RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Projet de loi SREN : le gouvernement sourd à la réalité d’internet

Le projet de loi visant à sécuriser et réguler l’espace numérique (aussi appelé « SREN » ou « Espace numérique ») est actuellement en discussion à l’Assemblée nationale, après avoir été voté en juillet dernier au Sénat. Ce texte, présenté comme une simple adaptation d’une série de règlements européens, change en réalité la manière de concevoir la régulation des plateformes en ligne. En voulant instaurer une censure autoritaire et extra-judiciaire, en voulant mettre fin à l’anonymat en ligne et en répétant les erreurs déjà commises avec la loi Avia, le gouvernement fait une nouvelle fois fausse route. Ce projet de loi étant très dense, commençons par une présentation générale des éléments importants du texte (nous reviendrons plus tard en détails sur certains points avec des articles spécifiques).

L’accès au porno, prétexte pour mettre fin à l’anonymat

Les articles 1er et 2 du projet de loi renforcent l’obligation pour les sites pornographiques de vérifier l’âge de leurs utilisateurs. Pour rappel, depuis une proposition de loi issue de la majorité présidentielle en 2020, les sites proposant du contenu pornographique doivent vérifier l’âge des internautes, une simple case à cocher auto-déclarative ne suffisant pas. En cas de non-respect, une peine de censure peut être prononcée par un juge. Nous dénoncions à l’époque un tel principe d’obliger les personnes à justifier de leur âge, qui passe nécessairement par une mise à mal de l’anonymat en ligne.

Mais en réalité, cette loi de 2020 n’a pas vraiment changé les choses : les sites pornographiques continuent d’afficher un bouton pour que l’internaute déclare sur l’honneur avoir plus de 18 ans, et très peu de censures ont été prononcées par la justice. Pour la simple raison que personne, ni les plateformes, ni le gouvernement, ni la CNIL ne savent comment effectuer cette vérification de l’âge d’une manière qui soit simple techniquement et respectueuse de la vie privée des personnes. Le laboratoire de prospective de la CNIL, le LINC, suggère une solution passant par un tiers de confiance, c’est-à-dire une autorité chargée de délivrer à l’internaute un certificat (un jeton, ou « token ») confirmant qu’il est bien majeur, sans que ce tiers ne connaisse le service réclamant ce certificat. Mais, d’une part, cette solution implique que le tiers de confiance pourra facilement déduire que, quand une personne lui demandera une « preuve de majorité », l’objectif sera de consulter un site pornographique. D’autre part, ce mécanisme du tiers de confiance impose l’utilisation d’une identité numérique d’État, aujourd’hui théoriquement facultative, qui deviendra alors encore plus obligatoire de fait.

Malgré ces obstacles pratiques et en dépit de l’absence de solution viable décidée conjointement par les institutions et les experts techniques, le gouvernement persiste. Mécontent d’une justice qui, à son goût, ne censure pas assez les sites pornographiques, il propose tout simplement de la contourner : le projet de loi SREN passe d’une censure judiciaire des sites ne vérifiant pas l’âge de leurs internautes à une censure administrative, c’est-à-dire extra-judiciaire. Ce n’est donc qu’une fois la censure décidée qu’un juge vérifiera sa légalité. L’Arcom, autorité née de la fusion entre la Hadopi et le CSA, sera chargée de prononcer la censure d’un site pornographique qui ne vérifierait pas l’âge des internautes. Cet entêtement à vouloir fliquer les internautes est d’autant plus surprenant que même la Grande-Bretagne, pourtant pionnière dans la censure des sites pornographiques et source d’inspiration du gouvernement, a abandonné en 2019 un dispositif similaire, faute de solution technique satisfaisante. Très récemment encore, l’Australie a abandonné un tel mécanisme de vérification d’âge et le Texas a été obligé de suspendre une loi similaire parce que la justice américaine a considéré cette loi contraire à la liberté d’expression.

Le retour de la censure obligatoire en 24 heures

L’article 3 du projet de loi renforce les obligations de retrait des contenus à caractère pédopornographique pesant sur les hébergeurs de sites internet. Aujourd’hui, la loi impose que ces derniers doivent retirer ces contenus en 24 heures sur demande de la police, mais il n’y a pas de sanction spécifique en cas d’absence de retrait (seule la responsabilité des hébergeurs pourra être retenue, mais elle s’apprécie en fonction des capacités des plateformes, de la gravité du contenu, de la difficulté à contrôler la légalité de la demande, etc.). La nouveauté du projet de loi réside dans le fait que l’absence de retrait une fois passé le délai de 24 heures constitue automatiquement un délit, sans que soient examinées les potentielles raisons ou explications de cette absence d’action. Dès lors, la menace d’une répression systématique accentue le joug de l’État sur ces hébergeurs et renforce le principe de la censure administrative qui est déjà, en soi, un danger pour la liberté d’expression en ligne (voir par exemple ce que nous disions il y a 13 ans à propos de la LOPPSI).

Mais surtout, il est très probable que, par crainte d’une sanction, les hébergeurs préfèrent retirer trop de contenus, quitte à se tromper. C’est exactement ce que voulait la loi Avia qui imposait des délais fixes pour retirer des contenus haineux ou à caractère terroriste. Nous dénoncions alors le risque de surcensure que ce mécanisme impliquait, tout comme le Conseil constitutionnel lorsqu’il a déclaré cette loi contraire à la Constitution.

Malgré cela, le gouvernement ne cache pas vraiment ses intentions de censure généralisée. Dans l’étude d’impact du projet de loi, il explique que l’objectif de l’article 3 est d’« aligner » les régimes de censure administrative sur celui du terrorisme. En effet, après la censure de la loi Avia, la France s’est empressée de pousser un règlement européen qui oblige aujourd’hui les hébergeurs à retirer les contenus à caractère terroristes sous peine de lourdes sanctions pénales, par un mécanisme similaire à feue la loi Avia. Par cet article 3 qui introduit des sanctions similaires pour les contenus pédopornographiques, le gouvernement organise donc le retour masqué de la loi Avia.

Le bannissement des réseaux sociaux, un coup d’épée dans l’eau

Pour lutter contre le harcèlement en ligne, le gouvernement n’envisage pas de donner les moyens humains et financiers à la justice pour faire son travail. À l’inverse, l’article 5 du projet de loi préfère miser sur un réflexe disciplinaire, en créant une peine complémentaire d’interdiction de réseaux sociaux pour les personnes qui seraient condamnées pour harcèlement : sur décision de justice, les plateformes en ligne devront suspendre les comptes détenus par les personnes condamnées et les empêcher de se créer un nouveau compte. Mais comment s’assurer qu’une personne condamnée ne se recrée pas un compte ? Le projet de loi est parfaitement silencieux sur ce point. On peut en revanche légitimement craindre que cette nouveauté ouvre la voie à la généralisation du contrôle d’identité en ligne, afin de s’assurer que l’internaute voulant se créer un compte ne sera pas sur la liste des personnes interdites de réseaux sociaux.

Cette peine d’interdiction des réseaux sociaux et la généralisation de la vérification d’identité qu’elle risque d’induire s’inscrivent dans la même ligne que la récente loi visant à instaurer une majorité numérique et à lutter contre la haine en ligne, adoptée il y a quelques mois. Issue d’une proposition de loi du groupe Horizons, elle instaure une interdiction pour les mineurs de moins de 13 ans de se créer un compte en ligne, impose à celles et ceux entre 13 et 15 ans d’obtenir l’accord de leurs parents, et permet aux parents d’adolescents ayant entre 15 et 18 ans de suspendre leurs comptes jusqu’à leur majorité. Or, ces règles ne peuvent être respectées qu’en vérifiant l’identité de toute personne voulant s’inscrire sur un réseau social.

Cette « majorité numérique » semble non seulement impossible à mettre en œuvre sans atteinte excessive au droit à l’anonymat en ligne, mais également contraire au droit de l’Union européenne. Cette situation inconfortable a poussé le législateur à soumettre, à la toute fin du processus législatif, l’entrée en vigueur de ce texte à une décision de la Commission européenne sur la conformité au droit de l’UE de ce mécanisme.

Pour autant, cela ne rebute toujours pas le gouvernement, qui continue avec le projet de loi SREN et son idée bannissement des réseaux sociaux. Le Sénat est même allé plus loin : le rapporteur du texte à la chambre haute, Loïc Hervé, a introduit de nouvelles dispositions pour que ce bannissement des réseaux sociaux puisse être prononcé par un juge d’application des peines, voire par un procureur de la République via une composition pénale [1].

La censure administrative par le navigateur

Autre surprise du texte : le gouvernement propose une nouvelle manière de faire de la censure administrative, en passant par un blocage des contenus au niveau des navigateurs web. Sous couvert de proposer un filtre « anti-arnaques », l’article 6 du projet de loi impose non seulement aux fournisseurs d’accès à Internet (FAI) et aux fournisseurs de systèmes de résolution de noms de domaine (c’est-à-dire les fournisseurs de DNS alternatifs autres que ceux des FAI) de censurer certaines ressources en ligne que la police aurait identifiées comme étant des « arnaques », mais oblige également les navigateurs web à procéder à une telle censure.

Autrement dit, si demain la police repère un site d’hameçonnage (phishing), elle pourra imposer à l’éditeur de votre navigateur préféré de procéder à son blocage pur et simple. Et peu importe s’il s’avère que la demande est erronée ou abusive. Peu importe aussi si cela ouvre grand la porte à des censures d’un autre genre, politiques par exemple. Bien évidemment, la fondation Mozilla, qui édite le navigateur Firefox, est vent debout contre cette obligation. Nous vous invitons d’ailleurs à signer leur pétition et à la faire circuler largement.

Et peut-être d’autres mesures autoritaires à venir

Ces quelques articles de ce projet de loi sont déjà très inquiétants, au regard de la mise à mal de l’anonymat en ligne, de l’atteinte à la liberté d’expression et de la négation du droit à la vie privée qu’ils instaurent. Mais ce projet de loi risque encore de s’aggraver au cours des discussions.

En juillet dernier, la réponse du gouvernement et de ses soutiens a été de pointer les réseaux sociaux comme responsables des révoltes en France, pour mieux passer sous silence le malaise social grandissant. À cette occasion, le député Renaissance Paul Midy, rapporteur général de ce projet de loi SREN, avait déjà annoncé qu’il était favorable à l’obligation de justifier de son identité civile avant de pouvoir s’inscrire sur une plateforme en ligne, emboîtant ainsi le pas d’Emmanuel Macron. Cette marotte de la droite française pourrait bien se concrétiser avec ce texte. Suite aux violences estivales, un « groupe de travail » interparlementaire s’est déjà réuni trois fois cet été pour réfléchir à une « évolution législative » de l’encadrement des réseaux sociaux. Seraient pour l’instant envisagées des restrictions temporaires de la géolocalisation ou l’obligation pour les plateformes de conserver les messages éphémères qui y sont échangés.

De plus, tout le monde au gouvernement veut maintenant son petit bout de censure. En réponse à la polémique née autour d’un site de rencontres pour jeunes enfants et adolescents devenu le terrain de chasse de pédophiles, la secrétaire d’État en charge de l’Enfance Charlotte Caubel s’imagine déjà censurer ce type de site. Mais comme la loi instaurant une majorité numérique, qui obligerait à vérifier l’identité de toute personne, n’est pas encore en vigueur, elle pourrait bien profiter de ce projet de loi SREN pour pousser ses idées de censure.

Une grande absente : l’obligation d’interopérabilité des réseaux sociaux

Finalement, il n’est pas surprenant que l’idée d’une interopérabilité obligatoire des réseaux sociaux ne figure pas dans ce projet de loi : il s’agit d’une manière radicalement différente de celle du gouvernement de réguler les contenus en ligne. L’obligation d’interopérabilité des réseaux sociaux consiste à imposer aux grandes plateformes d’ouvrir leurs communautés à d’autres réseaux sociaux. Concrètement, avec une telle obligation, les utilisateurs de Mastodon seraient capables de discuter avec leurs contacts restés sur Facebook. Autrement dit : les internautes pourraient partir d’un réseau social dangereux (car il marchanderait la vie privée de ses utilisateurs et/ou mettrait en avant des contenus problématiques) sans se couper de leurs amis qui y resteraient.

L’obligation d’interopérabilité des réseaux sociaux remettrait largement en question le modèle économique des géants actuels. Celui-ci repose en effet sur le non-respect structurel du droit des données personnelles et la mise en avant algorithmique de contenus haineux. En faisant réagir, ces réseaux sociaux commerciaux gardent les internautes plus longtemps sur la plateforme, augmentant ainsi les revenus publicitaires. En permettant aux internautes de partir d’un Twitter aux mains d’un milliardaire aux choix erratiques et qui met en avant l’extrême-droite ou d’un Meta régulièrement condamné pour ne pas respecter le droit des données personnelles, l’obligation d’interopérabilité de ces plateformes les pousseraient à s’adapter face à la concurrence plus éthique des réseaux sociaux décentralisés. Sans passer par une censure verticale des contenus problématiques en ligne, l’interopérabilité des réseaux sociaux, si elle est obligatoire, permettrait qu’ils ne soient plus mis en avant, et donc de réduire leur impact sur les sociétés.

Ce projet de loi, en ne s’intéressant pas à la question de l’interopérabilité, passe d’autant plus à côté du vrai sujet que les géants du numérique, eux, commencent à s’intéresser à cette question. Cet été, Meta a lancé son concurrent à Twitter, Threads, et a annoncé que son service serait interopérable, notamment avec le reste du fédivers. L’absence d’autorité capable de réguler les ardeurs des géants comme Meta crée alors un danger immédiat pour le fédivers (voir notre explication). Il est aujourd’hui crucial d’empêcher un aussi grand acteur que Meta de prendre ce qui l’intéresse dans l’écosystème des réseaux sociaux interopérables sans donner en retour. Alors que le règlement sur les marchés numériques (Digital Markets Act), règlement européen voulant réguler les plateformes, avait un temps envisagé d’instaurer une telle obligation d’interopérabilité des réseaux sociaux, la France était parvenue en bout de course législative à supprimer une telle obligation. On ne peut que déplorer cette stratégie d’ignorer la question de l’interopérabilité des réseaux sociaux.

S’il fallait résumer le projet de loi SREN, nous pourrions le présenter comme l’exemple parfait de ce qu’il ne faut pas faire. Réguler par la censure, l’autoritarisme et les atteintes massives aux droits fondamentaux n’est pas la bonne solution. Il existe pourtant d’autres manières de faire, notamment en passant par l’obligation d’interopérabilité des réseaux sociaux. Nous reviendrons plus en détails sur certaines des dispositions que nous venons de présenter. En attendant, vous pouvez nous aider à continuer de défendre un Internet respectueux des personnes en nous faisant un don.

[1] Procédure pénale où procureur et personne mise en cause s’accordent sur une peine puis la font valider par un tribunal.

»» https://www.laquadrature.net/2023/09/12/projet-de-loi-sren-le-gouverne...
URL de cet article 38902
  

Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« L’utopie est ce qui n’a pas encore été essayé. »

Theodore Monod

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.