite"

Guillaume SUING
Il y a plus d’un an, Macron martelait à la télé : « Nous sommes en guerre ». A l’époque, il fallait justifier les raisons d’un confinement « strict », dans l’urgence, et beaucoup ont peut être souri face à l’incompétence légendaire du Foutriquet en culotte courte. Macron ? En guerre contre le virus ? Avec quels moyens publics ? Nous n’étions sans doute pas « en guerre », mais incontestablement en totale insécurité, la suite l’a largement prouvé ... Cependant avec le recul, nous n’avons peut être pas pris suffisamment cette formule au sérieux. En effet, lors des guerres qui ont marqué l’histoire de France, les vraies, des constantes se manifestaient... qui signent encore la « guerre sanitaire » que nous subissons depuis un an. La guerre, c'est quand notre « pluralisme » passe à la propagande de guerre Tous ceux qui ont gardé en mémoire la façon dont nos médias traitaient « en direct » la guerre du Golfe, avec pour seule source d’information assumée l’Etat major de l’OTAN, comprennent sans doute de quoi nous (...) Lire la suite »
33 

Vaccins contre la COVID-19 : histoires de monopole, de chantages et d’inégalités (CubaDebate)

Randy Alonso Falcón, Edilberto Carmona Tamayo
Un article que certains pourront trouver long, très long il est vrai ! Mais c’est un document qui peut servir de référence. Car il s’agit plutôt d’un dossier extrêmement complet, une analyse très poussée et documentée comme nous aimerions en lire plus souvent dans les médias français assez discrets y compris dans le journalisme d’investigation...ceux-ci ne devraient-ils pas poser les vraies questions pour nous éclairer comme cela leur incombe ? ? Cela vaut la peine de se poser un moment et de réfléchir loin des analyses superficielles, des contradictions des dizaines de médecins et autres pseudo spécialistes qui se succèdent sur nos écrans, sur nos ondes et dans les réseaux sociaux. Chantal Costerousse * * * Les appréhensions que le vaccin AstraZeneca / Oxford a suscitées dans certains pays, la sale campagne des États-Unis contre le vaccin russe Spoutnik V et le refus notifié des nations les plus puissantes de permettre à leurs sociétés pharmaceutiques de libérer temporairement les brevets de leurs (...) Lire la suite »
33 

Quand la solution devient le problème

Dominique MUSELET
Moins ça marche, plus notre monarque s’acharne… Et c’est normal ! Nous avons tous tendance à faire toujours plus de la même chose. C’est un des travers humains les mieux partagés. Paul Watzlawick nous a mis en garde contre ses conséquences souvent tragiques dès les années 1980, dans des ouvrages aux titres évocateurs : Faites vous-mêmes votre malheur ou Comment réussir à échouer. Mais, soit notre hyper-président, trop occupé à se faire des amis dans la Finance, n’a pas eu le temps de les lire, soit il a préféré les ignorer pour des raisons supérieures, comme de nous terroriser pour nous administrer un vaccin qui ne profite qu’à Big Pharma qui, en échange, aura à cœur, nous l’espérons pour lui, de financer sa prochaine réélection. A moins que les élections ne soient finalement reportées sine die, comme l’insinuent quelques complotistes et autres double-penseurs, recherchés par toutes les polices, la vraie et celle de la pensée. Quand la solution macroniste du Covid (confinement + vaccin) devient le problème Comme (...) Lire la suite »

100 000 morts contre 35 morts. Peut-on dire qu’ici tout est à refaire ?

Pino CABRAS
100 000 – ou du néo-libéralisme Le 8 mars 2021, la macabre comptabilité de la crise Covid a dépassé en Italie le seuil psychologique des 100 000 morts. Sur un mode tragique, ce chiffre rond nous incite à réfléchir et à comparer. Tous les Etats et toutes les sociétés, quel que soit leur type de régime politique, sans exception, ont eu, dans ces 400 derniers jours, une priorité : adapter radicalement, règles, dépenses, comportements, prophylaxies à l’immense nouveauté du coronavirus. A de très rares exceptions près, la politique et les médias italiens n’étendent pas la comparaison mondiale au-delà du cercle restreint et limité des pays qui s’appellent eux-mêmes pompeusement « la communauté internationale » : c’est-à-dire les pays capitalistes occidentaux et leurs vassaux marqués par des décennies de néo-libéralisme. Tout le reste de l’oïkoumène – même s’il compte maintenant plus de pays, plus de population, plus même de PIB – n’est pas inclus dans le concept de « communauté internationale » en vogue chez nous ; il ne (...) Lire la suite »

Le gouvernement français refuse toujours l’option "Zéro Covid"

Pierre Lagnel - Golias Hebdo

Des chercheurs ont établi une stratégie contre l’épidémie, fondée sur la science : le zéro covid. Son coût est très faible et elle suppose des changements profonds dans les décisions du gouvernement. Pour le moment, aucun ministre ne les a reçus malgré leurs demandes répétées depuis décembre dernier.

« Il faut freiner le virus », a enfin reconnu Emmanuel Macron au soir du 31 mars, plus d’un an après avoir décidé un premier confinement contre l’épidémie de Covid-19. C’est ce que lui demandent depuis des mois les soignants, les profs et des chercheurs. Cette fois, il annonce la fermeture des établissements scolaires pour quelques semaines, précisant : « Nous avons tout fait pour prendre ces décisions le plus tard possible et au moment où elles devenaient strictement nécessaires. » Le lendemain, devant l’Assemblée, le Premier ministre Jean Castex s’est lui aussi félicité : « Nous avons rapidement réagi en prenant ces derniers mois et ces dernières semaines plusieurs mesures fortes (...). Ces décisions ne sont jamais faciles ; elles obéissent à plusieurs exigences : (...) agir ni trop tôt ni trop tard, en s'adaptant en temps réel aux évolutions de l'épidémie (...). » C’est grâce à l’équilibre entre ces différents principes « que nous sommes parvenus depuis maintenant quatre mois à maintenir la situation sous (...) Lire la suite »
39 

L’UE et Uber veulent-ils, comme Marx, abolir le salariat ?

Dominique MUSELET
Il ne se passe pas de semaine sans que l’UE et consorts ne s’attaquent au salariat soit par la grande porte (destruction des retraites, de l’assurance chômage, de la sécurité sociale) soit par la petite (réduction des salaires, allongement des horaires, ouverture du dimanche, réduction du chômage, des soins, etc.), et n’imposent des « réformes » qui favorisent les propriétaires des moyens de production (matériels et immatériels) aux dépens de la grande masse de la population réduite à sa « force de travail ». Le diable est dans les détails Les grandes contre-réformes ne sont annoncées au public que lorsqu’il ne reste quasiment plus rien à changer pour qu’elles prennent effet. Elles sont précédées d’un travail de sape, un travail de fourmi, dans lequel les technocrates qui vivent à nos crochets excellent. Le cœur de leur métier consiste à imaginer des moyens de nous dépouiller, sans que nous nous en rendions compte, au profit de ceux qui détiennent le pouvoir, la richesse et les leviers de l’Etat. La plupart du (...) Lire la suite »

Covid-19 : de la vague épidémique à la vague psychiatrique…

Jimmy DALLEEDOO

Le militant anti-vaccin Pfizer Jean-Bernard Fourtillan a été interné dans l’hôpital psychiatrique d’Uzès (Gard) le 10 décembre 2020. Il avait été vu dans l’excellent documentaire “Hold-Up”. Cet internement a été effectué dans un silence assourdissant. Presque aucun média n’a mentionné cet internement. Le gouvernement veut-il cacher aux Français le véritable objectif du vaccin Pfizer ? Au point d’arrêter toutes les personnes qui s’y opposeraient ? Et, pourtant, la médecine psychiatrique a longtemps servi pour enfermer les différentes formes d’opposition dérangeantes. Cet article a été écrit sur la base du Étouffer la révolte du psychiatre Jonathan M. Metzl. Le professeur y dénonce les agissements de la médecine psychiatrique utilisée par les gouvernements de l’époque pour enfermer des « personnes schizophrènes ». C’est ainsi que furent enfermées des femmes qui s’opposaient à leur mari ou des hommes noirs qui, lors du mouvement des droits civiques, militaient pour leurs libertés. Ces « femmes » ou ces « nègres » étaient taxés de malades mentaux parce qu’ils avaient osé se rebeller contre leur « maître ». Evidemment, des livres institutionnels comme le DSM s’affirmaient comme une construction sémantique savamment orchestrée par les institutions de l’époque. Cet article pose des questions. Son objectif est d’enrichir les débats, les discussions, de poser encore d’autres questions. Si les forces du capital ont utilisé la médecine pour « étouffer la révolte » ou « mater le peuple » pourquoi ne le feraient-elles pas aujourd’hui sous couvert de la Covid-19 ?

1) Les femmes au foyer et les hommes noirs étaient des malades mentaux Au milieu du XIXe siècle, les esclaves noirs essayant de s’échapper des griffes de leur maître souffraient de Drapétomanie. Evidemment, nous savons dorénavant que cette maladie n’a jamais existé. Une autre maladie farfelue existait aussi : la dysaesthesia aethiopis. Cette dernière « maladie » se matérialisait par une forme de folie, une « scélératesse », un « irrespect » de la propriété du maître blanc tout-puissant. Pas de panique ! Puisque, selon les psychiatres et les politiciens de l’époque une cure à coups de fouet permettait la guérison ! On en rigolerait presque aujourd’hui mais, à l’époque, ils ne rigolaient pas du tout ! En effet, pour ces barbares de l’époque, les « nègres » étaient inaptes à la liberté. Heureusement, la Drapétomanie et autres termes ont été jetés dans les poubelles de l’histoire. Mais la folie est toujours considérée comme une maladie et est dotée d’une définition clinique. A l’époque, la classe dominante définissait (...) Lire la suite »
25 

Une nation d’apothicaires ?

PETRONILLA PETRONILLUM
Vue de loin, la France semble être devenue une nation d'apothicaires. S'il n'y avait pas le contexte, on aurait pu dire que c'est un vrai virus. C'est à celui qui calculera le mieux et le plus minutieusement (et plus ce sera précis, moins on pourra contrer ce formidable calcul) le nombre de morts en moins, en plus, de la grippe, du covid, les rapports entre eux, la pyramide des âges, les années passées, les années à venir etc., dont le but, inavoué mais toujours recherché : montrer qu'il y a moins de morts qu'avant (avant quoi ? et moins de morts de quoi ?) ou qu'il n'y en a vraiment pas beaucoup. Pourtant il y a des morts. C'est bien ennuyeux, mais il y en a. Alors, pour pallier cette gêne aux entournures, on appelle à la rescousse une vision globale, voire historique. Ce sont de celles qui donnent l'impression plutôt désagréable (mais est-ce vraiment une impression ?) de balayer d'un revers de la main les morts, et ceux du sud en particulier, parce que (je cite un commentateur du Grand (...) Lire la suite »
12 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60