Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

82 

Encore deux ou trois choses sur Greta

Après avoir parlé à la COP24 en décembre dernier, puis à l’ONU, et s’être entretenue avec le Pape, tous deux se congratulant mutuellement, Greta a reçu dimanche dernier, 21 juillet, le Prix Liberté à Caen, en lien avec les commémorations du Débarquement et de la Libération (par les Américains bien sûr).

Greta est une sorte de Cassandre à l’envers : la jeune Troyenne annonçait des catastrophes auxquelles personne ne voulait croire ; la jeune Suédoise voit ses prédictions apocalyptiques aussitôt avalisées par les plus hautes autorités de la planète, qui nous somment de nous prosterner devant ses vaticinations.

On a déjà souligné l’invraisemblance d’une situation où les hommes les plus puissants du globe écoutent avec componction une adolescente de 15 ou 16 ans (le temps passe) leur faire la leçon : « Vous n’êtes pas assez matures », leur dit-elle, et ils boivent ses reproches comme du petit-lait.
Ce phénomène de vénération parfois hystérique autour d ‘un enfant prodige n’est pas nouveau : sans parler de Jésus devant les Docteurs de la Loi, Mozart enfant était reçu à Versailles par Marie-Antoinette – mais ses talents de pianiste étaient indéniables ; plus près de nous, dans les années 50-60, le petit Joselito enthousiasmait le public espagnol – mais sa voix était vraiment celle d’un rossignol.

Plus proche du cas de Greta est l’affaire Minou Drouet, en 1955 : à 8 ans, elle écrit des poésies que l’éditeur Julliard publie en un tirage limité destiné aux opinion makers, qui s’extasient. Voici comment le journal L’Alsace, dans un article du 5 juillet 2018, « Minou Drouet, génie ou marionnette ? », décrit ce succès : « La petite, servie à toutes les sauces, devient la coqueluche des médias : défilés de mode, concerts avec Jacques Brel ou Charles Aznavour, lectures dans des boîtes de nuit, premier rôle au cinéma dans Clara et les Méchants, et même audience privée au Vatican où elle est reçue par le pape Pie XII ! ».
L’Histoire se répète, toujours aussi bouffonne, dans les plus petits détails : François vient seulement prendre la place de Pie XII.
Las, on soupçonne la mère d’être le véritable auteur des poèmes, et des professionnels avertis, comme Cocteau et Barthes, y reconnaissent un modèle poétique qui remonte au XIXème siècle : « Minou Drouet ? Une naine de 80 ans », juge le premier, qui conclut : « Tous les enfants ont du génie, sauf Minou Drouet ». On pourrait paraphraser la formule : « Tous les enfants sont écologistes, sauf Greta Thunberg ».

Selon Barthes, qui analyse l’affaire dans Mythologies, la crédulité du public cultivé s’explique par le fait que Minou Drouet vient confirmer la vision bourgeoise traditionnelle (depuis le romantisme) de l’enfance, du génie et de la poésie, conçue comme une accumulation virtuose de métaphores gracieuses. Toutefois, tout en portant un jugement sévère sur la poésie pseudo-drouetienne, Barthes dédouane la petite-fille - et devance les accusations d’insensibilité : « ...que la société ne se lamente pas hypocritement : c’est elle qui dévore Minou Drouet, c’est d’elle et d’elle seule que l’enfant est la victime. Victime propitiatoire sacrifiée [...] pour que la poésie, le génie et l’enfance, en un mot le désordre, soient apprivoisés à bon compte, et que la vraie révolte, lorsqu’elle paraît, trouve la place prise dans les journaux ».

Il n’y a qu’un mot à changer pour appliquer cette conclusion au cas Greta : elle sert à « apprivoiser » l’écologie, empêcher qu’on ait l’idée de réfléchir, sans pleurs ni invectives, aux moyens d’améliorer concrètement l’état de la planète (quelques exemples en vrac : interdire la pub sur papier, fermer les aéroports des petites villes, interdire les pubs pour des week-ends exotiques en avion, mettre en place une politique ambitieuse de transport du fret par le rail, réduire les échanges internationaux aux produits qu’on ne peut fabriquer ou produire sur place...).
Il est désormais évident que « Greta » a été inventée par des spin doctors, en réunissant tous les critères qui pouvaient assurer la réussite médiatique du produit. Mais est-ce aller trop loin que de penser que cette fabrication avait en outre un modèle précis, pris dans un roman qui a connu pendant plusieurs années un succès sensationnel, l’héroïne de Millenium, Lisbeth Salander ? En tout cas, les ressemblances sont troublantes entre ces deux Suédoises : un physique d’adolescente menue et fragile (Lisbeth et Greta font même exactement la même taille : 1,50 m !), et chez toutes deux un syndrome d’Asperger, qui explique que Lisbeth soit une grande mathématicienne autodidacte, et Greta une grande climatologue tout aussi autodidacte. Il ne manque qu’un élément au tableau : un rôle au cinéma pour Greta, celui de Lisbeth dans un remake de Millenium.
On peut ainsi voir dans l’affaire Greta un septième tome des aventures de Lisbeth, Lisbeth contre les hommes qui n’aimaient pas la planète ; mais, pour ce volume, les auteurs, contrairement à David Lagercrantz, ne sont pas pressés de se faire connaître.

Rosa LLORENS

URL de cet article 35126
   
Communication aux lecteurs
Un bus pour Assange - 25 janvier - Paris/Londres

Journée de soutien à Julian Assange devant la prison de Belmarsh.

Le billet comprend l’aller-retour Paris-Londres Bus+Ferry

Infos/réservations : https://www.facebook.com/events/652271058646370/

Même Thème
Le Climat otage de la finance
Aurélien BERNIER
Pour la première fois dans son histoire, le système économique est confronté à une crise environnementale qui, par son ampleur, pourrait menacer sa survie. Le changement climatique, présent dans presque tous les médias, est maintenant à l’ordre du jour de la plupart des rencontres internationales, des Nations unies au G8 en passant par les sommets européens. Mais l’alerte lancée par les scientifiques ne suffit pas à transformer les financiers en écologistes. Dès l’élaboration du Protocole de Kyoto en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.