RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Un militant palestinien des droits de l’homme condamné à neuf ans de prison (AIC)

Le militant palestinien des droits de l’homme Ameer Makhoul a été condamné dimanche 30 janvier à neuf années de prison pour espionnage et contact avec un agent étranger.

Makhoul qui était directeur de Ittijah (l’union des associations de la communauté arabe) et président du comité public pour la protection des libertés politiques a été arrêté le 6 mai 2010 par la police et les services généraux de sécurité israéliens. L’inculpation initiale incluait également l’aide à l’ennemi (Hezbollah) en temps de guerre, ce qui en Israël est puni de prison à vie.

Makhoul a signé un plea bargain avec les autorités israéliennes le 27 octobre 2010 selon lequel il aurait une réduction de peine avec un chef d’inculpation réduit (à condition d’accepter de plaider coupable NdT).

"Mon mari est puni sévèrement aujourd’hui pour avoir lutté pour la justice sociale et politique. Il a été traité injustement et le but de sa condamnation est d’effrayer la population arabe d’Israël" a dit Janan, la femme de Makhoul au Palais de Justice dimanche.

Son frère, Issam Makhoul qui est un ancien membre de la Knesset a dit à Ynet news d’Israël : "Cela n’a rien à voir avec la sécurité de l’état. Ils veulent l’empêcher de s’exprimer. Il s’agit de persécution politique à l’encontre d’un homme qui a fait beaucoup de bien et qui n’a jamais causé aucun tort à l’état. Il a toujours agi conformément à la loi."

Après que les services généraux de la sécurité israélienne aient fait irruption dans le domicile de Ameer Makhoul à Haifa à six heures du matin et l’aient arrêté, il a été conduit dans les locaux de la sécurité israélienne où on l’a empêché de voir un avocat et sa famille pendant presque deux semaines. C’est pendant ce laps de temps qu’il a reconnu tout ce dont on l’accusait. Il y a de fortes présomptions que ses aveux aient été obtenus pas la force.

Selon le docteur Hatem Kanaane, président du comité populaire de défense et de solidarité crée pour défendre Ameer Makhoul : "Ameer, sa famille, ses hommes de loi et le comité de solidarité nous avons tous ensemble pris la mesure de la situation à laquelle nous étions confrontés et considéré que le mieux pour Ameer était d’accepter un plea bargain."

Le docteur Kanaane a ajouté que "Après avoir été privé de sommeil pendant 16 jours attaché à une chaise dans une position considérée comme de la torture, Ameer leur a dit qu’il signerait tous les fausses accusations qu’ils voulaient. Il était brisé."

Bien que les autorités israéliennes aient confisqué plusieurs ordinateurs et de nombreux documents appartenant à Ameer, à l’organisme Ittijah et à la famille d’Ameer, et aient enregistré plus de 30 000 conversations téléphoniques d’Ameer au cours des deux années précédentes, elles n’ont trouvé aucune preuve contre Ameer en dehors de ses aveux.

Selon Orna Kohn de Adalah (le centre légal pour les droits de la minorité arabe d’Israël) qui est un des avocats de Makhoul : "La loi israélienne a une définition très large des soi disants délits contre la sécurité de l’état ce qui permet de criminaliser des comportements ou des actions que personne ne s’attend normalement à voir figurer dans le code criminel. En conséquence il est très facile au procureur de convaincre la Cour que quelqu’un est coupable."

Quand un Palestinien est accusé de mettre la sécurité de l’état en danger il est quasiment impossible qu’il ne soit pas condamné à une peine de prison, même s’il y a peu ou pas du tout de preuve pour appuyer les accusations. Ameer a maintenant rejoint les milliers d’autres prisonniers palestiniens qui servent des peines dans les prisons israéliennes pour des crimes qu’ils n’ont jamais commis. Sa famille, ses amis et la communauté arabe qu’il a servis si fidèlement attendent impatiemment sa libération.

Avant qu’on lui notifie sa peine, Makhoul a osé déclarer : "Je considérerai toute peine que vous m’infligerez comme un acte cruel et agressif contre le peuple arabe et sa lutte légitime ici et dans le monde entier. Nous allons voir si la Cour est une Cour de Justice ou le Shin Bet, si on y rend la justice ou si on y obéit au Shin Bet. J’ai avoué ce dont on m’accusait car il ne m’a pas été possible de faire autrement et j’ai l’intention de continuer à oeuvrer en toute légalité pour la population palestinienne d’Israël."

Pour consulter l’original : http://www.alternativenews.org/english/index.php/topics/israeli-societ...

Traduction : D. Muselet

URL de cet article 12676
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

https://lesmutins.org/hacking-justice

à partir du 17 novembre, le film sera suivi de débats aux séances de 20h les lundi, mercredi, Vendredi. Calendrier : https://lesmutins.org/hacking-justice?tab=projections

Même Thème
Être palestinien en Israël – Ségrégation, discrimination et démocratie
Ben WHITE
La Guillotine est heureuse de vous proposer sa deuxième publication. Après Europe-Israël : Une alliance contre-nature de David Cronin, traitant des relations ambivalentes entre l’Europe et Israël, cette fois il s’agit d’une investigation abordant un autre sujet peu éclairé. Alors que les Palestiniens en Israël s’imposent comme une composante incontournable de la réflexion politique et de l’action pour libérer la Palestine de l’apartheid et de la domination militaire sionistes, aucun livre en français (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La seule et unique raison pour laquelle certaines parties de la classe dirigeante n’aiment pas Trump, ce n’est pas parce qu’il ne défend pas leurs intérêts (il le fait), mais parce qu’il gère mal les événements et les récits d’une manière qui expose à la vue de tous la laideur de l’empire."

Caitlin Johnstone

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.