Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

10 

Venezuela : Le drone médiatique explose en plein vol

Le 5 août 2018, lors de la commémoration du 81e anniversaire de la Garde Nationale Bolivarienne, deux drones chargés de C4 furent interceptés par les services de sécurité vénézuéliens. L’objectif de cet attentat : éliminer le président Nicolas Maduro et de hauts fonctionnaires de l´Etat. La tentative de magnicide échoua et provoqua l´ire de tout le système médiatique.

Pour parler de l’attentat, tous les médias français utilisèrent le conditionnel, comme si cela relevait d´une invention du gouvernement bolivarien. Le premier jour, certains mirent même en doute l´existence des drones explosifs au prétexte qu’il n’y avait aucune image disponible.

Argument curieux s’il en est, puisque le lendemain de l´attentat au Venezuela, un autre drone fut empêché de survoler le Fort de Brégançon, lieu de villégiature du président Macron. Malgré le fait qu´il n´existe pas d’image du drone en question, aucun média ne questionnera, cette fois-ci, la communication de l´Elysée.

De la même façon, durant l´investiture d´Ivan Duque à la présidence de la Colombie, prévue le surlendemain, les autorités de ce pays avaient formellement interdit le survol de drone dans toute la zone, sans que cela ne soulève aucun questionnement médiatique.

Dès le lendemain de l’attentat, plusieurs images amateurs envahissaient les réseaux sociaux. Certaines vidéos furent diffusées par des chaines vénézuéliennes, rendant complètement obsolètes les suspicions médiatiques.

Les témoignages des voisins de l’immeuble où le deuxième drone chargé de C4 s’est écrasé, sont sans équivoque. Oui, ils ont vu un drone, dont le pilote avait perdu le contrôle –grâce aux techniques de brouillage de la sécurité-, exploser au premier étage de l’immeuble San Bernardo, non loin de la scène où se trouvait le président Maduro.

Comme il n´était, désormais, plus possible de nier l´attentat, de nombreux “experts” et “journalistes” ont tenté de le minimiser. Il aurait été, selon eux, le fait de pieds nickelés sans expérience. Nous pourrions demander à ces "intellectuels" quel est leur critère pour différencier un bon d´un mauvais attentat. Car, si seuls les attentats qui réussissent sont organisés par des professionnels, rappelons que la CIA planifia, sans aucun succès, plus de 600 attentats contre Fidel Castro.

Parallèlement, les enquêteurs vénézuéliens révélèrent que les autorités colombiennes avaient participé à l´élaboration de cette tentative de magnicide. En réponse, la caste académico-médiatique se gaussa de rire : “Sacré Maduro, il ne sait plus quoi inventer. Il cherche à se fabriquer un ennemi extérieur”.

Pourtant, les exemples de la participation de la Colombie à la déstabilisation politique de ces voisins ne manquent pas. De l´assassinat du Maréchal Sucre au bombardement de l´Equateur en passant par l´envoi de paramilitaires pour tuer Hugo Chávez, ou à l´enlèvement de Rodrigo Granda, nombreux sont les faits pour prendre au sérieux le rôle néfaste joué par l’oligarchie colombienne contre la stabilité régionale. Sans même parler de l’extrême passivité des autorités colombiennes dans le contrôle de l’exportation de cocaïne à travers le monde.

Mais là encore la réalité rattrapa les propagandistes. Le 8 août, l’agence Reuters publie une interview de Salvatore Lucchese. Cet ancien policier municipal de la ville de San Diego avait déjà été condamné pour sa participation active à la tentative de coup d´Etat de l´année 2014 (1). Lucchese, depuis Bogota, la capitale de la Colombie, affirmera avoir participé à l´organisation de l´attentat (2). Que faisait Lucchese à Bogota ? Il était invité à la cérémonie d´investiture du nouveau président Ivan Duque.

Face à cette confession, quelles furent les réactions des autorités colombiennes ? Aucune.

Imaginons un seul instant que la Belgique ait protégé les terroristes du Bataclan au soir du 13 novembre 2015. Que ceux-ci, retranchés à Molenbeek, aient pu donner librement une interview à la RTBF dans laquelle ils auraient menacé de nouveau le peuple français. Il y a fort à parier que nombre de ces mêmes intellectuels et journalistes n´auraient pas hésité à accuser le pouvoir belge de complicité dans les actes qui ont endeuillé notre pays. Pourquoi donc, ce qui va de soi dans un contexte français est systématiquement nié dès lors que l´on parle du Venezuela ?

De la même façon, le prédicateur de la droite radicale, Jaime Bayly, depuis son talk show de Miami a lui aussi affirmé avoir été mis au courant de la préparation de l´attentat, quelques jours avant le 5 août. Y aura-t-il une enquête ouverte aux Etats-Unis pour déterminer la participation du présentateur télé à cet acte terroriste ? Le président Trump, dont la lutte contre le terrorisme était un des piliers de sa campagne, ne bougera pas le petit doigt, pas plus que son administration judiciaire.

Un à un, les mensonges du système médiatique sont dévoilés. En revanche, on pourra noter le silence absolu de toute les ONGs de défense des droits de l’Homme et de la démocratie. Ces mêmes organisations si promptes à dénoncer la « crise humanitaire » qui, selon elles, touche le Venezuela sont, de fait, parties prenantes des desseins putschistes d’une opposition en perdition.

En ne condamnant pas l’attentat survenu le 5 août, elles montrent clairement que le but est de préparer l’opinion publique à une altération de l’ordre démocratique dans le pays bolivarien.

En effet, une des rengaines actuelles de l’opposition vénézuélienne est de refaire les élections qu’elle a pourtant perdues il y a seulement deux mois. Comme le pouvoir électoral ne cède pas à ce caprice politique, il ne leur reste plus qu’à les provoquer en éliminant physiquement celui que le peuple vénézuélien a choisi dans les urnes le 20 mai dernier.

Romain Migus

Notes :

(1) Voir Romain Migus, "La fabrique de la terreur", Venezuela en Vivo, 25/03/2014, https://www.romainmigus.info/2014/03/la-fabrique-de-la-terreur.html

(2) Voir « Expolicía venezolano admite participación en atentado contra Nicolás Maduro », Telesur, 7 août 2018, https://www.telesurtv.net/news/salvatore-lucchese-atentado-fallido-nic...

»» https://www.romainmigus.info/2018/08/le-drone-mediatique-explose-en-pl...
URL de cet article 33671
   
Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La vérité, c’est que le gouvernement ne peut construire une prison qui soit pire que celle qui consisterait à trahir ma conscience ou mes principes."

Chelsea Manning.


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.