Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Un Kouffiya pour Tony Benn, le guerrier britannique qui « s’est bonifié avec l’âge » (Palestine Chronicle)

Des années avant que la campagne du Boycott, Désinvestissement et Sanctions ne soit parvenu à prendre une position centrale dans le mouvement de solidarité palestinien, Tony Benn préconisait déjà un boycott d’Israël avec une conviction sans faille.

"L’Angleterre devrait apporter son soutien à cette stratégie en cessant de vendre des armes à Israël, en lui imposant des sanctions commerciales et en y interdisant tout investissement tout en boycottant ses produits ici à moins qu’Israël n’accepte de se plier immédiatement à ces exigences" écrivait Benn sur son blog le 19 avril 2002 sous le titre "UN ETAT PALESTINIEN MAINTENANT". Par "stratégie" Benn voulait parler du projet d’Arafat de déclarer un état palestinien et de la reconnaissance de ce dernier par les "nations amies".

Oui, le titre était en lettres capitales. C’était comme si Benn, un respectable politicien britannique de gauche, avait voulu souligner on ne peut plus clairement que les droits, la liberté et la souveraineté du peuple palestinien devaient être respectés. C’était un homme audacieux et courageux, comme tous les hommes et femmes de principes devraient l’être. Il ne badinait pas avec les droits humains et la justice. Ce guerrier d’envergure internationale a laissé un vide, qu’il sera difficile de remplir, en nous quittant le 13 mars à l’âge de 88 ans.

A sa mort, les médias britanniques ont publié nombre d’articles sur Benn et sur le fait qu’il était un politicien obstiné et un défenseur intransigeant des droits humains. Franchement, les médias ont davantage insisté sur le premier aspect que sur le second, en dépit du fait que pour Benn la politique avait un rôle éthique. Selon lui, le Parlement devait être une tribune au service du peuple et non un endroit où l’on conspirait avec d’autres politiciens pour avantager son parti. Pour beaucoup de politiciens, la seule chose qui importe est de gagner les élections et non d’utiliser leur mandat pour servir sincèrement le peuple. Benn était différent, cela explique la relation amour-haine que l’Angleterre avait avec lui.

A leur habitude, pour résumer la vie de Benn, les médias britanniques ont repris en boucle des remarques sur lui qui avaient fait le buzz à moment donné. Comme le fait qu’il aurait été "immature". C’est son plus grand adversaire au parti travailliste, Harold Wilson (décédé en 1995), qui avait ainsi commenté le fait que Benn s’était radicalisé en vieillissant. La plupart des médias adorent les phrases toutes faites et les slogans qui leur facilitent la vie. Wilson et son camp ont tenté de faire porter à Benn la responsabilité des défaites électorales successives du Labour. De fait, Margaret Thatcher puis John Major ont gagné quatre élections de suite et ont tous les deux modifié en profondeur l’économie britannique et écrasé la plupart des principaux syndicats. Mais rendre Benn responsable des divisions internes du parti est pour le moins injuste.

Comparons la vie de Tony Benn à celle de Tony Blair. Le premier était profondément honnête, il s’est courageusement opposé à l’hégémonie étasunienne sur le monde, et il s’est battu de tout son cœur pour les pauvres et les précaires et contre la mondialisation sauvage qui a rendu les états vulnérables aux disparités inévitables du système économique mondialisé.

Blair a fait exactement le contraire : c’est un politicien dénué de tout sens moral qui ne sert que ses propres intérêts et qu’on a, à juste titre, qualifié de toutou de Bush pour avoir suivi les États-Unis dans des aventures militaires douteuses, notamment en Afghanistan et en Irak.

Benn, a toujours été et sera toujours considéré par tous – même par ceux qui n’étaient pas d’accord avec lui – comme un homme de haute stature morale. Blair avait perdu la confiance de ses pairs avant même d’être obligé de quitter ses fonctions. Les médias israéliens, eux, garderont sans doute un bon souvenir de Blair.

Benn, guidé par les hautes valeurs morales qui l’ont accompagné pendant ses 50 ans de mandant comme Membre du Parlement britannique, s’est attaqué à des défis encore plus élevés lorsqu’il a pris sa retraite en 2001. L’homme politique qui luttait avec acharnement pour que le parti travailliste corresponde à ce qu’il doit être, a pris une envergure internationale en s’attaquant infatigablement au plus épineux des problèmes.

Quand a commencé la soit disant guerre anglo-étasunienne contre le terrorisme – dissimulant des intérêts économiques et stratégiques – Benn est devenu célèbre, non pas en tant qu’"expert" de télévision mais comme opposant virulent au massacre de centaines de milliers d’innocents par les États-Unis et son propre gouvernement. Depuis cette époque, l’homme n’est jamais resté longtemps loin de la rue. Ses discours passionnés prononcés dans un anglais raffiné subjuguaient les foules. Il ne faut pas oublier qu’à l’époque il fallait être particulièrement courageux pour critiquer les guerres. Mais la peur n’arrêtait pas Benn, au contraire, il était d’une audace incroyable.

Je l’ai écouté une fois à Trafalgar square à Londres. Il portait un Kouffiya, la coiffe palestinienne traditionnelle. Il parlait de l’Irak, du Liban et de la Palestine, comme s’il en faisait partie. Des milliers de gens l’applaudissaient avec enthousiasme. C’était comme si ses mots avaient le pouvoir de libérer les nations arabes de l’occupation militaire et de la guerre. Mais il est vrai que parfois les mots se mettent à vivre par eux-mêmes et qu’en se multipliant à l’infini ils peuvent changer le monde.

"La responsabilité des crimes abominables qui ont été commis contre les Palestiniens doit être partagée également entre Jérusalem et Washington car les gouvernements étasuniens successifs ont financé Israël, armé Israël et utilisé leur veto au Conseil de sécurité pour soutenir Israël dans son refus de se soumettre à l’opinion publique internationale," avait-t-il déclaré en 2003 dans un interview pour Al Ahram, un journal basé en Égypte.

Il est exact que Benn n’a pas été le seul homme politique à parler avec autant d’honnêteté de la responsabilité partagée des crimes commis contre les Palestiniens, mais peu d’entre eux ont été aussi loin que lui. La prochaine fois qu’il y a un rassemblement en faveur de la Palestine, il faudrait installer une chaise vide avec un Kouffiya palestinien au nom de Tony Benn. C’est une tradition palestinienne d’honorer de la sorte ses héros, même ceux qui ont un magnifique accent anglais.

Ramzy Baroud

http://www.palestinechronicle.com/a-kuffiya-for-tony-benn-the-british-...

Ramzy Baroud (http://www.ramzybaroud.net) est un journaliste international et le directeur du site PalestineChronicle.com. Son dernier livre, Résistant en Palestine - Une histoire vraie de Gaza (version française), peut être commandé à Demi-Lune. Son livre, La deuxième Intifada (version française) est disponible sur Scribest.fr

Traduction : Info-palestine.eu - Dominique Muselet

»» http://www.info-palestine.eu/spip.php++cs_INTERRO++article14467
URL de cet article 24939
   
Même Auteur
Résistant en Palestine - Une histoire vraie de Gaza.
Ramzy BAROUD
Comprenez, de l’intérieur de Gaza, comment le peuple palestinien a vécu la signature des Accords d’Oslo : les espoirs suscités et immédiatement déçus, la désillusion et la colère suscitée par l’occupation et la colonisation israéliennes qui continuent... La seconde Intifada, et la montée politique du Hamas... Né à Gaza en 1972, Ramzy BAROUD est un journaliste et écrivain américano-palestinien de renommée internationale. Rédacteur en chef de The Brunei Times (version papier et en ligne) et du site Internet (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si vous trouvez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance. »

Abraham Lincoln, 16ème président des Etats-Unis de 1861 à 1865, 1809-1865, assassiné


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.