RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) : un regard différent sur le monde

Le sommet des chefs d'État de l'OCS, l'Organisation de coopération de Shanghai, vient de s'achever avec l'approbation des résolutions finales (dont la stratégie de développement économique des pays de l'OCS jusqu'en 2030). Cette structure, qui en est à sa 23e année d'existence, est appelée à s'élargir considérablement au fil du temps, en impliquant plusieurs nouveaux pays. Elle représente déjà plus de 40 % de la population mondiale, plus de 20 % du PIB et environ 20 % des réserves mondiales de pétrole, mais l'élargissement progressif à d'autres pays ne fera qu'accroître son ampleur et son importance politique. L'importance de cet événement est également utile pour développer certaines considérations ici en Occident, car il nous aide à regarder les choses d'un autre point de vue.

Le sommet des chefs d’État de l’OCS, l’Organisation de coopération de Shanghai, vient de s’achever avec l’approbation des résolutions finales (dont la stratégie de développement économique des pays de l’OCS jusqu’en 2030). Cette structure, qui en est à sa 23e année d’existence, est appelée à s’élargir considérablement au fil du temps, en impliquant plusieurs nouveaux pays. Elle représente déjà plus de 40 % de la population mondiale, plus de 20 % du PIB et environ 20 % des réserves mondiales de pétrole, mais l’élargissement progressif à d’autres pays ne fera qu’accroître son ampleur et son importance politique. L’importance de cet événement est également utile pour développer certaines considérations ici en Occident, car il nous aide à regarder les choses d’un autre point de vue.

Commençons par le premier aspect. Depuis que l’administration démocrate dirigée par Biden a pris ses fonctions à la Maison Blanche, elle a imposé une lecture binaire du monde : d’un côté se trouveraient les démocraties libérales, de l’autre les États autoritaires, qui représentent la principale menace pour l’ordre international dirigé par les États-Unis. Au premier groupe de pays appartiendraient les Etats occidentaux, au second tous les autres. Une reprise en bonne et due forme de la thèse du choc des civilisations de Samuel Huntington (lancée au début des années 1990, à l’apogée de l’unilatéralisme étasunien) et dépeinte par Niall Ferguson dans la dichotomie The West and the Rest (l’Occident et le reste). Mais cette vision binaire, renforcée dans certains milieux politiques occidentaux après l’éclatement du conflit ukrainien, ne prend pas en compte les complexités du monde et surtout le poids de certains États. Le sommet de l’OCS de 2023 a été accueilli par l’Inde, un pays que la vulgate occidentale placerait au rang des démocraties. Mais le premier pays du monde par sa population et la sixième économie de la planète continue de résister aux pressions étasuniennes qui voudraient l’impliquer dans un affrontement contre Moscou (et les autres pays qui ne sont pas adeptes du consensus de Washington) et continue de maintenir sa posture basée sur la doctrine de la neutralité stratégique.

Mais ce n’est pas tout : depuis le sommet de Samarkand de 2022, l’OCS, qui a été fondée par le "groupe des cinq" en 1996 et qui repose depuis le début sur une forte coopération entre la Chine et la Russie, s’est considérablement élargie. En effet, lors du sommet en Ouzbékistan, l’adhésion de l’Iran en tant qu’État membre a été décidée (ce qui aura lieu lors du sommet de 2023), la procédure d’adhésion du Belarus a également été lancée, le statut de partenaires de dialogue a été accordé à l’Égypte, à l’Arabie saoudite et au Qatar, et l’admission future de Bahreïn, des Maldives, des Émirats arabes unis, du Koweït et du Myanmar en tant que nouveaux partenaires de dialogue a été décidée. La prétention d’un monde encore exclusivement axé sur les intérêts et une vision occidentalo-centrée s’effondre face à ce sommet de l’OCS qui, accueilli par l’Inde et ouvert à de nouveaux membres, met encore plus en lumière la prétention de certains États à se présenter comme les seuls acteurs de l’ensemble de la communauté internationale, alors qu’en réalité leur rôle dans le monde s’amenuise.

Un autre point très intéressant est la revendication d’une sorte de parallélisme entre les ambitions de l’OCS et de l’OTAN. Bien que des exercices militaires soient périodiquement organisés au sein de l’OCS, les différences mêmes qui la composent en font un candidat à un rôle de plus en plus important dans la gestion des différends et des problèmes par des moyens diplomatiques, contrairement à l’unilatéralisme militaire qui caractérise le modus operandi de l’OTAN. Comme nous l’avons noté l’année dernière lors du sommet de Samarkand, l’OCS implique des pays ayant des systèmes politiques différents et parfois des valeurs différentes, en leur fournissant une plate-forme de dialogue et de coopération concrète dans la gestion et la résolution de problèmes concrets. C’est précisément le renforcement de cette voie différente et distincte de celle de l’OTAN qui réduit sa centralité stratégique en perspective.

Il est significatif qu’à cet égard, le président chinois ait exhorté les Etats membres à utiliser le mécanisme de coordination et de coopération entre les voisins de l’Afghanistan et à encourager le pays à s’engager sur la voie de la paix et de la reconstruction, après plus de vingt ans de guerre des EU et un départ ruineux en 2021. Parmi les cinq points abordés par Xi Jinping dans son discours, deux ont permis de clarifier la contribution chinoise aux perspectives de l’OCS. En effet, le président chinois a, d’une part, rappelé que l’objectif primordial de l’organisation est d’assurer la sécurité, de lutter contre le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme, et d’autre part appelé les États à rester unis face aux menaces extérieures et à résoudre les différends par le dialogue et la coopération. Surtout, il faut éviter toute ingérence extérieure dans la région et toute ingérence dans les affaires intérieures des différents États. Il ne s’agit pas d’un appel formel. Il suffit de dire qu’au moins cinq des neuf membres de l’OCS ont été témoins de tentatives de révolutions colorées fomentées de l’extérieur dans leur propre pays. En fait, Xi Jinping a déclaré : "Nous devons être extrêmement vigilants face aux tentatives extérieures de fomenter une nouvelle guerre froide ou une confrontation entre les camps de notre région. Nous devons rejeter fermement toute ingérence dans nos affaires intérieures et l’instigation de "révolutions colorées" par quelque pays que ce soit, sous quelque prétexte que ce soit".

En outre, le président chinois a appelé les États membres à se concentrer sur une coopération concrète afin d’accélérer la reprise économique. La proposition chinoise de renforcer la réglementation des monnaies locales entre les États membres, d’étendre la coopération sur les monnaies numériques souveraines et de promouvoir la création d’une banque de développement au sein de l’organisation doit également être lue à cet égard. Il s’agit d’une question névralgique, et pas seulement pour la région. En effet, c’est précisément la prétention occidentale à une lecture binaire du monde contemporain et la quête spasmodique de cristallisation de cette division en blocs qui accélère la tendance à la perte d’influence de l’Occident. Prenons le cas du commerce international. Selon une rapport de Reuters de lundi, l’entreprise publique indienne Indian Oil Corporation achète du pétrole russe en yuans depuis juin et au moins deux des trois entreprises privées font de même. Il ne s’agit pas d’un cas isolé. Aujourd’hui, une soixantaine de pays commercent en utilisant leur propre monnaie au lieu du dollar, au point que les réserves en dollars des États-Unis ne cessent de diminuer, passant de 73 % en 2001 à 58 % en 2023, selon Bloomberg. Et les actions unilatérales des États-Unis ne font qu’exacerber la crise de leur monnaie, comme le montre la hausse continue des taux d’intérêt (et des taux de change correspondants) qui sape la fonction de la monnaie américaine en tant que "bien universel".

Dans quelle mesure l’Europe sera-t-elle prête à payer le prix de ces choix unilatéraux ? La poussée guerrière, soutenue par le prétexte de l’hégémonie du dollar, prive les pays européens et leurs monnaies de toute chance de soutenir le développement économique et l’investissement sur leur continent. Plutôt que de continuer à lire les événements en Asie avec un prisme emprunté à Washington, il faut commencer par mieux définir ses intérêts stratégiques et changer de paradigme.

Version italienne

6 juillet 2023

L’auteur Francesco Maringiò est le président de l’Association italo-chinoise pour la promotion de la nouvelle route de la soie.

»» https://italienpcf.blogspot.com/2023/07/sommet-de-lorganisation-de-coo...
URL de cet article 38795
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Maxime Vivas : le gai Huron du Lauragais
Bernard GENSANE
C’est sûrement parce qu’il est enraciné dans les monts du Lauragais que Maxime Vivas a pu nous livrer avec ce roman une nouvelle version de l’ébahissement du Candide face aux techniques asservissantes censées libérer les humains. Soit, donc, un Huron né à des milliers de kilomètres de l’Hexagone, sur l’àŽle Motapa, d’une mère motapienne et d’un père parisien. A l’âge de 25 ans, ce narrateur décide de voir Paris. Motapa est une île de paix, de sagesse, de tranquillité. La lave de son volcan charrie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’art de la politique est de faire en sorte que les gens se désintéressent de ce qui les concerne.

Daniel Mermet

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.