RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Régimes spéciaux de retraite : François Fillon veut capitaliser sur "un tournant historique", par Sophie Louet.








Reuters, Stockholm, vendredi 23 novembre 2007.



"Un tournant historique important"

Sur la voie cahoteuse de la rupture, la refonte des régimes spéciaux de retraite s’impose pour François Fillon comme la bonne stratégie à mener en France en vue de réformes "difficiles" et porteuses de nouveaux soubresauts sociaux.

"Heureusement, la page est tournée, la grève est terminée. Mais un pays qui est à la recherche d’un point de croissance supplémentaire n’a pas besoin de multiplier les conflits de ce type", a déclaré vendredi le Premier ministre français à l’occasion d’un déplacement en Suède, pays cité en exemple pour la réussite de sa réforme des retraites.

"Nous avons dans la conduite de la réforme des régimes spéciaux montré à la fois la fermeté, la détermination, la volonté de réussir, mais dans le même temps, une grande capacité d’écoute qui a permis aux organisations syndicales de trouver, malheureusement après neuf jours de grève, la voie des négociations", a-t-il estimé lors d’un point de presse conjoint avec son homologue suédois, Fredrik Reinfeldt.

"C’était forcément la bonne stratégie, puisqu’elle est en train de réussir", a-t-il souligné.

"Il s’agit là d’un tournant historique important", a dit François Fillon par la suite, lors d’un discours devant la Stockholm School of Economics.

Une gestion "presque parfaite", assure-t-on dans l’entourage de François Fillon.

"Neuf jours de grève, c’est le minimum de ce qu’on pouvait craindre. Il y avait un risque que ça s’enkyste mais le climat n’était pas insurrectionnel comme en 1995", note-t-on, en insistant sur le soutien constant et croissant des Français à la réforme.

Quant aux tiraillements qui ont pu s’immiscer au sommet de l’Etat durant le conflit, on les minimise au regard de la guerre de positions qui présida à la réforme de 2003, alors que François Fillon était ministre des Affaires sociales.


"LE RôLE DU MÉCHANT"

"En 2003, le ministre des Affaires sociales faisait sa réforme, Matignon lui mettait des bâtons dans les roues, l’Elysée faisait une troisième politique", rappelle un collaborateur.

Pour la réforme des régimes spéciaux, il y avait un interlocuteur unique, le ministre du Travail, Xavier Bertrand, qui s’entretenait deux fois par jour avec le chef du gouvernement, explique-t-on.

"Il n’y avait pas de répartition des rôles. Le Premier ministre s’est amusé qu’on lui attribue le rôle du méchant, ce n’est pas l’image qu’il a", témoigne un collaborateur.

Dans le registre officiel du "ni vainqueur ni vaincu", tempéré néanmoins par des commentaires quelque peu claironnants dans les rangs de l’exécutif, on salue le sens des responsabilités des organisations syndicales, la CGT au premier chef, qui "voulait négocier depuis le début" et n’entendait pas sortir "affaiblie" du conflit.

Car d’autres joutes attendent l’exécutif et les syndicats.

La réforme des régimes spéciaux était "dure", mais pratiquement "digérée" par les Français. Les réformes structurelles à venir seront "difficiles", concède-t-on à Matignon, où l’on juge que le plus dur reste à faire malgré l’effet d’entraînement de la réforme.

"Il ne faut pas faire de cette réforme l’étalon de la rupture. Elle était en préparation depuis longtemps, les esprits étaient mûrs", dit-on.

Le prochain défi, pour l’exécutif, est la réforme du contrat de travail, pour laquelle les négociations entre partenaires sociaux piétinent. "La flexicurité scandinave, c’est un concept sur lequel nous travaillons", a précisé François Fillon.

S’y ajoute le rendez-vous de 2008 sur le régime général de retraite.

De l’avis du gouvernement, les organisations syndicales se réserveraient pour ces futurs combats après le galop d’essai des régimes spéciaux, qui ont démontré la radicalité de la base face à des dirigeants plus conciliants convertis à la nécessité de l’harmonisation

Sophie Louet, Reuters.




Aprés les régimes spéciaux ... Sarkozy continue : le dernier rapport du COR prépare pour 2008 l’offensive contre TOUTES les retraites, par J.J Chavigné et G. Filoche.



Régimes spéciaux de retraite : Sarkozy a gagné une manche ... pour le moment, par Vincent Présumey.



Massacre du code du travail dans le silence général, par Gérard Filoche.


Grève SNCF : vous avez dit privilégiés ? Ou la nécessité de distinguer les privilèges bateaux des bateaux des privilégiés, par Jacques Gaillard.



Cheminots profiteurs. Classement des 500 premières fortunes de France.







URL de cet article 5745
   

Même Thème
LA TYRANNIE DU BIEN VIEILLIR
Martz Didier, Michel Billé
La tyrannie du Bien Vieillir, voilà bien un paradoxe ! Il faut être un peu iconoclaste pour aller s’en prendre à une si belle idée, qui fait si largement consensus : « bien vieillir ». Bien vieillir, qui pourrait être contre ? Qui ne le souhaiterait pas pour soi-même et pour autrui ? Qui oserait affirmer préférer vieillir mal ? C’est que le désir de bien vieillir de chacun sans trop d’inconvénients est devenu un slogan qui anime les cercles politiques, court dans les maisons de retraite, envahit les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Lorsque la vérité est remplacée par le silence, le silence devient un mensonge. »

Yevgeny Yevtushenko

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.