Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


"Vas-y Francky, t’es bon"

Tel est le titre de la tribune dont Yannick Noah vient de nous gratifier dans le Monde du 6 avril. Pour essayer de résumer rapidement le propose (le propos ?) : Ribéry, Francky, joue mal en équipe de France car il n’est pas aimé par le public. " Quand on est sportif de haut niveau, on joue pour le public", Yannick Noah fait donc une proposition " lancez des campagnes pour organiser l’amour autour de nos équipes !"

Ribéry serait donc devenu un "pestiféré dans son pays" même si, selon l’ex tennisman, il serait presque une victime de Zahia : "il a été pris dans les filets de Zahia." Belle façon de banaliser la prostitution, de déculpabiliser les clients et d’oublier que la prostituée en question était mineure. La route sera longue pour faire entendre à certains que la prostitution n’est pas un produit dérivé des grandes compétitions sportives.

Ribéry aurait donc besoin d’être aimé par le public " Si Ribéry est au Bayern depuis 2007, ça doit bien être aussi parce qu’il se sent apprécié là -bas." Sots que nous sommes, nous qui avons cru que les transferts de joueurs se faisaient avant tout en fonction de considérations financières. Comment n’avons-nous pas remarqué que ce n’est que le hasard qui fait que le club qui offre la plus grosse rémunération est celui où le public va aimer le plus le joueur acheté ? Comment n’avons-nous pas compris que les joueurs de foot seraient totalement hermétiques à la logique néolibérale et n’essayaient nullement de vendre le plus cher possible leur capacité à jouer et leur image pendant leur carrière avant, pour la plupart, de disparaître dans l’anonymat ?

Et Yannick Noah conclut : " C’est peut-être au public de faire le premier pas pour ranimer la flamme." En parlant de public, le service public, lui, a déjà fait le premier pas, en finançant les équipements publics dans lesquels Ribéry a appris jouer au foot, en subventionnant les clubs sportifs qu’il a fréquenté...
Plutôt que de parler d’amour ne faudrait-il pas évoquer les questions financières et de carrière qui se posent entre les joueurs, les clubs et les équipes nationales. Le foot est une affaire financière, une gigantesque affaire financière, qui a pour objectif de produire du spectacle sportif.

Le 13 avril 2010

Jean-Michel Arberet
Conseiller municipal d’Arcueil
Partenaire du groupe communiste
jm-arberet.over-blog.com

URL de cet article 16387
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Les trajectoires chinoises de modernisation, Jean-Claude Delaunay
La Chine est entrée dans les temps modernes, au xixe siècle, avec un mode de production inapte à assurer sa modernisation. La dynastie Qing en a fait l’expérience. Le républicain Sun Yatsen n’a pas réussi à le dépasser. Seule la révolution communiste a débarrassé ce pays de ses structures anciennes. Depuis lors, son économie a suivi de nouvelles trajectoires. La première partie du livre décrit les trajectoires réelles contemporaines de la Chine (démographiques, agricoles, industrielles, commerciales). Elle (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB.


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.