RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Une question et une pensée particulière.

Ce matin du 8 janvier, en donnant un crypto-dollar et cinquante centimes à la buraliste pour lui payer devinez quel journal, j’ai constaté qu’elle avait les doigts tout noirs. (Crypto-dollar : avec un C comme Crypto et deux barres comme dollar, le sens des barres indiquant qui se couche devant qui...)

Elle avait les doigts noirs car les journaux déteignaient, l’encre noire avait coulé à flot dans la nuit. Quelque chose me dit que certaines mères crocodiles ayant frayé avec des seiches, ça s’est répercuté sur les glandes lacrymales de leur descendance. Humour noir involontaire : l’adjudant Kronenbourg ne va pas tarder à rendre les honneurs à Cabu !

Mais passons sur la sincérité des uns ou des autres. J’apprécie celle des éditorialistes qui condamnent la tuerie tout en continuant de dire qu’ils n’aimaient pas Charlie Hebdo.

Quant à moi, je reste avec une question et une pensée particulière.

La question :

A Charlie Hebdo, il y a eu douze morts le 7 janvier : quatre dessinateurs, un économiste et deux policiers.

Donc, selon l’arithmétique médiatique, 5+1+2 = 12 !!!!!!

J’ai entendu ce matin que l’un des quatre qui sont manifestement moins morts que les autres s’appelait Mustapha et était correcteur.

Quant aux trois autres, si leurs familles souhaitent qu’on leur foute la paix, tout va bien. Mais je trouve nos médias fichtrement extralucides de l’avoir deviné aussi facilement. Il a fallu plus de vingt-quatre heures pour qu’on en parle un peu.

La pensée particulière, elle, va à Wolinski.

J’aimais les dessins de Cabu depuis le « Grand Duduche » dans les années soixante, ainsi que ceux de Tignous et Charb, et j’appréciais d’entendre avec Maris autre chose que la voix de l’ultracapitalisme sur France-Inter.

Mais j’ai quand-même une pensée particulière pour Wolinski.

Car ces attentats islamistes qui nous secouent régulièrement de puis les années quatre-vingt-dix, j’ai souvent dit dans des forums que ce sont des boomerangs lancés de 1978 à 1990 par les services secrets américains, secondés par Médecins sans Frontières et toute la philosophie soi-disant nouvelle de l’époque.

Faut dire que je suis un très mauvais citoyen, de ceux qui ont plus de huit jours de mémoire politique. Vu que j’ai toujours été perdant, cela fait de moi un sale rancunier...

... mais aussi quelqu’un de reconnaissant quand il y a de quoi.

Avec Wolinski, il y a de quoi. Dans l’intelligentsia française, il a fait partie des rarissimes à refuser de lancer ces boomerangs.

Il dessinait dans l’Huma, le journal de ceux qui considéraient que des seigneurs féodaux et des fanatiques religieux ne sont pas des « Combattants de la Liberté » uniquement parce qu’ils ont l’Armée Rouge en face. (On était quand-même des cons, nous les cocos ! Appeler ces terroristes « seigneurs féodaux » et « fanatiques religieux » en 1978, alors qu’on a appris après 1990 que c’étaient en réalité des « chefs de guerre » et des « intégristes » !)

Wolinski refusait avec nous la propagande qui a fait croire aux Français que le temps peut s’inverser, que l’intervention soviétique de janvier 1980 était la cause d’une guerre commencée en mai 1978 !

Moi, le vieux doctrinaire, je suis plutôt de ceux qui reprochent à Brejnev d’avoir attendu dix-huit mois pour soutenir le seul gouvernement afghan à avoir vraiment voulu abolir le droit de l’homme de tuer sa femme. Un soutien soviétique actif à la révolution dès 1978 aurait peut-être fait réfléchir la CIA et évité cette guerre toujours pas finie au bout de trente-huit ans. Qui sait ?

Evidemment, s’il n’était pas intervenu du tout, les « Talibans » auraient gagné plus vite et la guerre aurait été plus courte puisqu’ils seraient peut-être restés nos amis sous le nom de « Combattants de la Liberté ». Allez savoir ! On parlerait très peu de la terreur en Afghanistan, mais si on en parlait, tous les BHL et Guy Bedos de France seraient d’accord avec moi pour reprocher aux soviétiques leur inaction des années soixante-dix. Car par nature et par définition, les Soviétiques ne pouvaient qu’avoir tort.

Ou bien, le besoin de faire la guerre à notre autre ex-ami Saddam Hussein aurait été irrépressible et on aurait quand même le merdier actuel. Celui qui va continuer, car depuis 1990 que ces alliances honteuses nous pètent à la figure, nos dirigeants et propagandistes continuent de jouer avec le feu islamiste : on les aide en Algérie, ils font exploser des bombes en France ; on les aide en Libye, ils attaquent le Mali ; on les aide en Syrie, il faut les combattre en Irak ; sans oublier, bien sûr, la marionnette de la CIA, Al Qaïda, qui casse ses fils et s’en prend au World Trade Center.

Cette peste est désormais partout, mais nos gouvernants continuent de croire qu’ils peuvent s’en servir impunément pour leur magouilles. Alors que s’ils arrêtaient leurs conneries tout de suite, il faudrait au moins une génération pour que l’épidémie cesse.

Mais le seul point sur lequel on peut leur faire confiance, c’est qu’ils n’arrêteront pas leurs conneries !

En tout cas, en 1980, Wolinski avait su choisir le camp de l’humanisme, donc le camp des perdants, à une époque où c’était vraiment gonflé. C’était un coup à ne plus pouvoir publier que dans l’Huma. Heureusement, sa carrière ne s’est pas arrêtée là. Mais elle aurait pu, vue l’ambiance d’intolérance crasse que le reagano-mitterrandisme faisait régner.

Il a pris ensuite d’autres chemins et je l’ai un peu perdu de vue, car je n’achetais pas Charlie Hebdo. D’autre part, ma calvitie et ma santé plutôt bonne ne me permettent guère de fréquenter les salles d’attentes de médecins ni les salons de coiffure et donc de lire Paris Match.

Mais je lui sais toujours gré d’avoir su être au bon moment du bon côté, non pas celui de l’Armée Rouge comme l’ont dit les connards, mais celui des laïcs afghans, celui des femmes dévoilées, celui de l’école pour toutes les filles, pas seulement celles de la grande bourgeoisie chère aux nostalgiques de la monarchie.

C’est pourquoi, sans vouloir hiérarchiser les morts, je trouve particulièrement injuste qu’il se soit pris dans la tronche un de ces boomerangs, lancés par ses copains du journalisme et du show-biz, y compris ceux de Charlie Hebdo.

Nous sommes dans un de ces moments où je regrette de ne pas croire aux fantômes : j’imagine assez bien le sien en train de se marrer devant tant d’absurdité, résolument bête et méchante.

Mais cela ne me console pas.

URL de cet article 27738
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

In Defense of Julian Assange
"This book shows why the Julian Assange case is one of the most important press freedom cases of this century or any other century."—James C. Goodale, former Vice Chairman and General Counsel of The New York Times. “I think the prosecution of him [Assange] would be a very, very bad precedent for publishers … from everything I know, he’s sort of in a classic publisher’s position and I think the law would have a very hard time drawing a distinction between The New York Times and WikiLeaks.” (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« les Afghans (...) auraient brûlé eux-mêmes leurs enfants pour exagérer le nombre de victimes civiles. »

Général Petraeus, commandant des forces US en Afghanistan lors d’une réunion avec de hauts responsables afghans,
propos rapportés par le Washington Post, 19 février 2011

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.