RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Une fin de campagne présidentielle plombée par les scandales en Colombie

Relents de narcotrafic et soupçons d’espionnage : la campagne présidentielle en Colombie a basculé dans une série de scandales, le chef de l’Etat Juan Manuel Santos dénonçant une volonté de nuire au processus de paix avec les FARC.

A moins de trois semaines du premier tour, prévu le 25 mai, les règlements de comptes s’enchaînent entre M. Santos, en lice pour un second mandat de quatre ans, et son principal rival, Oscar Ivan Zuluaga, chef de file des opposants aux négociations avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

La première bombe a explosé avec la démission du principal conseiller du président de centre-droit, le publicitaire vénézuélien Juan Rendon, accusé d’avoir perçu 12 millions de dollars de la mafia pour organiser une reddition de barons de la drogue, ce qu’il nie.

En pleine remontée dans les sondages, qui le placent toutefois encore derrière le chef de l’Etat (19% contre 27% des intentions de vote), M. Zuluaga a aussitôt exigé de son adversaire "une réponse immédiate à un fait aussi grave".

Poulain de l’ancien président conservateur Alvaro Uribe (2002-2010), cet ancien ministre de l’Economie avait jusqu’ici concentré sa campagne sur la "trahison" supposée de M. Santos envers son charismatique prédécesseur pour avoir ouvert le dialogue avec la rébellion marxiste, la plus ancienne d’Amérique latine avec près d’un demi-siècle d’existence.

Mais deux jours plus tard, nouveau rebondissement sur le mode de l’arroseur-arrosé : la justice démantèle une officine d’espionnage des courriels présidentiels animé par un des soutiens de campagne de M. Zuluaga, qui a condamné par avance "toute activité illégale".

Le procureur général, Luis Eduardo Montealegre, a publiquement affirmé que cette cellule visait à "interférer dans le processus de paix". Le suspect, un ingénieur, a été placé mercredi en détention provisoire.

"Fin de campagne totalement sale"

A son tour, le président Santos a fustigé ceux qui tentent de "saboter le processus de paix à travers des interceptions illégales" et "déstabiliser les institutions du pays".

En début d’année, un scandale similaire avait déjà atteint certains secteurs de l’armée, accusés d’avoir installé pour le camp "uribiste" une cellule d’espionnage des délégués du gouvernement et des Farc aux négociations de paix, qui se déroulent depuis novembre 2012 à Cuba.

"C’est une fin de campagne totalement sale, viscérale, avec des échanges de calomnies. Ce n’est pas un phénomène nouveau mais cela n’avait pas eu autant d’ampleur auparavant", affirme Fernando Giraldo, politologue à l’Université Javeriana de Bogota, dans un entretien à l’AFP.

Ces récents éclats tranchent avec le début de la campagne, restée relativement discrète sur le terrain comme dans les médias. L’unique débat présidentiel, qui devait être organisée par une université, a même été purement et simplement annulé il y a quelques jours.

Ce durcissement illustre le différend profond autour du processus de paix avec les Farc, thème obsessionnel de la campagne, qui est devenu depuis l’ouverture des négociations un "affrontement personnel entre M. Santos et M. Uribe", selon M. Giraldo.

Un duel, par candidat interposé, qui est aussi, poursuit cet observateur de la vie politique, une "confrontation entre deux mondes" : le "monde urbain" du président et le "monde rural" de son prédécesseur, qui correspond aux "secteurs les plus radicaux".

"Les candidats ont malheureusement décidé de ne pas débattre sur le fond de leurs propositions, et c’est pourquoi la campagne se termine de cette manière, avec des accusations et des vengeances. Tout ce qui intéresse le moins les électeurs ", conclut le politologue.

»» http://www.directmatin.fr/monde/2014-05-07/une-fin-de-campagne-preside...
URL de cet article 25533
  

Même Thème
Colombie, derrière le rideau de fumée. Histoire du terrorisme d’Etat
Hernando CALVO OSPINA
L’affaire Ingrid Betancourt et la question des otages ont mis la Colombie sous les feux de l’actualité… Mais, derrière le rideau de fumée médiatique, que se passe-t-il vraiment dans ce pays ? La violence politique, conséquence de l’intransigeance de l’Etat et des énormes inégalités sociales, est au coeur de cet ouvrage, Au fil de l’histoire, l’oligarchie nationale vorace, les Etats-Unis et certaines puissances européennes, avides de soumettre un peuple pour s’emparer de ses immenses richesses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Depuis 1974 en France, à l’époque du serpent monétaire européen, l’État - et c’est pareil dans les autres pays européens - s’est interdit à lui-même d’emprunter auprès de sa banque centrale et il s’est donc lui-même privé de la création monétaire. Donc, l’État (c’est-à -dire nous tous !) s’oblige à emprunter auprès d’acteurs privés, à qui il doit donc payer des intérêts, et cela rend évidemment tout beaucoup plus cher.

On ne l’a dit pas clairement : on a dit qu’il y avait désormais interdiction d’emprunter à la Banque centrale, ce qui n’est pas honnête, pas clair, et ne permet pas aux gens de comprendre. Si l’article 104, disait « Les États ne peuvent plus créer la monnaie, maintenant ils doivent l’emprunter auprès des acteurs privés en leur payant un intérêt ruineux qui rend tous les investissements publics hors de prix mais qui fait aussi le grand bonheur des riches rentiers », il y aurait eu une révolution.

Ce hold-up scandaleux coûte à la France environ 80 milliards par an et nous ruine année après année. Ce sujet devrait être au coeur de tout. Au lieu de cela, personne n’en parle.

Etienne Chouard

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.