RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Climat
Ecologie, fascisme vert et humanophobie

Les écologistes vont finir par provoquer la catastrophe qu’ils prétendent éviter !

Guillaume SUING

Face aux politiques et grands patrons larmoyants devant les remontrances d’une jeune fille débarquée de Suède pour assister aux spectacles du cirque ultralibéral, de Davos aux Parlements des Etats les plus impérialistes du monde, personne ne s’étonne d’une telle renommée fulgurante ?

Evidemment dans le piège à deux mâchoires que nous tend la propagande bourgeoise « soit du coté de Macron, soit du côté des fascistes », tout le monde est paralysé ou perd le courage de dire les choses en face : on assiste ces derniers mois à une montée assez nette du « péril climatique » dans les esprits (comme à d’autres moments on plaçait en priorité les migrants, l’insécurité, etc. selon les circonstances et l’acharnement médiatique). Ce consensus, qu’on y adhère ou non, devient clairement un outil supplémentaire d’exploitation pour le pouvoir capitaliste, pourtant aux premières loges sur le banc des accusés du dérèglement climatique. Car tout ce qui permet de maintenir le capitalisme en crise sous perfusion quelques années encore, ce sont sans doute les taxes qu’on arrive à extorquer des travailleurs avec leur consentement, partie de plus-value volée indirectement sous le masque d’une abstraite protection du climat. Résultat : le Ministre de l’écologie s’engraisse aux homards avec notre argent, pendant que (...) Lire la suite »
35 

Encore deux ou trois choses sur Greta

Rosa Llorens

Après avoir parlé à la COP24 en décembre dernier, puis à l’ONU, et s’être entretenue avec le Pape, tous deux se congratulant mutuellement, Greta a reçu dimanche dernier, 21 juillet, le Prix Liberté à Caen, en lien avec les commémorations du Débarquement et de la Libération (par les Américains bien sûr).

Greta est une sorte de Cassandre à l’envers : la jeune Troyenne annonçait des catastrophes auxquelles personne ne voulait croire ; la jeune Suédoise voit ses prédictions apocalyptiques aussitôt avalisées par les plus hautes autorités de la planète, qui nous somment de nous prosterner devant ses vaticinations. On a déjà souligné l’invraisemblance d’une situation où les hommes les plus puissants du globe écoutent avec componction une adolescente de 15 ou 16 ans (le temps passe) leur faire la leçon : « Vous n’êtes pas assez matures », leur dit-elle, et ils boivent ses reproches comme du petit-lait. Ce phénomène de vénération parfois hystérique autour d ‘un enfant prodige n’est pas nouveau : sans parler de Jésus devant les Docteurs de la Loi, Mozart enfant était reçu à Versailles par Marie-Antoinette – mais ses talents de pianiste étaient indéniables ; plus près de nous, dans les années 50-60, le petit Joselito enthousiasmait le public espagnol – mais sa voix était vraiment celle d’un rossignol. Plus proche du cas (...) Lire la suite »
82 

Poutine compare les risques climatique et nucléaire

le cri du peuple

Vladimir Poutine a rencontré les dirigeants des principales agences de presse mondiales en marge du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, le 6 juin 2019. Source : http://en.kremlin.ru/events/president/news/60675 Traduction : lecridespeuples.fr video https://www.youtube.com/watch?v=LCeES8AGeD4

Transcription : Sergei Mikhailov : Nous avons toujours commencé nos dernières réunions en convenant que notre planète traversait une période de confrontation extrêmement dangereuse : les pays qui s’embrasent, les régions entières en flammes, les sanctions et les guerres commerciales, les fausses informations – tel est le contenu de presque tous les flux de nouvelles des agences de presse mondiales. Elles parlent d’une nouvelle guerre froide. Chaque pays est certain de savoir qui est responsable de cela. Pourquoi devons-nous commencer notre conversation en 2019 avec cette même question : pourquoi le monde ne devient-il pas plus sûr ? Où va notre civilisation ? Voyez-vous de la lumière au bout du tunnel ? Que peuvent faire les pays qui sont les principaux acteurs du processus politique à cet égard ? C’est une question générale, Monsieur le Président. Vladimir Poutine : Si nous regardons les peintures murales et les fresques autour de nous, on voit que la guerre est partout. Malheureusement, cela a (...) Lire la suite »

Lutter pour le climat : Les raisons d’une défiance

Pierre LENORMAND, Bruno DRWESKI, Guillaume SUING
Il y a un peu plus de trente ans, sous le titre « Notre avenir à tous », le rapport Brundtland mettait en évidence l’ensemble des défis environnementaux auxquels l’humanité est aujourd’hui confrontée. En 2015, au terme de laborieuses négociations politiques, 197 pays signaient les « Accords de Paris » définissant une ‘politique mondiale commune’ réduite au seul changement climatique. Suivant ces accords « librement » consentis et « non contraignants » les pays signataires s’engageaient à réduire massivement les émissions de GES (gaz à effet de serre, principalement du CO2) devant permettre de limiter - on dit aussi atténuer - le réchauffement climatique à 2° d’ici à la fin du siècle. Depuis 2015, alors que plusieurs pays, dont les USA, sont revenus sur leur signature, les objectifs de cette politique climatique mondiale (PCM) se sont faits de plus en plus exigeants : suivant le dernier rapport du GIEC, et pour ne pas dépasser une hausse des températures d’1°5, le monde devrait avoir atteint la « neutralité (...) Lire la suite »
13 

La jeunesse contre le vieux monde

Yann FIEVET
Le vieux monde n’en finit pas de s’accrocher à ses vieilles lunes, celles qui ont fait un temps sa fortune mais le poussent désormais vers un abîme insondable. Le vieux monde ici désigné est celui qui croit mordicus que son avenir réside toujours dans les feux ardents d’une Croissance infinie quand la plupart des ressources disponibles sont finies. Il s’agit du monde des « pays avancés », celui des économistes orthodoxes qui ne jurent que par l’extension des marchés pour l’avènement prochain du Marché total quel qu’en soit le coût social et environnemental. C’est aussi celui de tous ceux qui suivent aveuglément cette dévorante folie. Malgré les nombreuses et pertinentes dénonciations de ce monde sans cesse maladroitement ripoliné les inégalités sociales criantes y persistent ou y prospèrent. De COP en COP le péril climatique grandit. Cependant, 2019 pourrait marquer un tournant : voilà que la jeunesse semble vouloir se dresser contre l’incurie générale. Une poussée inattendue mais probablement pas sporadique. (...) Lire la suite »
11 

Les marches mondiales pour le climat ou le triomphe de l’ingénierie sociale

Nicolas CAZAUX
Produire de l’électricité n’est pas sauver la planète Certains d’entre nous se joindront probablement à la marche mondiale organisée ce 8 septembre, mais non pour soutenir les objectifs de ses organisateurs. Certains d’entre nous croyaient auparavant aux mirages absurdes dénoncés dans le texte qui suit. Loin de nous l’intention de blâmer les manifestants. « Prenez part au mouvement qui met fin à l’ère des combustibles fossiles et développe une énergie 100% renouvelable, accessible à tous. » - Rise for Climate [1] Tel est l’objectif de la marche mondiale pour le climat édition 2018, le même que celui des marches précédentes. Année après année, le mouvement écologiste mondial tend à se réduire à ce mouvement pour le climat. C’en est fini du mouvement environnemental ou écologiste, du mouvement « pour sauver l’environnement » qui était celui de la mobilisation du 22 avril 1990, organisée pour la Journée de la Terre, en France, qui reste à ce jour la plus importante de l’histoire du mouvement écologiste français. Ce (...) Lire la suite »

Désastre écologique : quand le gouvernement dénonce… le capitalisme !

Fadi KASSEM
Un constat lucide sur les désastres causés par le capitalisme... « Le modèle économique sur lequel repose notre société, hé bien il ne fonctionne pas. Ce n’est pas qu’un constat » ; « Cette économie sur laquelle repose le système capitaliste comme aujourd’hui, on extrait toujours plus de ressources de la planète pour produire toujours plus de produits qui finalement finissent eux-mêmes généralement au fond d’un trou, et bien ce n’est plus le modèle économique qui convient. » Marx ? Lénine ? Un « illuminati » ? Un « complotiste » ? Vous n’y êtes pas : Brune Poirson, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, invitée sur RTL le 1er août 2018 [1]. Difficile en effet de nier l’évidence, au moment où un nouveau (tragique) record est atteint au sujet de la date de dépassement de la consommation des ressources de la planète sur une année, date qui ne cesse d’intervenir plus tôt chaque année ; précisons au passage que pour la France, la date de cette année est le 29 mai (date ô combien (...) Lire la suite »
31 

Démission de Nicolas Hulot

Christian RODRIGUEZ
Après avoir passé 15 mois à avaler des couleuvres, il a enfin le courage de rendre son tablier d'un gouvernement où il n'a servi que de faire-valoir au service d'une écologie qui n'en a que le nom et dont la politique en est aux antipodes. Là où l'érosion de la démocratie se fait sentir chaque jour, où les lobbyistes s'emparent du pouvoir, où on nous empoisonne sur le marché lucratif de l'alimentation, où la destruction des services publics est en marche, où l'on prend aux pauvres pour donner aux riches, où la France est à vendre : eau, mer, sols, éducation, transports, santé, etc, comment a-t-il pu supporter de telles avanies ? Comment un ministre de l'écologie peut-il ignorer que Cuba sans pesticides voit les abeilles proliférer, que l'interdiction des pesticides au Salvador a conduit à une explosion de la production agricole, que la protection de la terre et le droit à l'accés à l'eau pour tous sont inscrits dans la constitution bolivienne ? L' écologie ne se réduit pas seulement à une question (...) Lire la suite »
21 

Climat : qui sera inculpé pour crime contre l’humanité ?

Denis DUPRÉ
Je prédis que ces procès seront ouverts par les peuples exsangues, ceux qui auront réussi à reprendre leur pouvoir avant d'être définitivement asservis. Aux procès internationaux de ce crime contre l’humanité, les peuples libres seront appelées à témoigner. Qui seront les inculpés ? Et quelles questions devront nous leur poser lors de ces procès ? Le Président Macron pressent lui aussi ce crime en devenir quand il proclame ce 12 septembre 2017 au Sommet pour le Climat : « Mais on est en train de perdre la bataille. Ceux qui étaient avant nous avaient une chance, il pouvaient dire ‘On ne savait pas’. Et c’était vrai. Depuis une vingtaine d’années, on sait, et on sait chaque fois un peu plus ... Si on continue sur notre lancée, là où on s’est engagés à une augmentation d’en moyenne d’1,5 degrés, on est à 3, 3,5 degrés. Enfin, ça n’a rien à voir avec ce à quoi on s’est engagés ! (…) Je veux que vous preniez conscience que derrière moi, il y a des chefs d’États et de gouvernements. Dans 50, 60 ou 100 ans, il y en a (...) Lire la suite »
18 

Ce que révèlent sur le climat deux journées ordinaires

Gérard Le Puill

De la réactivation des incendies au Canada aux inondations dans le Sri Lanka, en passant par la sécheresse en Inde et la mort des coraux en Australie, quelques heures de la vie de la planète nous rappellent qu’il est urgent de freiner le réchauffement climatique. Mais, partout dans le monde, on se garde de passer aux travaux pratiques. Même en France, le président de la République et son gouvernement donnent le sentiment d’avoir déjà oublié les conclusions de la conférence de Paris sur le climat dans la conduite des affaires du pays au quotidien.

On n’en parlait pratiquement plus depuis une dizaine de jours. Mais la forêt continue de brûler dans la province de l’Alberta, au Canada. Le feu a déjà dévasté 285.000 hectares et le changement d’orientation des vents dirige désormais l’incendie vers les installations pétrolières. Les flammes sont à moins de 15 kilomètres des installations de Suncor Energy et de Syncrude Canada tandis que les 4.000 ouvriers en poste sur les deux sites viennent d’être évacués. Lundi soir, les flammes gagnaient de trente à quarante mètres par minute sur le front de l’incendie tandis qu’un temps chaud et sec prévu pour durer encore au moins 48 heures compliquait le travail des pompiers. En Inde, on ne fait pas état d’incendies et le gouvernement central communique le moins possible sur la terrible sécheresse qui frappe de nombreuses régions depuis deux ans. Dans un pays qui avait déjà l’habitude de pomper de manière abusive l’eau des nappes phréatiques pour irriguer les cultures, ont estime que 330 millions de personnes sont (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60