RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Xiao PIGNOUF
L’Immonde en Chine

Dents longues et idées courtes

Xiao PIGNOUF

Simon Leplâtre, correspondant du Monde à Shanghai, peut témoigner de sa liberté d'expression dans un pays qui l'accueille mais qu'il peut critiquer à l'envi.

On s'interrogera d'abord : puisqu'il continue à répandre de fausses informations concernant la répression des Ouïghours en Chine, en vivant dans le pays qu'il accuse et s'il a pris la peine de se rendre dans le Xinjiang (à l'instar de Maxime Vivas qui fait correctement son boulot de journaliste) pour vérifier ses sources, pourquoi n'en donne-t-il aucune ? Pourquoi continue-t-il, alors même qu'il est sur le sol chinois, à se reposer sur les fadaises d'un pseudo-anthropologue allemand, notoirement anti-communiste et homophobe, favorable aux châtiments corporels sur les enfants et dont le dernier voyage en Chine remonte à 2007 ? Dans un article récent publié sur le Monde à propos de la rencontre entre le MAE chinois Wang Yi et plusieurs représentants des forces talibanes en Afghanistan, voici ce qu'on peut lire dans l'intro dudit article rédigé par Leplâtre : « La photo détonne : trois diplomates chinois en costume sombre sont entourés de neuf dirigeants talibans, en salwar kameez (longue tunique), (...) Lire la suite »

Mourir de rire ou des vaccins : pensées d’un futur ex-non-vacciné

Xiao PIGNOUF

Je ne suis pas vacciné. Autour de moi, la plupart de mes amis et proches le sont, plusieurs dizaines de personnes, sans avoir eu écho d'effets secondaires graves, si ce n'est une douleur au bras jusqu'à un état fiévreux pouvant durer quelques jours. Pour des raisons qui me sont propres, je pense de plus en plus à me faire vacciner. Je vais voir si je peux repousser l’échéance encore un peu, jusqu’à ce que Pasteur fasse son propre vaccin, chauvinisme oblige, ou, aussi peu probable que ce soit, que la France ouvre son marché aux vaccins chinois, russes ou cubains.

[version étendue - NdR] Ma principale opposition à la vaccination aujourd’hui vient du refus de la levée des brevets et de l’impossibilité qui en découle pour beaucoup de pays, notamment en Afrique, à accéder à la vaccination et qu’au regard de la mondialisation, l’hypothèse que le covid et ses variants continueront à circuler rendant obsolètes les versions plus anciennes des vaccins n’est pas sans pertinence. Mais avant même l'intervention de Macron sur le pass sanitaire et la quasi obligation vaccinale, j'avais toutefois de nombreux doutes sur les vaccins à ARN messager. Pourtant, c'est surtout l'intervention de Castex sur TF1, ici analysée par le Youtubeur Cemil, qui m'a fait nettement reculer face à une éventuelle vaccination. Cette réticence s’est tout de suite fondée sur l'attitude du premier ministre, totalement sourd aux questionnements légitimes et menaçant les réfractaires de sanctions, tels des enfants désobéissants. C'est précisément sur ce point que se placent les erreurs imbéciles commises (...) Lire la suite »
85 

Lettre ouverte à Clémentine Autain et à ceux qui pensent comme elle

Xiao PIGNOUF

Je voudrais commencer en vous avouant une chose : je connais bien la Chine, j’y ai vécu 10 ans. L’estime et le respect que j’ai appris à avoir pour son peuple et son histoire n’ont fait que grandir même après l'avoir quittée. Pourtant, je ne suis ni un spécialiste de la Chine, n’en maîtrisant pas la (les) langue(s), ni un zélateur du PCC. Je n’ai aucune origine chinoise et je suis allé par hasard dans ce pays sans le connaître. Comme tout le monde, j’ai des regrets dont je suis seul comptable, notamment un : celui de ne pas avoir pu connaître davantage le petit peuple de Chine. Je l’ai côtoyé mais pas connu.

Madame Autain, En date du 12 novembre 2020, vous avez signé la « Charte de solidarité avec les Ouïghours ». Soit. Pas de quoi fouetter un chat. J’espère que les Ouïghours se réjouiront de cette marque d’amitié. Et pas seulement la diaspora. Du premier article de votre charte découlent tous les autres, mais je vais quand même commencer par démonter le quatrième dans lequel vous vous engagez à demander publiquement l’arrêt du financement des 17 instituts Confucius sous prétexte qu’ils seraient l’instrument de la propagande chinoise. Parce qu’en toute franchise, Madame Autain, si la bêtise était un sport de grimpe, vous auriez atteint ici un sommet inédit. D’abord, savez-vous ce qu’est un Institut Confucius ? En dehors de l’idée que vous vous en faites, j’entends. C’est essentiellement un institut d’apprentissage du mandarin délivrant des diplômes de langues reconnus internationalement, mais également un centre culturel visant à promouvoir la culture chinoise. Connaissez-vous la culture chinoise ? J’en (...) Lire la suite »
69 

Merde à Charlie Hebdo, merde à Patrick Cohen, et surtout, merde à Macron !

Xiao PIGNOUF

Quand j’étais enfant, en classe, il y avait à côté de moi des Ali, des Saïd, des Aïcha ou des Djamila.

J’approche de la cinquantaine. Quand j’étais enfant, en classe, il y avait à côté de moi des Ali, des Saïd, des Aïcha ou des Djamila. A l’époque, on savait qu’ils étaient différents par leur origine et leur histoire familiale, et, à travers le prisme de notre esprit enfantin, que leur rapport à la France et à la citoyenneté française n’était pas tout à fait le même que celui des Marie, Sophie, Pierre et Paul. On les savait différents mais on avait les mêmes jeux et on partageait les mêmes fous rires. Plus tard, on a grandi ensemble. On a bûché et travaillé côte à côte, au collège, au lycée, à l’université puis finalement dans la vie professionnelle. A la fois différents et semblables. Bien sûr, il y avait du racisme, mais il n’avait pas la même gueule qu’aujourd’hui. Des Dupont-Lajoie de pacotille, on en croisait au détour d’un repas, d’un mariage ou d’une réunion de famille, le plus souvent au fond des verres d’alcool. Des skinheads fachos aussi (pas fachos, ça existait) au coin d’une rue ou en concert, c’était pas si (...) Lire la suite »
87 

Réponses de Bernie Sanders au sondage du NYT sur la politique étrangère

Xiao PIGNOUF

Voici la traduction du sondage proposé par le NYT aux différents candidats à la primaire démocrate. On notera le caractère lapidaire et automatique de certaines réponses, ainsi que l’usage de la troisième personne, ce qui signifie que ce sondage n’est pas une interview et que les réponses sont les transcriptions des réponses écrites des candidats. En outre, certaines questions sont « téléphonées » : ainsi lorsque le NYT demande, à propos de la Chine, si le respect de l'indépendance politique de Hong Kong, selon les termes de l'accord de rétrocession avec la Grande-Bretagne, doit être une condition préalable à des relations et des échanges normaux avec la Chine, il oublie fort opportunément de préciser que la Chine respecte entièrement cet accord (ce qui est la principale raison pour laquelle lors des émeutes, celle-ci a laissé la gouvernance hongkongaise gérer sans intervenir sur son territoire, et ce malgré les nombreuses provocations). Le fait que Sanders réponde par l’affirmative ne veut donc rien dire.

1. Recours à la force Les présidents des deux partis ont adopté une vision large de leurs pouvoirs de commandant en chef, déployant des troupes et ordonnant des frappes aériennes sans l'approbation explicite du Congrès et, parfois, sans menace imminente. Les candidats démocrates critiquent fréquemment de telles actions, mais ils ont été moins clairs sur les circonstances dans lesquelles ils considéreraient la force militaire comme justifiable. Outre la réponse à une attaque contre les États-Unis ou un allié du traité, quelles sont les conditions dans lesquelles vous envisageriez l'utilisation de la force militaire américaine ? Réponse de Sanders : La première priorité de Bernie est de protéger le peuple américain. La force militaire est parfois nécessaire, mais toujours - toujours - en dernier recours. Et les menaces de force brutale peuvent souvent signaler la faiblesse autant que la force, ce qui diminue la dissuasion, la crédibilité et la sécurité des États-Unis dans le processus. Lorsque Bernie (...) Lire la suite »
13