RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Thème : Alain Finkielkraut

L’homme qui fait parler la France... Si seulement il pouvait la faire swinger .

Syntaxe de Galimatias

« Je ne suis plus de gauche, car la gauche a trahi sa promesse républicaine en précipitant le désastre de l’école au nom de l’égalité de tous avec toutes et de tout avec tout. Pour abolir, une fois pour toutes, les privilèges des héritiers, l’héritage a été réduit à sa plus simple expression. Sous prétexte de ne laisser personne sur le bord du chemin, l’école prétendument progressiste a sacrifié la rigueur, l’exigence et la langue française elle-même : un galimatias sans syntaxe fait désormais l’affaire. »
Alain Finkielkraut / Le Point / 05 / 03 / 2015.

Et il a raison le bougre, la preuve par Syntaxe de Galimatias élève perpétuel de l'école publique . Amis du peuple, bonjour, Alain Finkielkraut nous dit, dans sa propre syntaxe et de ses hauteurs langagières : ( 1 ) qu'il ne croit pas en dieu, ( 2 ) qu'il n'est pas pratiquant, ( 3 ) qu'il est juif identitaire. Pour moi, élève scolarisé uniquement à l'école PUBLIQUE de la République Française et vu ce qu'elle m'a appris et enseigné : M. Finkielkraut n'est pas juif. Il est peut être d'origine juive, si éventuellement ses parents étaient pratiquant et croyaient en leur dieu, mais lui par 1 et 2, non . Il peut bien dire ou crier qu'il est pré-pro-before-after juif ou les défendre à tort ou à raison et à qui veut bien l'écouter avec ou sans uniforme, pour qui ? pour moi ? Non ! Merci, je ne le crois pas. Non ! Monsieur, avec tout le respect que je dois à chaque être humain et plus si affinité, vous ne croyez pas en Yahweh ou YHWH et ne pratiquez pas cette religion, alors vous êtes un Français, non (...) Lire la suite »

Offensons gaîment les imbéciles

SILENCE
Voici donc la dernière polémique agitant le microcosme : le départ houleux de M. Finkielkraut, place de la République, samedi 47 mars, après avoir été pris à partie par quelques individus participant au mouvement Nuit debout. Fidèle à la détestable tradition qui consiste à réagir instantanément au moindre fait divers, la bulle politico-médiatique s’est empressée de s’exprimer à tort et à travers sur le sujet. Dans une touchante unanimité, diverses personnalités politiques telles que Najat Vallaud- Belkacem, Myriam El Khomri, Patrick Kanner, Nicolas Dupont-Aignan, Alain Juppé, Eric Ciotti, Gilbert Collard ou Marion Maréchal Le Pen ont donc exprimé leur désapprobation, chacune à sa façon. À leurs côtés, journaux de droite comme de droiche (la droite qui se croit encore de gauche) ont cédé avec bonheur à leur passe-temps favori : hurler en meute contre les déviants qui ne respectent pas leurs idoles, leurs critères, leurs catégories de pensée… et surtout d’impensé. Poussant de petits cris outrés qui ne sont pas sans (...) Lire la suite »
25 

Faut-il essuyer tous les crachats ?

Jean ORTIZ

"Dès qu’un crachat, réel ou fantasmé, retombe sur la tête d’un cracheur habituel, patenté, labellisé ; intouchable, hyper-médiatisé, tous les « ils » crient tous au scandaaale, au totalitarisme."

Faut-il essuyer tous les crachats ? Cela devrait être la norme, mais elle se révèle sélective. Il y a crachat et crachat. Il ya même selon plusieurs témoins, des crachats virtuels. On peut cracher dans l’air du temps, cracher sur les Gitans, les cocos, les mélenchonniens, les syndicalistes (de classe), les « satrapes », les « populistes », la gauche « radicale », les révolutions latino-américaines, les immigrés, les révolutionnaires, les fonctionnaires, les faignasses de chômeurs, les jeunes « beurs » des banlieues ; on peut ethniciser, « racialiser » leurs révoltes, répandre la haine. On peut, et même l’on doit, cracher son venin contre les tyrans à la Chavez, Maduro, Morales, Castro, cracher contre les « Noirs », les « musulmans », les « gauchistes », les nationalisations, les retraites, le code du travail... Crachez sur ces cibles, et visez bien ! Ces crachats-là, légitimes, mérités, fielleux, quotidiens, de mots dits -et qui tuent-, n’ont pas à être essuyés. Ces « blasphèmes anti Républicains » (Emmanuel (...) Lire la suite »

Finkielkraut et son obsession de l’islam : un danger pour le vivre ensemble

Chems Eddine CHITOUR
« Le mal-être français est le brunissement des Français » « Êtes-vous conscient de faire mal à la France ? » Wiam Berhouma, interpellant Alain Finkielkraut, France 2... Cette phrase résume plus que cent discours le danger de la propagation de la haine en France. Tout est parti d'une émission de France 2 jeudi 20 janvier « Des paroles et des actes » animée par Daniel Pujadas qui a invité deux personnalités vedettes : l'inévitable philosophe tout-terrain que les médias « bien-pensant » s'arrachent et Daniel Cohn-Bendit autrement plus pondéré. L'académicien a été apostrophé par Wiam Berhouma professeur d'anglais qui intervenait parmi le public de l'émission. Estimant que l'invité n'avait pas répondu à sa question, « Il y a une vidéo de vous où vous criez à monsieur Dafri (scénariste français) "taisez-vous, taisez-vous''. Eh bien, pour le bien de la France, je vous dis la même chose, taisez-vous monsieur Finkielkraut » a lancé la jeune professeur qui a marqué l'émission. Cette professeur, femme française et (...) Lire la suite »
44