RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Thème : Israël

À Gaza, Israël fait des expérimentations sur des humains en situation de stress et de privations

Gideon LEVY

Qu’arrive-t-il à deux millions d’êtres humains privés d’électricité presque tout le temps, de nuit comme de jour ? C’est ce qu’expérimente Gaza

L’une des plus grandes expériences impliquant des sujets humains jamais réalisée est en train de se dérouler actuellement sous nos yeux, et le monde entier regarde les bras croisés. Ce projet vient d’atteindre son paroxysme dans l’indifférence générale. Il s’agit d’une expérience sur êtres humains pour laquelle aucune des institutions scientifiques internationales n’a obtenu l’approbation de la déclaration d’Helsinki. Son but ? Examiner les comportements humains dans des situations de tension extrême et de privations. Il ne s’agit pas d’un groupe expérimental de quelques dizaines, centaines, ni de milliers ou dizaines de milliers, ni même de centaines de milliers des personnes. Les sujets de cette expérience ne sont pas moins de deux millions d’êtres humains. Jusqu’à présent, ils ont réussi d’une façon stupéfiante à résister à cette épreuve. Évidemment, on a certes constaté quelques turbulences dans la cocotte minute à l’intérieur de laquelle ils sont confinés, mais elle n’a pas encore explosé. La bande de (...) Lire la suite »

L’accord saoudo-égyptien sur les îles de la mer Rouge profite à Israël (Al Jazeera)

Jonathan COOK
Tel Aviv pourrait utiliser le capital diplomatique que lui a valu sa validation de l’accord Tiran et Sanafir pour obtenir du soutien sur la question palestinienne. Deux petites îles inhabitées, Tiran et Sanafir, gardent l’entrée du golfe d'Aqaba, entre l'Egypte et l'Arabie Saoudite. C'est la seule porte d'entrée d'Israël à son port d'Eilat, au sud, et à ses routes commerciales vitales avec l'Asie du Sud-Est. Il y a exactement 50 ans, les restrictions égyptiennes sur les transports israéliens dans le détroit de Tiran ont contribué au déclenchement de la guerre israélo-arabe de 1967. Malgré une sérieuse opposition, le parlement égyptien a approuvé ce mois-ci le transfert des deux îles de la mer Rouge à l’Arabie Saoudite. En retour, Riyad doit fournir des milliards de dollars de prêts et d'investissements pour soutenir l'économie chancelante de l'Égypte. Mais tandis que le transfert provoquait de grosses manifestations en Égypte, les opposants arguant que cela revenait à « vendre » le territoire (...) Lire la suite »

Pourquoi l’Union Européenne finance-t-elle les tortionnaires israéliens ? (The Electronic Intifada)

Ali ABUNIMAH

L’Union européenne doit arrêter de financer illégalement les tortionnaires israéliens, affirme un important groupe d’experts juridiques internationaux.

Selon eux, le programme LAW-TRAIN viole les règles de l’UE et le droit international parce que l’un des participants, le ministère israélien de la sécurité publique, « est responsable ou complice de torture, d’autres crimes contre l’humanité et de crimes de guerre ». LAW-TRAIN a commencé en mai 2015 avec l’objectif ostensible d’harmoniser et de partager les techniques d’interrogatoire entre les pays impliqués afin de faire face aux nouveaux défis de la criminalité transnationale. Il est financé par un programme de recherche de l’UE appelé Horizon 2020, qui a également investi des millions de dollars dans l’industrie de l’armement israélien. Une utilisation extensive de la torture LAW-TRAIN compte dans ses partenaires l’Université israélienne Bar-Ilan, le ministère israélien de la Sécurité publique, l’Université catholique belge de Louvain, le ministère belge de la justice, la police paramilitaire de la Garde civile espagnole et la police roumaine. Son conseil consultatif comprend Cornelia Geldermans, un (...) Lire la suite »

Les dirigeants israéliens devant la Cour Pénale Internationale ? Une interview de Christophe Oberlin

Christophe OBERLIN

En préambule à une très prochaine présentation de son ouvrage intitulé Le chemin de la Cour : Les dirigeants israéliens devant la Cour Pénale Internationale, Chronique de Palestine a interrogé Christophe Oberlin, Professeur de médecine à l’université Denis Diderot à Paris et chirurgien spécialisé dans la microchirurgie et la chirurgie de la main. Christophe Oberlin intervient depuis de nombreuses années dans le secteur hospitalier de la Bande de Gaza.

Chronique de Palestine : Christophe Oberlin, pouvez-vous rapidement vous présenter, en nous expliquant dans le même temps les raisons de votre engagement si actif aux côtés du peuple de Palestine ? Christophe Oberlin : J’ai toujours été attiré par l’étranger et les étrangers. Quand j’étais enfant je demandais comme cadeau de Noël des cartes des régions les plus reculées du monde, et j’essayais d’imaginer la vie là-bas. A l’âge de voyager, je suis parti en routard. Et lorsque ma formation de chirurgien a été terminée, j’ai toujours passé une partie de mon temps à l’étranger pour opérer et enseigner. La Palestine est venue en 2001, à la suite d’une occasion de voyage avec le Pr Marcel-Francis Kahn et l’écrivain François Maspéro. Depuis je me rend à Gaza trois fois par an pour une dizaine de jours. C.P : Pouvez-vous nous faire rapidement la genèse de votre ouvrage Le chemin de la Cour : Les dirigeants israéliens devant la Cour Pénale Internationale, paru aux Editions Erick Bonnier en novembre 2014 ? Le contexte dans (...) Lire la suite »

Israël aide secrètement les groupes armés du Golan

Afrique-Asie
Selon le Wall Street Journal du 18 juin, Israël a régulièrement fourni aux rebelles syriens des fonds, de la nourriture, du carburant et des médicaments. Et ce, pendant des années, à sa frontière, dans le cadre d’un engagement secret dans la guerre civile syrienne, son ennemi de quarante ans, afin de mettre en place une zone tampon peuplée de forces « amies ». Comme elle l’a fait avec la zone tampon qu’elle avait confiée aux milices supplétives du au Liban du Sud de 1978 à 2000. Année où la résistance libanaise avait libéré toute cette zone. Selon les témoins interviewés (rebelles syriens) par le WSJ, l’armée israélienne est en communication régulière avec les groupes rebelles. Son assistance inclut des paiements secrets aux commandants qu’ils utilisent pour payer les combattants et pour l’achat d’armes et de munitions. Israël a établi une unité militaire qui supervise le soutien en Syrie – un pays avec lequel il est en état de guerre depuis quarante ans – et a consacré un budget spécial pour cette aide, selon (...) Lire la suite »

Selon un rapport des Nations unies, Israël soutient les groupes jihadistes en Syrie

Stefano MAURO
Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a récemment exprimé ses préoccupations au sujet des contacts entre les soldats de l’armée israélienne et les combattants de différents groupes djihadistes dans le sud de la Syrie (province de Deraa) et dans les hauteurs du Golan. Dans rapport produit par l’ONU le 8 juin, Antonio Guterres a mis l’accent sur la montée progressive des contacts entre les deux parties, contacts vérifiés par les observateurs de l’ONU situés dans le Golan. Les observateurs ont documenté au moins 16 rendez-vous entre les forces israéliennes et les milices « rebelles » dans les zones frontalières qui incluent « le mont Hermon, la zone de Quneitra et les hauteurs du Golan » dans la période qui va de mars 2017 jusqu’au mois dernier. Le rapport poursuit en disant que « pour la période entre mars et mai, il y a eu de nombreuses rencontres entre l’armée israélienne et les militants djihadistes, le long de la frontière avec des échanges d’armes, de médicaments et de matériel militaire ». (...) Lire la suite »

Victorieuse Syrie

Bruno GUIGUE

Comme par un matin calme, le paysage s’éclaircit peu à peu en Syrie. Partout à l’offensive, l’armée nationale a reconquis des milliers de kilomètres carrés de territoire à l’est d’Alep, de Homs et de Damas. Elle s’apprête à reprendre le contrôle intégral des frontières syro-jordanienne et syro-irakienne, traditionnelles voies de transit des mercenaires venus dévaster le berceau de la civilisation pour une poignée de pétrodollars.

En restaurant la souveraineté de l’Etat sur le sol national, cette courageuse armée de conscrits inflige un camouflet à tous ceux qui rêvaient de détruire cet Etat récalcitrant, à tous ceux qui voulaient le mettre en charpie parce qu’il osait déjouer leurs plans néo-coloniaux. Victorieuse sur le plan militaire depuis la libération d’Alep, la Syrie souveraine l’emporte aussi sur le plan politique. Le temps paraît lointain où “Le Monde diplomatique” pouvait prédire, sans craindre le ridicule, l’exil doré de la famille Assad quelque part en Sibérie. Ses adversaires, le président syrien les a vus défiler, qui psalmodiaient les mêmes stupidités sur un pays dont ils ignoraient tout. A en croire les Occidentaux, le départ de Bachar Al-Assad devait être un “préalable” à la solution de la crise. En réalité, c’était tout le contraire. La résistance de l’Etat syrien dont le président est la clé de voûte exigeait son maintien. Là où tant d’autres auraient pris la poudre d’escampette, le chef est resté à son poste, et il a (...) Lire la suite »

Cela fait trois ans qu’Israël soutient ses mercenaires d’Al-Qaeda

Moon of Alabama
12h13 - 24 juin 2017 L’armée israélienne dit que plusieurs mortiers sont tombés sur le Golan du fait des combats en Syrie 12h16 - 24 juin 2017 Le tir de mortier était, comme d’habitude, un appel d’al-Qaeda pour qu’Israël leur apporte un soutien militaire. En réaction, Israël va frapper les positions de l’armée syrienne en 3,2,1... 14h24 - 24 juin 2017 Les forces aériennes israéliennes attaquent l’armée syrienne après que des projectiles sont tombés sur le plateau du Golan Al-Qaïda a attaqué un poste de l'armée arabe syrienne (AAS) à Madinat al-Baath (carte) près du plateau du Golan occupé par Israël. Al-Qaïda a demandé un soutien militaire israélien en lançant des mortiers vers des espaces vides du territoire occupé par Israël. La Force de défense israélienne a répondu à leur demande en détruisant deux tanks de l'armée arabe syrienne. Deux soldats syriens ont été tués. L’armée syrienne a résisté et l'attaque d'Al-Qaeda sur sa position a échoué. C'était très facile à prévoir. Israël soutient Al-Qaïda dans la (...) Lire la suite »

L’éléphant et la queue de la souris (Decima Avenida)

Joan BAYLE CANETE
En pleine seconde Intifada, l’ambassadeur d’Espagne en poste à Tel Aviv invita à déjeuner les correspondants de la presse espagnole, à l’Ambassade. Ce diplomate venait d’être nommé et ce genre d’invitation est un rituel bien établi. Le repas était bien avancé lorsque, les journalistes présents, nous nous sommes lancés dans une discussion sur le fait de savoir si le mur qu’Israël était alors en train de construire en Cisjordanie devait être appelé mur ou bien clôture. Sur toute la longueur de son tracé, cette barrière combine des tronçons où elle prend la forme d’un grand mur de huit mètres de hauteur (hauteur supérieure à celle du Mur de Berlin) et sur d’autres tronçons elle est une clôture électrifiée avec deux larges zones de sécurité d’un côté et d’autre. Appeler cette barrière mur, comme les Palestiniens l’appellent, implique qu’on la tient pour illégale et cela revient à critiquer tout à la fois, son implantation dans le côté palestinien de la Ligne Verte, l’expropriation de terres palestiniennes qui s’en est suivie (...) Lire la suite »

Faire des économies ? Confions notre diplomatie à Trump et notre sécurité à Israël.

Jacques-Marie BOURGET

Macron, même Dieu et Jupiter, et les mirobolants qui l'entourent dans sa marche sur les eaux où il nous noie, n'a pas pensé à tout. En tant qu'économiste atterrant, je suggère, plutôt que de supprimer des infirmières et des assistants de vie pour les vieux, de virer tous les diplomates et de confier les clés du Quai à Trump ? Pourquoi aussi ne pas céder celles de notre sécurité à Netanyahu ? Ça aurait de la gueule !

Régis Debray vient de publier un livre – que je n’ai pas lu – mais dont le contenu général est largement déroulé dans la presse : Civilisation. Comment nous sommes devenus américains. Observation de géographe, l’art premier de son maître Julien Gracq, le philo-médiologue constate que la dérive des continents a fonctionné en douce : « La France est devenue l’Amérique ». Maintenant que nous sommes arrimés, par exemple, quand les socquettes blanches et les jupes plissées bleues s’en vont célébrer la mémoire de Pétain à l’Ile d’Yeu, elles devraient facilement entendre parler l’américain. A pied l’Amérique c’est vraiment chez nous. Cet état de l’union, vous me direz, il y longtemps qu’on le vit. Si on excepte la parenthèse du Général, il y a des lustres que nous nous éclairons aux étoiles de la bannière. Les plans de l’Europe, celle qui fait saliver Macron, ont été tracés par les diables de Wall Street, puis réalisés par Jean Monet, un ouvrier de la CIA et Robert Schuman, rescapé de Vichy. Ajoutez à cet équipage le parapluie (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 190