Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

113 
Cauchemar en cuisine politique.

Pujadas/Salamé, bonnet blanc et blanc bonnet contre Mélenchon

Menée par Léa Salamé, une escouade a traqué Jean-Luc Mélenchon le jeudi 30 novembre sur France 2. Le gibier leur a échappé, les chasseurs sont tous égratignés par leurs épines et on compte quelques malencontreuses balles tirées par les assaillants dans leurs propres pieds.

Les réseaux sociaux fourmillent de commentaires indignés contre France 2 et contre cette équipe de mercenaires politiques cachés derrière des cartes de journalistes. France 2 devrait s’en inquiéter.
Le politologue Thomas Guénolé vient de déposer une plainte au CSA, lequel est également saisi par des Internautes.

La chaîne publique (si, si !) a changé l’animateur et le nom de l’émission. « Des paroles et des Actes » est devenu « L’émission politique ». Mais la tambouille est toujours frelatée, saucée au fiel, épicée au guet-apens, empuantie par des menteurs militants baptisés « invités surprises ». Du Mélenchon-bashing méthodique, du mensonge, de la malveillance, des approximations peu professionnelles.

D’un bout à l’autre, Léa Salamé, Nathalie Saint-Cricq, François Lenglet, sonnent l’hallali. En renfort, Jean-Baptiste Marteau, ex-responsable départemental des jeunes de l’UMP de l’Oise, l’homme qui tronqua volontairement une phrase de Mélenchon à la convention des Insoumis pour en dénaturer le sens.

Dans les émissions précédentes, on opposa à Jean-Luc Mélenchon un boulanger ? C’était celui de l’Elysée.

Une agricultrice ? C’était une adhérente de la FNSEA (qui le nia en direct).

Une petite patronne de PME ? C’était une millionnaire pro-Macron.

Hier, c’était une commerçante florissante et apolitique (1) qui a peur des Prud’Hommes et surtout Laurence Debray, une historienne qui se dit Vénézuélienne. Fille de Régis Debray, elle est née à Paris. De nationalité française, c’est une macroniste de la première heure, ex-banquière aux USA. Léa Salamé l’a présentée en début d’émission comme «  d’origine vénézuélienne », puis, à deux reprises, elle affirme (têtue) que le Venezuela est son pays. L’invitée elle-même essaie d’embrouiller : « Le Venezuela est mon pays » (Mélenchon doute),« J’y ai vécu » (Mélenchon aussi, si l’on en croit Léa Salamé, très en forme dans le dilettantisme).

Accompagnant cette avalanche de mensonges sur la nationalité de l’intervenante, les « éléments de langage » de l’opposition putschiste vénézuélienne fusent :

Florilège :
Au Venezuela, « le pain n’arrive jamais », « tous les Vénézuéliens sont en prise avec la faim », ils vivent « une souffrance au quotidien », sa tante « passe sa vie à faire la queue pour trouver du pain ou du papier toilette » ou « de l’argent liquide », « elle fait la queue dès 4 heures du matin  », « le sucre et le café valent de l’or  », « les opposants sont tabassés », « quiconque critique le gouvernement peut atterrir en prison ».

Contenez votre nausée car du gras, du lourd, de l’indigeste arrive.
Après le débat, des intervenants vont analyser«  les propos tenus par Jean-Luc Mélenchon lors de la première partie de "L’Emission politique. Comment analysent-ils le rôle de cet opposant virulent à la politique d’Emmanuel Macron ? » (dixit Salamé). Notez « virulent » dont le Larousse nous donne la définition : « d’un caractère agressif, très violent et mordant ».

L’équipe ? Léa Salamé, entourée de Nathalie Saint-Cricq, François Lenglet, Jean-Baptiste Marteau et Brice Teinturier (directeur d’Ipsos, contrôlé par le groupe mondial NYSE Euronext ), a réuni autour d’une table : Yassine Belattar, humoriste (? !), Pascal Bruckner, essayiste ; Amélie de Montchalin, députée LREM de l’Essonne, Bernard Kouchner, ancien ministre des Affaires étrangères (ex-éléphant PS passé chez Sarkozy).

Cette bande organisée est opposée à Clémentine Autain seulette, présentée par France 2 comme « députée LFI de Seine-Saint-Denis » (en fait elle est député du mouvement Ensemble, élue sous cette étiquette et elle siège avec les Insoumis, comme d’autres, qui ne sont pas à la FI).

D’emblée, en quelques minutes, le ton est donné : Mélenchon ? « Méchant, idiot utile, potiche, égocentrique ».

C’est immédiatement après ce début d’analyse que je suis parti me coucher. Pas vous ?

Maxime VIVAS

La plainte de Thomas Guénolé au CSA :

Note :
(1) Un lecteur nous écrit à son sujet : « Pauline Laigneau, Française lambda qui apporta la contradiction à JLM, a écrit dans la presse un article pour l’élimination des droits des travailleurs. On me souffle dans l’oreillette qu’elle a participé à une université d’été du Medef, qu’elle est membre d’un club privé où l’on retrouve des chefs d’entreprises et... Gattaz ».

URL de cet article 32628
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Même Auteur
La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone.
Maxime VIVAS
Des années de travail et d’investigations (menées ici et sur le continent américain) portant sur 5 ans de fonctionnement de RSF (2002 à novembre 2007) et le livre est là . Le 6 avril 2006, parce que j’avais, au détour d’une phrase, évoqué ses sources de financements US, RSF m’avait menacé dans le journal Métro : " Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice". Au nom de la liberté d’expression ? m’étonné-je. Quoi qu’il en soit, j’offre aujourd’hui au libre débat (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les prolétaires n’ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

Karl Marx


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.