RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
87 

Merde à Charlie Hebdo, merde à Patrick Cohen, et surtout, merde à Macron !

Quand j’étais enfant, en classe, il y avait à côté de moi des Ali, des Saïd, des Aïcha ou des Djamila.

J’approche de la cinquantaine.

Quand j’étais enfant, en classe, il y avait à côté de moi des Ali, des Saïd, des Aïcha ou des Djamila.

A l’époque, on savait qu’ils étaient différents par leur origine et leur histoire familiale, et, à travers le prisme de notre esprit enfantin, que leur rapport à la France et à la citoyenneté française n’était pas tout à fait le même que celui des Marie, Sophie, Pierre et Paul. On les savait différents mais on avait les mêmes jeux et on partageait les mêmes fous rires. Plus tard, on a grandi ensemble. On a bûché et travaillé côte à côte, au collège, au lycée, à l’université puis finalement dans la vie professionnelle. A la fois différents et semblables.

Bien sûr, il y avait du racisme, mais il n’avait pas la même gueule qu’aujourd’hui. Des Dupont-Lajoie de pacotille, on en croisait au détour d’un repas, d’un mariage ou d’une réunion de famille, le plus souvent au fond des verres d’alcool. Des skinheads fachos aussi (pas fachos, ça existait) au coin d’une rue ou en concert, c’était pas si rare. Certes, pour les uns, ça finissait en engueulades ou en brouille définitive, et pour les autres, en coups de poings ou en sauve-qui-peut, mais rien de bien grave, en tout cas, vu de la France de 2020.

Oh, il y avait bien les Palestiniens, mais à l’époque, j’étais trop jeune et trop con pour ne pas penser que les méchants, c’était eux.

Puis, l’Amérique de Bush est advenue, l’Irak et le 11 septembre 2001, les multiples guerres au Moyen-Orient qui ont suivi et ces gens, ces amis, ces collègues, ces proches sont devenus des musulmans.

Et il semble que plus aucun autre mot n’a été disponible pour parler d’eux.

Musulmans. C’est tout. Et ad nauseam.

On les a définis exclusivement par leurs croyances (et non pas leur éventuelle incroyance), bornés à leurs rites, dont on ne sait pas très bien ce qu’ils sont en vérité... emprisonnés dans leurs habits. Et non seulement, on les a réduits à ça, mais en plus on leur a fait savoir que tout ça, on le rejetait, on le haïssait.

Mais si l’on fait subir cela à un être humain, quelles autres conséquences que celles à ce point dommageables pour l’ego, pour l’estime de soi espère-t-on obtenir ?

Aujourd’hui, on nous enjoint à nous moquer en choeur de ces croyances dans lesquelles on a enfermé une partie du peuple de France, même au risque de mettre en danger nos ressortissants qui vivent dans des pays où l’Islam est la religion et dont les peuples finissent par nous haïr, par haïr cette propension à offenser, à injurier que l’on nomme fallacieusement « liberté d’expression ». Et si l’on aime pas ces dessins pour certains dégueulasses (que même les médias n’osent montrer), dessins où le message est absent et où seule subsiste la volonté de rabaisser, d’humilier. Alors, je demande aux thuriféraires de cette liberté d’expression ce qu’ils pensent lorsqu’ils prennent la peine de jeter un oeil aux caricatures que le parti nazi faisait des juifs dans les années 30. On pourra me reprocher une facilité argumentative mais pourtant elle est encombrante, cette évidence. Et surtout, elle fait écho à une hypocrisie généralisée : moquer, offenser l’Islam, c’est devenu un sport national quand appliquer cette liberté de ton, même de très loin, au Judaïsme mène au bûcher.

Et par dessus tout, ne pas s’aventurer vers la moindre critique de l’Arabie Saoudite, du Qatar et d’Israël, véritables bourreaux des peuples musulmans dont la France est complice.

Donc, ce qui est interdit pour les uns devrait être encouragé pour les autres ?

Pour moi, c’est non.

Et merde à Charlie Hebdo, merde à Patrick Cohen*, et surtout, merde à Macron !

*et toute la clique médiatique qui va avec.

URL de cet article 36606
  

Même Thème
Islamophobie. Comment les élites françaises construisent le "problème musulman"
A. Hajjat et M. Mohammed
Les connaissances sur l’islam produites par différents acteurs appellent généralement une action politique pour « résoudre » le « problème musulman ». En ce sens, les conditions de production des connaissances sur l’islam peuvent être déterminées par la « solution » envisagée, et cette « solution » peut varier considérablement en fonction du diagnostic que l’on fait de la réalité sociale. Les mythes propagés par les experts sécuritaires et certains intellectuels médiatiques s’accompagnent souvent d’appels au (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La différence entre antisionisme et antisémitisme ?
Environ 80 points de QI.

Viktor DEDAJ

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.