RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Rafles et interdiction de partis politiques au Pays basque_ UN DÉFI A TOUS LES DÉMOCRATES

C.S.P.B. - Communiqué de presse - Paris, le 25/09/2008

Rafles et interdiction de partis politiques au sud et au nord du Pays basque

UN DÉFI A TOUS LES DÉMOCRATES

Les États espagnol et français viennent de franchir un nouvel échelon dans le viol des libertés démocratiques au Pays basque.
La semaine dernière, les tribunaux d’exception de la monarchie post-franquiste ont déclaré hors-la-loi deux partis politiques de la gauche indépendantiste, EHAK et EAE-ANV, dont l’un avait obtenu 13 % des voix lors des élections autonomiques en 2005, et l’autre plus de 20 % aux élections municipales de 2007. Cette interdiction se fonde sur la « Loi des partis » promulguée en 2002, qui permet en pratique de rendre illégal tout parti indépendantiste au Pays basque. Le mouvement de solidarité avec les prisonniers politiques (plus nombreux aujourd’hui qu’à la mort de Franco) est également interdit, et plusieurs de ses militants emprisonnés.
Cette semaine, l’État français lui emboîte le pas, en arrêtant quatorze membres dirigeants de Batasuna, parti politique interdit en Espagne en application de cette loi anti-démocratique, mais parfaitement légal en France et intégré dans la vie politique et électorale au nord du Pays basque. Ces arrestations font suite à d’autres rafles et agressions policières qui montrent une volonté évidente de criminaliser la revendication indépendantiste de ce côté-ci de la frontière également.
Le Comité de solidarité avec le peuple basque à Paris appelle tous et toutes à manifester leur opposition à ces graves atteintes à la démocratie. Laisser les libertés publiques et les droits civiques être remis en cause au Pays basque, c’est accepter de les voir disparaître partout ailleurs.
Face à la revendication indépendantiste, portée depuis plusieurs générations par un mouvement populaire et social dynamique, inventif et multiformes, le gouvernement espagnol persiste à choisir une voie sans issue : celle d’une répression accrue et élargie, d’un usage répandu de la torture, d’une politique pénitentiaire cruelle et d’un arsenal de lois liberticides. Le gouvernement français, en apportant sa collaboration active à cette politique et en continuant à nier toute existence politique au peuple basque, est engagé dans la même impasse.
La seule solution pour mettre un terme au conflit basque est celle proposée par l’ensemble de la gauche indépendantiste : l’option démocratique, fondée sur la reconnaissance du droit à l’autodétermination et garantie par un statut d’autonomie qui permette à toute la population basque, sans exclusive, de décider librement de son avenir.

Comité de solidarité avec le peuple basque,
21 ter, rue Voltaire, 75011 Paris
comite_basque yYe yahoo.fr - http://cspb.unblog.fr

URL de cet article 7179
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Sur les eaux noires du fleuve.
Maurice LEMOINE
Plus de six décennies de conflit armé affectent la Colombie, pays considéré, d’un point de vue formel, comme une démocratie. Aux guérillas nées en réaction à la violence structurelle et à l’injustice sociale a répondu une épouvantable répression. En cette année 2002, le gouvernement a rompu les négociations avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie. Ces terribles FARC viennent d’enlever Ingrid Betancourt. L’élection présidentielle se profile, dont est favori un dur, un certain à lvaro. De (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous vous trouvez nuls, souvenez-vous qu’il a fallu 20 ans, des milliers de milliards de dollars et 4 présidents US pour remplacer les Talibans par des Talibans

Norman Finkelstein

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.