RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Syrie : la menace d’une tragédie dans la tragédie nationale

Le « printemps arabe » qui est en train de chambouler l’échiquier politique des Etats où il « fleurit » vire à l’hiver sibérien pour cette cause nationale palestinienne.

Pour les Palestiniens réfugiés malgré eux dans les pays arabes « frères », les bouleversements politiques qui affectent ces derniers se traduisent souvent pour eux en « punitions collectives » au prétexte de leur soutien aux régimes que ces bouleversements mettent à bas.

En Irak, après la chute de Saddam Hussein, les réfugiés palestiniens ont payé le prix fort le soutien qu’Arafat avait apporté au dictateur déchu. Pour la même raison, leurs compatriotes exilés au royaume saoudien et dans les émirats du Golfe ont subi un traitement similaire. Ceux des réfugiés palestiniens qui sont en Syrie sont menacés d’un sort similaire en cas d’effondrement du régime de Damas. Ils ont un avant-goût de ce qui les attend dans ce cas avec les attaques armées dont leur camp du Yarmouk où vivent 140.000 d’entre eux est la cible de la part des rebelles en guerre contre le régime.

Réfugiés malgré eux dans les pays arabes, ils sont cycliquement victimes des retournements d’alliance qui s’opèrent entre les régimes de ces pays et les factions du mouvement national qui prétendent représenter tous les Palestiniens. L’immense majorité des réfugiés palestiniens a toujours autant que faire se peut tenté de rester à l’écart des conflits politiques internes à leurs pays d’accueil, ne se faisant visible que pour entretenir la flamme de leur cause nationale. Quels que soient le motif et la raison, il est inacceptable et intolérable que les réfugiés palestiniens se voient infliger la « peine collective » à chaque changement de régime. D’autant que leur exil forcé dans les pays arabes résulte de la trahison par ces derniers de la cause nationale palestinienne.

Le « printemps arabe » qui est en train de chambouler l’échiquier politique des Etats où il « fleurit » vire à l’hiver sibérien pour cette cause nationale palestinienne. Pour les nouveaux acteurs politiques qui accèdent au pouvoir dans le monde arabe, cette cause palestinienne n’est plus au coeur de leurs préoccupations. Elle est même devenue l’obstacle qu’ils veulent lever en signe de bon geste en direction des puissances qui peuvent compromettre la pérennité des régimes qu’ils ont mis en place. C’est vraiment un sale temps que « le printemps arabe » pour les Palestiniens qui sont lâchés de partout et sommés de renoncer au « rêve » de la création de leur Etat national. C’est ce vers quoi convergent toutes les pressions qui s’exercent sur eux que veulent obtenir les « médiations » qui se proposent entre eux et les Israéliens.

En Syrie, comme cela a été le cas en Irak après le changement de régime, il se profile une tragédie dans la tragédie nationale, celle dont seront victimes les réfugiés palestiniens que les vicissitudes de leur sombre histoire nationale ont conduits dans ce pays. Il n’y a pas qu’au Liban qu’ont été possibles les massacres de Palestiniens. Des Sabra et Chatila, il peut en survenir en Syrie comme il y en a eu en Irak dans l’indifférence des puissances qui se targuent de vouloir apporter paix, tolérance et respect des droits de l’homme là où ils déversent soldats, mercenaires et armement.

Kharroubi Habib
Le Quotidien d’Oran

URL de cet article 18181
   

Les éditocrates - Mona Chollet, Olivier Cyran, Sébastien Fontenelle, Aude Langelin
Vous les connaissez bien. Leur visage et leur voix vous sont familiers. Ils signent tous les jours un éditorial dans la presse écrite ; ils livrent une chronique chaque matin sur une antenne de radio ; ils occupent les plateaux des grandes - et des petites - chaînes de télévision ; chaque année, voire plusieurs fois par an, leur nouveau livre envahit les tables des librairies. « Ils », ce sont les « éditocrates ». Ils ne sont experts de rien mais ils ont des choses à dire sur (presque) tout et, à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Des millions de gens ont vu tomber une pomme, Newton est le seul qui se soit demandé pourquoi.

Bernard Baruch

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.