RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Soudainement, le tribunal décide que Posada sera jugé à El Paso

TOUT juste trois jours après que le vice-président de Panama ait assuré que son pays réclamerait bientôt l’extradition de Luis Posada Carriles, la cour d’appel de la Nouvelle-Orléans, qui a battu des records de lenteur pour l’étude du dossier, ordonne soudainement que le terroriste soit jugé à El Paso, Texas, sous des accusations de fraude migratoire.

Selon le quotidien El Paso Times, les trois juges de la cour d’appel du Cinquième circuit chargés de la cause ont « déterminé que Posada doit être soumis à procès, sous l’accusation d’avoir menti aux autorités fédérales dans sa tentative de se convertir en citoyen étasunien ».

Lundi le 11 août, le vice-président et ministre des Affaires étrangères de Panama, Samuel Lewis Navarro, a annoncé que dès que sera reçue la requête du ministère public, commenceraient les démarches auprès des autorités nord-américaines pour extrader le terroriste international.

La décision constitue un nouvel épisode des manoeuvres dilatoires destinées à fournir une fausse justification au gouvernement Bush pour sauver l’agent de la CIA qui, durant plus de 40 ans, s’est consacré à réaliser le sale boulot de l’agence.

La cause pénale de Posada a été rejetée le 8 mai 2007 par la juge fédérale de district Kathleen Cardone qui l’a libéré après avoir estimé qu’un interprète a traduit de manière erronée les propos de l’assassin face à une fonctionnaire des services d’immigration.
Le ministère public a immédiatement porté l’affaire devant un tribunal supérieur. La décision "inattendue’ de la cour de la Nouvelle-Orléans n’est que la dernière d’une interminable succession de procédures dilatoires à faveur de Posada, provoquées intentionnellement par le procureur texan Michael Mullaney et les procureurs fédéraux John F. De Pue, John W. Van Lonkhuyzen et Paul Ahern, de la section antiterroriste du Département de la justice.

Le tribunal du Cinquième circuit avait tenu une audience le 4 juin pour entendre les intervenants au dossier… et justifier l’incroyable retard de celui-ci. S’il était trouvé coupable, Posada recevrait une sentence inférieure au temps qu’il a déjà passé en prison.
La cour d’appel, bien entendu, n’ordonne pas la détention de Posada, le terroriste le plus dangereux du continent, qui demeurera en liberté à Miami où il participe impunément à des activités publiques, plusieurs d’entre elles convoquées par le groupe terroriste Alpha 66.

Depuis son arrestation en Floride, le gouvernement du Venezuela qui le tient responsable de la destruction d’un avion cubain avec 73 passagers survenue en 1976, réclame avec insistance son extradition.

A la requête du Venezuela, s’ajoute maintenant celle de Panama dont le Tribunal suprême a déclaré la libération du terroriste et de trois de ses complices par la présidente mafieuse Mireya Moscoso, illégale et anticonstitutionnelle. George Bush fils a offert sa protection à Posada qui a commis son action terroriste la plus cruelle alors que George Bush père était patron de la CIA et a trafiqué de la drogue et des armes sur la base salvadorienne d’Ilopango quand ce même personnage était vice-président des États-Unis.

Jean-Guy Allard

URL de cet article 7012
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Propagande impériale & guerre financière contre le terrorisme
Ibrahim WARDE
« Après chaque attentat, des experts autoproclamés dénoncent les réseaux de financement du terrorisme. Les enquêtes ont beau démontrer que ces attentats nécessitent en réalité très peu de fonds, pour les idéologues endurcis qui forment les bataillons des "guerriers de la finance", l’absence de preuve ne signifie rien : il faut multiplier les attaques contre l’argent caché des terroristes. Or les frappes financières, si elles sont le plus souvent sans effets réels sur leurs cibles officielles, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les Occidentaux ont pour système de soutenir et de porter aux nues à l’Est des gens qu’ils s’empresseraient de jeter en prison chez eux.

Slobodan Despot

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.