RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Charlie Hebdo

Quel est donc ce lambeau que je ne saurais voir ou comprendre ?

Pierre VERHAS
Les attentats terroristes sont devenus choses si banales qu’on finit par y être indifférents ; certains diront blasés. Dernièrement à Paris, un djihadiste tchétchène a poignardé mortellement deux personnes et blessé sérieusement quatre autres. Bah ! Deux morts et quatre blessés par rapport aux accidentés de la route morts ou handicapés à vie, c’est insignifiant ! Et puis, chaque fois, les médias en font leurs choux gras. Envoyés spéciaux, spécialistes autoproclamés du terrorisme y vont pour les premiers de leurs petits potins alimentés par le micro-trottoir et pour les seconds de leurs doctes commentaires cachant mal leur abyssale ignorance. Aucune analyse, aucune émotion ne transparaît, si ce ne sont les sempiternelles pleurnicheries sur le terrorisme qui n’en finit pas. À chaque attaque, c’est le déclenchement de la même et vaine agitation médiatique ne servant qu’à maintenir l’opinion en haleine, car la pensée est tellement cadenassée qu’il est impossible de procéder à un examen aussi libre qu’exhaustif (...) Lire la suite »

Quand Charlie Hebdo oublie les siens

SNJ-CGT

Nous avons reçu ce communiqué du SNJ-CGT qui proteste contre le traitement que nous disons "médéfien" fait par Charlie Hebdo à un de ses dessinateurs (en logo, un de ses dessins dont il ne pouvait deviner qu’il semblerait s’appliquer à lui).
Il y a longtemps que LGS alerte sur cet hebdomadaire qui usurpe la réputation de ses fondateurs, qui est couché devant l’OTAN, qui a approuvé toutes les guerres US depuis celle contre la Yougoslavie et qui tape sans finesse contre les pays d’Amérique latine qui font face à l’Empire.
Nous en avons souvent parlé ici. Voir (entre autres) :
https://www.legrandsoir.info/charlie-hebdo-ou-la-derive-anticommuniste...
et https://www.legrandsoir.info/le-fascisme-reviendra-sous-couvert-d-anti...

LGS

Communiqué du SNJ-CGT La France entière a été bouleversée par l’attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo et la mort de 12 personnes, le 7 janvier 2015. Des millions de personnes sont descendues dans la rue lors des marches des 10 et 11 janvier, afin de marquer leur attachement à la liberté d’expression. Les syndicats de journalistes, dont le SNJ-CGT en premier chef, avaient aidé l’équipe de Charlie et les familles à pouvoir défiler dans de bonnes conditions et surtout devant les chefs d’Etat dont certains étaient connus pour ne respecter en rien la liberté d’informer. Trois ans après, l’amertume règne. L’équipe des « survivants » s’est déchirée et beaucoup ont préféré partir. Demain, jeudi 12 avril, aura lieu un procès aux prud’hommes de Paris. Le dessinateur Babouse a en effet saisi le tribunal afin que ses droits de journaliste rémunéré à la pige soient reconnus. Et surtout son histoire avec le journal. Ami intime de Charb qui l’avait fait entrer dans la famille Charlie dès 2004, Babouse a collaboré (...) Lire la suite »
La lapidation moderne au pays des Droits de l’homme

Antisémite ! hurlent-ils, version moderne de « Au loup ! »

Maxime VIVAS

Pascal Boniface est le fondateur (en 1990) et le directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) reconnu d’utilité publique depuis 2009. Ce Think Tank est mondialement connu et reconnu.

Pascal Boniface a milité au PSU de Michel Rocard, au Parti socialiste. Il a travaillé auprès du groupe parlementaire socialiste à l'Assemblée nationale. Il a été conseiller dans les cabinets ministériels de Jean-Pierre Chevènement, puis de Pierre Joxe. Il a quitté le PS en 2003. Il est ou a été éditorialiste pour les quotidiens La Croix, La Voix du Nord, Nice matin, La Vanguardia (Espagne), Réalités (Tunisie), Al-Ittihad (Émirats arabes unis). On a pu le voir souvent à la télé, notamment sur France 5 et dans C dans l'air. Hélas, Pascal Boniface, cet intellectuel modéré et naguère apprécié, a fait un faux pas. En 2001, dans une note interne au PS, il a préconisé une modification de la politique du PS à l'égard du conflit israélo-palestinien. Pour lui, en matière de politique internationale, il serait « préférable, pour chacun, de faire respecter des principes universels et non pas le poids de chaque communauté ». C’était trop ! Dès lors, il va subir un déluge de critiques, de menaces contre lui et les siens. Des (...) Lire la suite »
14 

Retour sur la manipulation par Riss d’un texte de Plenel

Vladimir MARCIAC
Riss (Charlie Hebdo), cite ainsi Plenel (Médiapart) :« La « une » de Charlie Hebdo fait partie d’une campagne générale de guerre aux musulmans » (88 signes). Il répète 4 fois cette phrase dans son éditorial. Ce qu’a écrit Edwy Plenel : « La “une” de “Charlie Hebdo” fait partie d’une campagne plus générale que l’actuelle direction de Charlie Hebdo épouse. M. Valls et d’autres, parmi lesquels ceux qui suivent M. Valls, une gauche égarée, une gauche qui ne sait plus où elle est, alliée à une droite voire une extrême droite identitaire, trouvent n’importe quel prétexte, n’importe quelle calomnie, pour en revenir à leur obsession : la guerre aux musulmans, la diabolisation de tout ce qui concerne l’islam et les musulmans. » (489 signes, soit 401 de plus). Notons la différence : Plenel écrit que la direction de Charlie Hebdo suit Valls et une gauche égarée, une droite, voire une extrême droite (ça fait du monde) qui use de la « calomnie » pour en « revenir à leur obsession » : « la guerre aux musulmans, la diabolisation (...) Lire la suite »
12 

Charlie Hebdo et sa « canaille » grimacière sur la 5 contre Mediapart

Vladimir MARCIAC

Le Grand Soir a très peu de raisons de défendre Médiapart. Tout ce que LGS peut attendre de Plenel, un de ces quatre, c’est un missile inattendu et immérité.
Cependant, comment se taire quand, dans la polémique qui l’oppose à Médiapart, Charlie Hebdo se vautre dans le n’importe quoi, sans scrupule, pariant (à juste titre) que les mensonges proférés en direct ne seront pas contredits et que, s’ils sont découverts ensuite, ils ne seront pas relevés, surtout s’ils visent le camp qu’il faut viser ?

LGS

Fabrice Nicolino, de Charlie Hebdo débattait dimanche 12 novembre 2017 dans l’émission C politique sur la 5 avec Fabrice Arfi, responsable des enquêtes à Mediapart autour de la polémique déclenchée par la Une de Charlie Hebdo accusant Edwy Plenel de complaisance vis-à-vis de Tariq Ramadan. Fabrice Nicolino a sans doute quelques talents, mais on ne les as pas vus lors de cette émission. Bouffi de contentement de soi, il multipliait ad nauseum des grimaces molles d’un visage de latex pour signifier sa désapprobation quand son contradicteur parlait. Moment hallucinant que celui où il a cru porter l’estocade contre Edwy Plenel qui avait tweeté cette phrase de Romain Rolland : « Ils peuvent me haïr, ils ne parviendront pas à m'apprendre la haine ». Nicolino, triomphal, annonça qu’il allait dire des choses « très graves » : « Romain Rolland est un homme, est un homme, est un homme qui a soutenu efficacement et ouvertement pendant toutes les années 30 la dictature stalinienne de l’Union soviétique… » En (...) Lire la suite »
11 

Charlie Hebdo voit le diable grimaçant, mais pas la vierge

Vladimir MARCIAC

Le Grand Soir l’a toujours dit ici : « Je ne suis pas Charlie ».
Pour plusieurs raisons :

1- Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs étaient qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Nous avons écrit alors que, pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui était ainsi tranquillement proférée. Au cours de plusieurs contacts avec l’auteur (qui nous a tout de go révélé que « les anti-impérialistes [l]e font gerber »), nous avons appris que son inspiratrice était une journaliste qui, par dépit d'avoir été déboutée dans sa tentative de rejoindre notre équipe, cracha quelques mois après notre refus, sous pseudo, un article au vitriol où elle affirmait que LGS publiait « depuis 3 ou 4 ans » des articles fascisants. Nous avons contacté Charb et nous (...) Lire la suite »
52 

A 50 ans, si t’as pas deux Rolex, t’as pas été directeur de Charlie Hebdo et de France Inter

Vincent MORET

En rentrant dans la nuit de lundi à mardi d’un séjour à l’étranger, Philippe Val, ex-directeur de Charlie Hebdo et de France Inter, a découvert que son domicile avait été cambriolé.

Outre deux Rolex et un pistolet, les cambrioleurs ont dérobé deux ordinateurs contenant des données sensibles, notamment les coordonnées téléphoniques de Nicolas Sarkozy et de François Hollande. Le journaliste, bénéficiait pourtant d’une protection policière. Le mieux serait qu’il se fasse dorénavant protéger par les services état-uniens de l’OTAN. Ils lui doivent bien ça (1). En attendant, il serait bien que quelqu'un du Grand Soir (Théophraste aux multiples emplois ?) soit chargé de mission pour établir la liste des lecteurs qui ont versé à la souscription 2015 d’un « Je suis Charlie » dans le besoin. Il faudrait essayer de les faire rembourser ou de faire transférer leurs dons sur le compte du GS. Vincent MORET Note (1). Depuis la liquidation de la Yougoslavie, il n’est pas une guerre de l’OTAN, des EU, de la France, que Charlie Hebdo n’ait approuvée, pas une occasion qu’il ait laissé échapper de calomnier les pays d’Amérique latine qui résistent aux EU, avec, par cohérence politique, une horrible (...) Lire la suite »
Comment passer de 260 000 abonnés à 50 000 en 2 ans.

Charlie Hebdo, toujours pro-OTAN et pro-USA

Vladimir MARCIAC

Deux ans après l’attaque meurtrière qui a privé l’hebdomadaire de ses éléments talentueux (et situés à gauche), 50.000 exemplaires sont vendus en kiosques chaque semaine et autant par abonnement. A la suite de la tragédie, 260.000 abonnements avaient été enregistrés, mais la plupart n’ont pas été renouvelés. Si l’on voulait tomber dans le mauvais jeu de mots tels que les aime l’hebdomadaire, on parlerait d’hémorragie.

Depuis 2015, on a constaté le départ de plusieurs membres de l’équipe (et pas les plus mauvais) : le dessinateur Luz, le médecin urgentiste Patrick Pelloux et la journaliste Zineb El Rhazoui, laquelle s’interroge « sur la faculté de Charlie Hebdo à continuer à porter le flambeau de l’irrévérence et de la liberté absolue ». Nous devons « peut-être être plus offensif », hasarde Riss, directeur de la publication et possesseur de 70 % des actions du journal. Plus offensif ? Sur quels sujets ? Sur la rigolade devant un cadavre d'enfant ? Riss l'a déjà fait et il pourrait difficilement faire mieux. Plus offensif probablement contre « Cette gauche qui s’est toujours couchée devant les despotes », comme le titre Fabrice Nicolino, coutumier d’articles que pourrait signer Obama. En tout cas, la cible est réaffirmé : la gauche Depuis des décennies déjà, Charlie hebdo s’est positionné discrètement dans le camp impérialiste, soutenant toutes les guerres de l’OTAN, fustigeant les Arabes sous couvert d’une religion, (...) Lire la suite »
18 

Petit Aylan, sache que je ne suis plus Charlie, depuis le 13 janvier 2016

Salah HORCHANI

Dans une caricature, parue le 13 janvier 2016 dans l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo [1], Riss, le directeur de publication, a dépeint le petit Aylan [2] à l’âge adulte, en supposant qu’il ait survécu et grandi, comme un agresseur sexuel, à l’exemple des harceleurs sexuels de la gare de Cologne, le soir du 31 décembre 2015.

La meilleure réponse à ce dérapage, je l’ai trouvée dans l’émouvante oh ! combien belle, subtile et juste « Lettre ouverte à Charlie » de Tania Hadjithomas Mehanna [3] que je reproduis ci-dessous et qui contient, effectivement, les raisons de ma décision de ne plus être Charlie, à compter du 13 janvier 2016, et cela, après une magistrale description du blues, des états d’âme et du combat acharné des démocrates du Monde arabe, aujourd’hui : « Peu importe qui je suis. Juste te dire Charlie que je suis libanaise. C’est à dire jongleuse, funambule, équilibriste. Cela fait presque 50 ans que j’essaie d’établir un équilibre très incertain entre extrémisme et ouverture, entre religion et laïcité, entre modernisme et conservatisme entre arabité et occident. Je fais le grand écart. Je fais le dos rond. Je croule sous les bombes. Sous la corruption. Sous les influences de merde. Je survis. Je rêve ...d’un monde meilleur. Je crée des soupapes de vie. Je m’essaie à la politique. J’abandonne la politique. Je me remets en (...) Lire la suite »
16 

Charlie Hebdo ou la dérive anticommuniste et le racisme larvé

Vladimir MARCIAC

Un ami basque me tuyaute : Laurent Sourisseau, dit « Riss », est un ancien élève du lycée de Bayonne, ville où son père exerçait la fonction de Directeur des Pompes Funèbres Générales. Riss s’était manifesté, à l’époque, dans des attaques verbales violentes et non gauchisantes, contre les prisonniers et les « basques-autonomistes » qui le côtoyaient en classe.

Ces derniers, en réponse, l’avaient mis en quarantaine jusqu’à son départ grâce à une mutation promotionnelle salvatrice de son père. C'était l'époque, assure mon informateur, où Charlie-Hebdo « comparait les jeunes indépendantistes de gauche à des nazis » (ah ! déjà et eux aussi ?). J’ai toujours pensé que les humoristes pouvaient faire rire de tout, à condition de ne pas dresser des bûchers contre quiconque ne rit pas comme eux. De tout ? Hum, hum ! Souvent des mêmes ? Hum, hum ! De préférence des barbus patibulaires ? Et de leurs enfants morts ? Hum, hum ! hum ! et hum ! Des dessinateurs assassinés ? Hou là, malheureux, tu n'as jamais été menotté ? Tu peux prouver que tu n'as pas de lien avec Daesh ? Le cadavre du petit immigré IIyan, échoué sur un plage, ne cesse d’amuser un Riss (deux dessins nullards sous sa plume), qui pleura l’assassinat de ses collègues le 7 janvier 2015, qui nous apitoya sur ses propres blessures et qui ne bougea pas un cil quand la Justice poursuivit (jusqu’à 50 procédures mises en (...) Lire la suite »
15 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80