RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Résistance Pédagogique : l’appel des 60

Nous ne prenons pas la plume dans un esprit de revanche mais avec une exigence de justice, cette même exigence de justice qui a animé François Hollande durant toute la campagne présidentielle et qui, nous l’espérons tous, marquera profondément le quinquennat qui s’ouvre.

Nous, membres du Réseau des enseignants du primaire en résistance, avons le devoir de faire entendre notre voix, au moment où l’école de la République peut retrouver la place qu’elle mérite au service des citoyens en construction.

Nous avons noté avec plaisir que le Président de la République aspire à être le président de la jeunesse de France. Noble ambition qui ne peut se traduire en actes que si les enseignants que nous sommes sont associés véritablement à la profonde réflexion qui doit être engagée sur l’avenir du système éducatif.

Qui mieux que nous pourra témoigner de la nocivité des réformes imposées
par le ministère de l’Education nationale depuis bientôt cinq ans ? Nous qui avons décidé de résister à cette politique de destruction volontaire de l’école
républicaine, poussés par le seul appel de notre conscience, au mépris des sanctions qui se sont abattues sur nos têtes. Bien que d’horizons différents, bien
qu’animés de convictions pédagogiques variées, nous sommes quelques-uns à avoir été heurtés, dès 2007, par les coups de boutoir portés à l’école. La lettre d’Alain Refalo, notre collègue de Colomiers, En conscience, je refuse d’obéir, en date du 6 novembre 2008, a été pour nombre d’entre nous le signal de l’entrée en résistance.

De lettres de refus en boycotts, ce sont plusieurs milliers d’enseignants à travers le pays qui ont participé à ce mouvement inédit dans l’école de la
République, mouvement à la hauteur des attaques lancées, année après année, par le ministère : querelle sur les méthodes de lecture, destruction programmée des Rased et réduction des horaires en lien avec l’instauration de l’aide personnalisée, mise en place des évaluations nationales de CE1 et de CM2 et du fichier baseélèves, étiquetage des enfants au travers du livret personnel de compétences.

Sanctions après sanctions, nous avons maintenu le cap, en nous entraidant au coeur des tempêtes, en donnant ce que nous pouvions donner pour défendre notre école blessée, dans un esprit magnifique de solidarité, d’échange et de compréhension mutuelle. Et il nous en a fallu de cette sève pour enrayer le
rouleau compresseur d’une administration sans états d’âme, pour nous passer du soutien d’appareils syndicaux généralement frileux, et au-delà pour lutter contre
l’incompréhension, l’apathie, ou l’appréhension de la grande majorité de nos collègues. Nous avons souffert bien des mépris, sans renoncer à notre idéal de
justice scolaire, et quand l’un ou l’autre d’entre nous ne se sentait plus la force
nécessaire pour mener cette bataille qui nous a tous exposés à des degrés divers, un collègue prenait le relais.

Il n’y a pas de prétention à affirmer que notre combat a été exemplaire et
cette exemplarité, chère au nouveau Président de la République, a toujours été,
nous en prenons la mesure aujourd’hui, un pilier essentiel de nos actions. Nous
avons dénoncé sans relâche et non sans découragement, jour après jour, les
atteintes répétées à la liberté pédagogique, la « caporalisation » des esprits,
l’absence de dialogue avec la hiérarchie, la soif de compétition, la course à 
l’évaluation, l’obsession du fichage. La plupart du temps, nous n’avons pas été
entendus au sein de l’institution, chacun se cachant derrière un devoir de réserve
fantasmé auquel nous avons été trop peu à opposer le devoir de vérité.

Au moment où la politique scolaire de la nation va prendre de nouvelles orientations qui, nous le souhaitons, feront du quinquennat passé une triste parenthèse, nous n’accepterons pas que d’aucuns réécrivent l’histoire. Il est si simple de retourner sa veste ou de brandir le devoir d’obéissance. Nous avons prouvé au contraire, par notre désobéissance pleinement assumée, que la résignation et la peur ne sont pas une fatalité, que la liberté et la fraternité ne sont pas des mots vains.

Nous n’avons pas de rancune, mais nous n’oublions pas les silences gênés, les mises en quarantaine, l’indifférence et la sinistre théorie des sanctions blessantes et ridicules : blâme, baisse de note, rétrogradation d’échelon, refus de promotion, retrait de direction, retenues sur salaire, suspension. Comme nous n’oublierons jamais la confiance des élèves, de maints parents et d’élus conscients de la justesse de nos combats.

Nous, membres du Réseau des enseignants du primaire en résistance, demandons solennellement que soient levées ou effacées toutes les sanctions qui nous ont frappés et que soit symboliquement reconnue notre action pour la défense de l’école de la République. Nous souhaitons être reçus collectivement par le ministre de l’Education nationale, pour devenir dès à présent une force de proposition dans le débat sur l’école qui s’annonce. Notre résistance au quotidien dans les classes, notre réflexion sur les enjeux scolaires ne sauraient être ignorées par le nouveau ministère. Nous avons soif de reconnaissance, de justice et de responsabilités.

pour le Réseau des enseignants du primaire en résistance, le 22 mai 2012,

Gilles Lehmann, école Jean-Rostand, Condat-sur-Vienne (87)
Anne Loconte, école Jules-Ferry, Colomiers (31)
Alain Refalo, école Jules-Ferry, Colomiers (31)
Valérie Hillion, école Les Halbrans, Pont-Saint-Martin (44)
Patrick Toro, école Saint-Alary, Saint-Girons (09)
Corine Lefort, école des Accoules, Marseille (13)
Jean Calvo, Rased Les Provinces, Blois (41)
Catia Piquemal, école d’Alba la Romaine, Alba-la-Romaine (07)
Christian Borgetto , école Jean-Rostand, Nailloux (31)
Agnès Bayle, école Jean Plathey, La Talaudière (42)
Cédric Serres, école Simon Bolivar, Montpellier (34)
Annie Biancarelli, école de Mezzana, Sarrola-Carcopino (2A)
Hugues Leenhardt, école du Petit Lac, Calas (13)
Marie-Hélène Robert, école Jean-Monteillet, Vezins de Lévézou (12)
Patrick Pappola, école de Pont d’Aubenas, Aubenas (07)
Ninon Bivès, école de Belmontet, La Salvetat-Belmontet (82)
Guillaume Mangenot, école de Saint-Martial, Montauban (82)
Véronique Decker, école Marie-Curie, Bobigny (93)
Philippe Cherpentier, école Georges-Brassens, Paulhan (34)
Armelle Huitric, école Jean-de-La-Fontaine, l’Isle-Jourdain (32)
Eric Torregrosa, école Louis-Aragon, Vertaizon (63)
Sylvie Pralong, école Jacques-Brel, Montauban (82)
Jean-Marc Hostachy, école Charles-Gounod, Saint-Étienne (42)
Isabelle Bérard, école Franklin-Roosevelt, Marseille (13)
Sébastien Goyer, école Célestin-Freinet, Saint-Front (16)
Dominique Larièpe, CMPP, Chalon-sur-Saône (71)
Gérard Rigaldo, école de Fons, Fons (46)
Marie-Odile Caleca, école George-Sand, Clermont-Ferrand (63)
Bastien Cazals, école Louise-Michel, Saint-Jean-de-Védas (34)
Claudia Chiaramonti, école Jules-Ferry, Vaison-la-Romaine (84)
Sébastien Rome, école Prosper-Gély, Lodève (34)
Cathy Liégent, école Boissière, Noisy-le-Sec (93)
Denis Sauvage, école de Pont d’Aubenas, Aubenas (07)
Laurence Ortega, CMP, Nantes (44)
Dany Bénézet, école de Lézan, Lézan (30)
Annick Teston, école de Pont d’Aubenas, Aubenas (07)
Meryem Hamada, école de Pont d’Aubenas, Aubenas (07)
Muriel Sarrade, école de Pont d’Aubenas, Aubenas (07)
Anne-Marie Terny école de Valvignères, Valvignères (07)
Viviane Mazer, école de Générargues, Générargues (30)
Maryse Ressayre, école Nadal, Saint-Victor-de-Malcap (30)
Pascale La Rosa, école Le Brusquet, Toulon (83)
Claire Moiroud, école Jean-Jaurès Vizille (38)
Laurence Baldit, école Victor-Hugo, La Grand-Combe (30)
Carine Bastiani, école Les Près Saint-Jean, Alès (30)
Gwénaelle Toulouse, école Louis-Leprince-Ringuet, Ales (30)
Christine Laurent, école de Mialet, Mialet (30)
Sandrine Dupin-Bosselli, école Edouard-Herriot, Soyaux (16)
Olivier Brand, école Saint-Exupéry, Belfort (90)
Isabelle Huchard, école de Boisseron, Boisseron (34)
Sylvain Grandserre, école Paul-Bert, Montérolier (76)
Annie Benuraud, école de Belmontet, La Salvetat-Belmontet (82)
Anne Courbière, groupe scolaire Montaigne-Jules-Ferry, Lyon (69)
Emmanuelle Lefevre, professeur des écoles (44)
Patricia Pilleul Mary, psychologue scolaire (77)
André Abeillon, professeur des écoles (69)
Huguette Darley, professeur des écoles (07)
Roland Braun, professeur des écoles (68)
Marguerite Bachy, professeur des écoles (85)
Joël Blanchard, professeur des écoles (85)

http://resistancepedagogique.org/site/

contacts presse :

Gilles Lehmann : 06-19-03-35-97

Hugues Leenhardt : 06 81 47 28 61

Valérie Hillion : 06 83 34 95 68

URL de cette brève 2600
https://www.legrandsoir.info/resistance-pedagogique-l-appel-des-60.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
RSS RSS Commentaires
   

DETTE INDIGNE ! QUI SONT LES COUPABLES ? QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?
Jean-Jacques CHAVIGNE, Gérard FILOCHE
« Euro-obligations », « règle d’or », « gouvernance européenne », « fédéralisme budgétaire »… la crise de la dette qui ébranle la France et l’Europe donne lieu à une inflation sans précédent de termes économico-financiers dans les médias et dans les discours des dirigeants politiques. Pour les citoyens, ce vocabulaire, souvent obscur, dissimule une seule et même réalité : un gigantesque mouvement de transfert des dettes privées (en particulier celles des banques) vers les dettes publiques pour essayer de faire (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’accepte plus ce que je ne peux pas changer. Je change ce que je ne peux pas accepter.

Angela Davis

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.