RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Alain Soral

La « pensée » d’Alain Soral : Révolution ou réaction ? (4/4)

Maxence STAQUET
Le grand complot Pour Soral, le rôle des masses devrait donc se limiter à soutenir de nouvelles élites plus vertueuses et plus solides face à la « Banque, [contre] l'Empire. Leur triomphe [des grands hommes] passant toujours et nécessairement par l'appui, la constitution de réseaux ». D'où les intrigues et les complots qui, à la mesure du renforcement de la cohésion et de l'influence de ceux-ci, donnent la victoire. Ils sont « la condition sine qua non de toute prise de pouvoir… [53] » Ceux qui rêvent que Soral voudrait faire un patient travail d'organisation, de conscientisation et de mobilisation des travailleurs pour rendre cette société plus juste en seront pour leurs frais. Non, lui et ses semblables veulent être califes à la place du calife : virer BHL et DSK car ce sont des juifs sans morale, parce que juifs. Tandis que lui et Le Pen seraient vertueux, parce que chrétiens et français authentiques… Soral remet au goût du jour les théories organicistes sur la société de Maistre, Bonald et (...) Lire la suite »
19 

La « pensée » d’Alain Soral : Révolution ou réaction ? (3/4)

Maxence STAQUET
Du bon impérialisme « Notre intérêt, désormais solidaire de celui de l'Allemagne, n'étant pas non plus de rembourser une deuxième fois " via l'ONU " 80 % du coût de la guerre du Golfe aux Américains, pour nous avoir fait perdre tous nos marchés dans la Péninsule arabique. D'autant plus que le but ultime de cette nouvelle guerre impérialiste est de contrer la suprématie économique européenne, par la mainmise sur ses futures sources d'approvisionnement en énergies fossiles [32]. » Soral représente aux côtés des Le Pen, De Gaulle, De Benoist et autres réactionnaires une tendance de la grande bourgeoise française qui veut briser l'alliance avec les États-Unis. Ils sont nombreux aujourd'hui à droite à minimiser l'impérialisme français au moment même où il redevient agressif : les événements en Libye, en Côte d'Ivoire et plus récemment en Syrie en sont la preuve. Tandis qu'à gauche, on fait semblant de ne pas le voir, on dénonce Sarkozy, qui serait au service de l'impérialisme américain. Or, (...) Lire la suite »

La « pensée » d’Alain Soral : Révolution ou réaction ? (2/4)

Maxence STAQUET
Les grandes constantes de la « pensée Soral » Essayons maintenant de déceler ce qui est constant dans ses écrits, ce sur quoi il insiste. Voyons ce qui se cache derrière la rhétorique droite des valeurs, gauche du travail. Il n'y a pas de danger fasciste aujourd'hui en France Mais il doit pour cela pratiquer un double discours sur le danger de la montée du FN et dénoncer tous ceux qui veulent maintenir le cordon sanitaire. « En fait, pour qu'il y ait fascisme, il faut qu'il y ait démocratie " et pour pousser la précision plus loin, qu'il y ait démocratie en crise et risque de prise du pouvoir par les communistes […]. Dès lors, parler de menace fasciste dans le monde unipolaire d'aujourd'hui a très peu de sens [19]. » « Les mêmes qui avaient sponsorisé le fascisme des années 30 ont mis en place, dans les années 60, un système infiniment moins coûteux et bien plus efficace pour enlever au peuple toute volonté séditieuse… Et ce système s'appelle société de consommation [20]. » Nous sommes d'ailleurs (...) Lire la suite »

La « pensée » d’Alain Soral : Révolution ou réaction ? (1/4)

Maxence STAQUET
Alain Soral est un essayiste français proche du FN, sans en être membre. Il soutient la candidature de Marine Le Pen pour la campagne présidentielle. Son dernier livre s'est vendu à 28 000 exemplaires, ce qui constitue un succès modéré. Ses lecteurs sont des jeunes et beaucoup sont d'origine immigrée. Il suffit pour s'en convaincre d'aller voir les commentaires sur ses sites [1]. Soral tente de rallier aux idées d'extrême droite un public qui ne lui est traditionnellement pas attaché : de jeunes Français issus de l'immigration qui aspirent à bac + 3. La croissance basée sur l'endettement des années 1990 et 2000 a fait place, depuis la crise de 2008, à une précarité accrue touchant les plus démunis, mais aussi, et c'est nouveau, les classes moyennes. Et notamment une partie des jeunes salariés issus de milieux populaires qui ayant fait des études plus poussées que leurs parents, pouvaient prétendre à des emplois mieux rémunérés et protégés. Soral s'adresse à ces jeunes qui, ayant terminé leurs études (...) Lire la suite »