RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Thème : Israël

L’Ambassade des États-Unis reste à Tel-Aviv

Karim MOHSEN
Trump a donc confirmé, samedi, que l'ambassade des Etats-Unis en Israël demeurera à Tel-Aviv... pour l'instant. Ce n'est pas le « bon moment » ajoute-t-il. Ce revirement n'est guère surprenant et était en fait attendu. Le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem a toujours été un enjeu électoral aux Etats-Unis. Une tradition qui n'engageait à rien. Du reste, c'est là une promesse électorale jamais tenue. Et pour cause ! Il n'y eut pas de candidat à la Maison-Blanche qui n'ait fait du transfert de l'ambassade son cheval de bataille, avec promesse [en cas d'élection] de la déménager à Jérusalem. A l'instar des Barack Obama, Bill Clinton, George W. Bush, Jimmy Carter, George Bush senior (pour ne citer que ceux-là) Donald Trump a promis lui aussi de s'établir à Jérusalem. Un voeu pieux ! Il est patent que l'attraction de la ville trois fois sainte est incroyable, mais n'en dispose pas qui veut. La question de Jérusalem est fort complexe et échappe, en fait, au seul vouloir des Etats-Unis et/ou d'Israël (...) Lire la suite »

Palestine occupée : survivre après la destruction de sa maison

Jaclynn Ashly
Les familles des Palestiniens qui ont attaqué des Israéliens luttent pour survivre après la destruction de leurs maisons au titre d’une politique punitive controversée. Ramallah en Cisjordanie occupée - Hassan Ankush, appuyé sur sa canne, erre en boitant au milieu des décombres carbonisés de la maison où il vivait depuis 40 ans dans le village de Deir Abu Mashaal. « Tuer mon fils n'a pas suffi aux Israéliens », a-t-il confié à Al Jazeera. « Il fallait aussi qu’ils viennent détruire ma maison. » Comme d'autres familles palestiniennes dont les proches ont commis des attentats ou des attentats présumés contre des Israéliens, Ankush n'a rien fait de répréhensible. Il fait partie des victimes de la politique israélienne, largement condamnée, consistant à punir les familles des Palestiniens qui ont attaqué des israéliens en démolissant leurs maisons. Selon le groupe de défense israélien B'Tselem, des milliers de Palestiniens ont été déplacés suite à la destruction de leur maison. Le gouvernement israélien (...) Lire la suite »

Quand Israël découvre qu’il est mis en échec

Kharroubi HABIB
Pour Israël, la tournure que prend l'évolution de la géopolitique moyen-orientale qui se dessine à travers les développements des conflits régionaux qu'il a contribué à faire éclater et à attiser vire au cauchemar. Son ministre de la Défense Avigdor Lieberman en a fait l'aveu en sollicitant des Etats-Unis, l'allié stratégique de son pays, qu'ils s'impliquent militairement encore plus directement dans la région qu'ils ne le font. Lieberman et les autres dirigeants de l'Etat sioniste sont véritablement affolés au constat que la situation dans la région qu'ils ont cru allant devenir favorable aux intérêts d'Israël tourne au désavantage de celui-ci dans le sillage des victoires que remportent dans ces conflits ceux qui sont pour eux les pires ennemis régionaux de leur Etat. Inspirateur intéressé du plan étasunien de recomposition géopolitique du Moyen-Orient visant à l'éclatement des Etats de la région en entités qui de par leurs faiblesses et leurs inévitables rivalités ne constitueraient plus une menace (...) Lire la suite »

Retour sur le bide de Lomé

Kharroubi HABIB
L'annonce la semaine dernière par les autorités togolaises du report « sine die » du sommet israélo-africain qui devait se tenir dans la capitale de leur pays Lomé du 23 au 27 octobre relativise la « percée » africaine qu'Israël serait parvenu à opérer dans le sillage des visites effectuées à deux reprises sur le continent noir par son Premier ministre Benjamin Netanyahu au cours des 16 derniers mois. Ce sommet israélo-africain devait en effet dans l'esprit de ceux qui en ont eu l'idée à Tel-Aviv être la traduction du résultat triomphal de l'offensive diplomatique menée en Afrique par l'Etat sioniste et l'occasion pour Netanyahu de faire la démonstration qu'il est parvenu à réaliser l'objectif qu'il s'est fixé en matière de politique étrangère sur le continent qu'il a résumé comme devant aboutir au « retour d'Israël en Afrique et de celle-ci en Israël ». Le report du sommet leur a causé du désenchantement car provoqué par une levée de boucliers sur le continent contre sa tenue qui a refroidi même des (...) Lire la suite »

L’ONU accuse Israël de « dé-développer » la Palestine

Zena Tahhan

Un nouveau rapport examine les conséquences des 50 ans d’occupation israélienne des territoires palestiniens et de développement des colonies.

Un nouveau rapport de l'ONU a sévèrement condamné Israël pour le « dé-développement » et la « détérioration des conditions humanitaires » des territoires palestiniens de Jérusalem-Est, de Cisjordanie et de la bande de Gaza, provoqués par les 50 années d'occupation d'Israël. Le rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), publié mardi, indique que la performance de l'économie palestinienne est « bien inférieure à ses potentialités », et que le chômage s’est maintenu à des niveaux rarement observés à l’échelle mondiale depuis la Grande dépression. « 2017 marque le cinquantième anniversaire de l'occupation israélienne de la bande de Gaza et de la Cisjordanie, dont Jérusalem-Est, l'occupation la plus longue de l'histoire récente. Pour le peuple palestinien, il s'agit de cinq décennies de récession économique, de destruction de son potentiel humain et de déni de son droit fondamental au développement, dans un engrenage dont il ne voit pas la fin », indique le rapport (voir en (...) Lire la suite »

Israël veut fabriquer des Juifs en série pour dépasser en nombre les Palestiniens (Counterpunch)

Jonathan COOK
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a anéanti les espoirs de paix imminente que la visite au Moyen-Orient du conseiller et du gendre de Donald Trump, Jared Kushner, avait suscités chez les perpétuels optimistes, la semaine dernière. Lundi dernier, lors d’une célébration, en Cisjordanie, des 50 ans d'occupation israélienne, Netanyahou a clairement admis que les efforts étasuniens pour relancer le processus de paix n’étaient qu’une vaste farce. Il n'y aura pas de démantèlement des colonies ni d'expulsion de leurs 600 000 habitants – le minimum de ce qu’il faudrait faire pour établir un État palestinien à peine viable. « Nous sommes ici pour toujours », a assuré Netanyahu à son auditoire de colons. « Nous nous enracinons, nous construirons, nous deviendrons de plus en plus fort et nous resterons ». Alors, qu’est-ce qui va devenir le nerf du conflit israélo-palestinien si la solution à deux États est morte ? La même chose qu’au début du conflit. On va avoir une nouvelle bataille éperdue de (...) Lire la suite »

Comment les élèves palestiniens se préparent aux attaques des colons (Al Jazeera)

Jaclynn ASHLY

Face aux violences incessantes des colons de Yitzhar, les Palestiniens du village d’Urif doivent prendre des précautions exceptionnelles.

Naplouse, Cisjordanie occupée - De loin, le collège de garçons d’Urif ressemble à toutes les autres écoles de Cisjordanie occupée : c’est une construction de ciment avec un drapeau palestinien qui flotte sur le toit. Cependant, en regardant de plus près, les cailloux sur les appuis de fenêtres et les trous des conduites d'eau de l'école révèlent la violence inique des colons israéliens de la région. « Notre programme d’études est le même que celui des autres écoles palestiniennes », a expliqué le professeur de sciences Abdel-Hakim Shihada à Al Jazeera. « Mais nous enseignons également aux étudiants comment gérer les attaques des colons israéliens contre l'école, et cela comprend même une formation pratique ». Dans cette école financée par l'USAID, tous les enseignants sont des secouristes confirmés, et la moitié des quelque 200 étudiants sont capables d’administrer les premiers soins. En cours de sciences de Abdel-Hakim, les élèves apprennent à fabriquer des masques pour se protéger des gaz lacrymogènes (...) Lire la suite »

Israël prolonge la détention du juriste Salah Hamouri (Ma’an News)

Chronique de Palestine
BETHLEHEM (Ma'an) - Les autorités israéliennes ont prolongé la détention provisoire de Salah Hamouri, défenseur des droits de l’homme et enquêteur de terrain de l’organisation de défense des droits des prisonniers palestiniens Addameer. L’ONG a déclaré dans un communiqué dimanche qu’un juge du tribunal israélien de première instance de Jérusalem avait prolongé la détention de Hamouri de trois jours supplémentaires pour prolonger son interrogatoire. Addameer a déclaré que l’un de ses avocats, Mahmoud Hassan, avait présenté un recours contre cette prorogation. Hamouri, 32 ans, qui a la double nationalité palestino-française, a été arrêté dans la nuit de mercredi, chez lui, dans le quartier de Kafr Aqab à Jérusalem-Est occupée, par l’armée israélienne. Un porte-parole de la police israélienne a déclaré à Ma’an au moment de l’arrestation qu’il n’avait pas « d’information précise » sur ce cas. Hamouri a déjà été emprisonné sept ans par Israël et a été libéré dans le cadre de l’accord d’échange de prisonniers Wafa (...) Lire la suite »

Comment Gaza a été réduite à une enclave invivable (Al Jazeera)

Michael LYNK
Comment peut-on vivre dans un endroit où on a l’électricité seulement quelques heures par jour, et l’eau seulement huit heures tous les quatre jours ? Gaza et Tel Aviv se trouvent à seulement 75 kilomètres l'une de l'autre. Les deux villes partagent le même sol sablonneux et les mêmes étés brûlants du Levant. Mais les similitudes s’arrêtent là. Si on prenait la nuit une image satellite de la Méditerranée orientale on verrait sur Tel Aviv un flamboiement de lumière incandescente, et seulement quelques petites lumières pâles, un peu plus loin, sur le rivage de Gaza. Gaza arrive dans son troisième mois de la restriction, imposée de l’extérieur, de son accès déjà insuffisant à l’électricité. L'enclave de deux millions de personnes nécessiterait normalement environ 450 mégawatts (MW) d'électricité par jour pour avoir de l’électricité 24 heures sur 24. Cependant, au cours de la dernière décennie, du fait du rigoureux blocus israélien de Gaza, sa fourniture d'énergie est passée à quelque 200 MW, ce qui a entraîné des (...) Lire la suite »

Le nationalisme israélien, comme tous les autres, est un poison ! A combattre.

Claire VÉRILHAC

Non, M. Macron nous ne céderons en rien aux messages de haine envoyés par Israël et relayés par vous. Nous continuerons de combattre les nationalismes tout comme le racisme et l'antisémitisme qui sont leurs habituels compagnons de route. Nous ne céderons rien à la dérive en marche d'un pouvoir personnel qui bafoue nos droits sociaux, s'attaque à nos libertés et soutient les pires idéologies.

"Le nationalisme, c'est la guerre." Tel fut l'ultime message de François Mitterrand dans un de ses derniers discours de Président, devant le Parlement européen à Strasbourg. Il nous rappelle qu'il est parfaitement légitime, et même salutaire, de critiquer les nationalismes qui ont conduit à l'horreur, quels que soient leurs noms : fascisme, nazisme, pétainisme ... de même que celui revendiqué par le Front National, porteur d'isolationnisme, d'égoïsme, de racisme. S'il est un pays qui exalte un nationalisme, le sionisme, sous toutes ses formes : Etat, territoire, religion, préférence nationale, et représente un danger permanent pour la paix, c'est bien Israël, hélas ! S'opposer à ce nationalisme israélien, porté par des politiciens d'extrême droite, des extrémistes religieux, des colons et des va-t-en-guerre anti-arabes est non seulement un droit mais un devoir pour tous les démocrates et les humanistes. Pourtant il se trouve en France, pays des droits humains, des politiciens sous influence, trop (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 190