RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Hillary Clinton

La France réfute les allégations de "piratage russe" - Clinton pète les plombs encore une fois

Moon of Alabama
En avril, le New York Times, a publié cette idiotie : Les hackers russes qui ont ciblé Clinton semblent attaquer la France de Macron La campagne du candidat à la présidence française, Emmanuel Macron, a aussi été ciblée, semble-t-il, par les hackers russes responsables du piratage des officiels de la campagne des Démocrates avant l'élection présidentielle américaine de l'an dernier, selon le dernier rapport d’un cabinet de cybersécurité. ... Les chercheurs en sécurité de la firme de cybersécurité, Trend Micro, ont déclaré avoir repéré, le 15 mars, un groupe de hackers qu'ils croient appartenir à une unité de renseignement russe, qui s’en prend à la campagne de M. Macron - en envoyant des courriels aux responsables de la campagne et à d'autres personnes par des liens vers de faux sites Web conçus pour les inciter à communiquer leurs mots de passe. Le groupe a commencé à acheter plusieurs noms de domaines, pour servir de leurres, le mois dernier, et encore le 15 avril, comme onedrive-en-marche.fr ou (...) Lire la suite »

Un peuple s’est trumpé "d’espoir"

Jean ORTIZ

L’apocalypse ? Un monde s’effondre ?

Il neige sur le piémont béarnais. La nuit est angoissée. J’écoute sous la couette rouge les médias socio-néolibéraux. L’heure est à la trouille exacerbée. Trump président ! "Le monde libre" a peur.

Fripons ! "C'est monstrueux !" entend-on. Le capitalisme crée des monstres puis s'en sert comme repoussoir, comme épouvantail comme fantôme, il les démonise. Les marchés "plongent"... Ils se ressaisiront rapidement. Les réalités sont les réalités... "Fou" Trump ? Pas si "fou" que cela, le système qui en a besoin pour assurer sa domination..."Nuit américaine". Retour à un "monde américain" ? Enterrées les quelques réformes sociétales ? Obama trahissant ses promesses. Le bilan. La frustration populaire... Au fil des heures, la trumperie se confirme... le système a réussi à détourner la colère qu'il produit chez les jeunes, les humbles, les exclus, les abstentionnistes, les sinistrés du marché, des friches industrielles, les victimes de la violence des inégalités, la douleur des "minorités"... Le vote "antisystème" du système !!! La colère, la colère, contre "l'establihssment","les traités", la mondialisation, la caste politique, la corruption, le libre-échange... la colère populaire débordante mais dévoyée, (...) Lire la suite »
États-Unis : la victoire de la haine sur l’espoir.

La victoire du protofascisme sur la corruption des élites... démocrates et républicaines.

Paul ARIES

Seul Bernie Sanders aurait pu faire gagner l’Amérique des pauvres contre l’Amérique des riches !

A défaut d’un grand projet émancipateur les naufragés du système ne pouvaient que voter pour celui qui transpire la haine, les pauvres ne pouvaient que se tromper de colère. Ils ne pouvaient qu’ajouter la lèpre au choléra.

Pauvre Amérique. Pauvre monde. Tant que les gauches mondiales resteront aphones, les protofacismes auront de beaux jours devant eux. Nous payons au XXIe siècle le prix fort de ce que fut au XXe siècle la tragédie historique que fut le stalinisme. Ceux qui trouvaient le bilan de l’URSS globalement positif ont démonétisé jusqu’au mot de socialisme, de communisme, de révolution et d’écologie politique. Nous aurons besoin de temps pour reconstruire un espoir à gauche mais ce temps nous fait défaut. Les gauches françaises doivent dans l'urgence tirer toutes les leçons de la tragédie nord-américaine. Seul un projet politique de rupture d’avec le capitalisme, d’avec le productivisme, d’avec l’austérité, d’avec la haine de l’autre peut permettre d’échapper à la malédiction nord-américaine... Donnons du grain à moudre à la politique à gauche. Garantissons à chacun de quoi vivre même sans emploi. Prenons appui sur les cultures populaires plus à même de défendre les valeurs de partage. Marine Le Pen comme Trump ajouterait (...) Lire la suite »

Les 7 propositions de Donald Trump que les grands médias nous cachent

Ignacio RAMONET

Dans un texte prémonitoire, publié le 21 septembre 2016 sur le site Mémoire des Luttes http://www.medelu.org/Les-7-propositions-de-Donald-Trump Ignacio Ramonet envisageait une possible victoire de Donald Trump. Il en donnait les raisons et en détaillait les conséquences.
Il n’est pas inintéressant de soumettre ce texte à l’épreuve du temps.
Le Grand Soir.
N.B. Non, LGS n’a pas adhéré au parti Républicain (ni au Démocrate). Il donne à lire ce qu’on ne trouve pas dans les médias traditionnels, mais qui existe et mérite d’être connu pour la réflexion.
Bref, LGS fait du journalisme.

Il y a encore quelques semaines – à plus de deux mois de l’élection présidentielle du 8 novembre prochain aux Etats-Unis –, tous les sondages donnaient Hillary Clinton, la candidate du Parti démocrate, gagnante. Il semblait alors évident que, malgré la masse des préjugés machistes, Mme Clinton serait la première femme à occuper le bureau ovale de la Maison Blanche et à tenir les rênes de la plus grande puissance de notre temps. Qu’était-il arrivé au candidat du Parti républicain, le médiatique Donald Trump dont l’ascension était considérée comme « irrésistible » ? Pourquoi s’était-il effondré dans les sondages ? Sept Américains sur dix déclaraient alors qu’ils n’en voulaient pas comme président ; et à peine 43 % l’estimaient « qualifié » pour siéger à la Maison Blanche (65 % considérant, en revanche, que Mme Clinton était parfaitement apte à exercer cette tâche). Rappelons qu’aux Etats-Unis, les élections présidentielles ne sont ni nationales ni directes. Il s’agit plutôt de cinquante élections locales, une par Etat, (...) Lire la suite »
28 

Obama va-t-il faire tuer Hillary Clinton ?

Ariane WALTER
Les racines des démocrates plongent dans le tumulte chicagoan. Je conseille à ceux qui ignorent tout de la mafia locale, la lecture du livre d'Éric Laurent La face cachée des banques. Ils y apprendront ce qu’est la dynastie Daley qui règne sur Chicago depuis des décades, ayant tout dernièrement cédé la place à Emmanuel Rahm. Ce même Rahm dont le père travaillait pour l’Irgoun, bonne famille donc, et qu’on appelle Rahm Bo dans le milieu car il est assez nerveux quand on le contrarie. Ce fut ce nom que prononça en priorité Obama après sa première élection. Le premier homme qu’il appela auprès de lui pour l’aider à être honnête. (C’est alors que j’aperçus, moi qui avais pleuré lors de la victoire d’Obama, si mignon avec ses pitchounettes, que je m’étais fait baiser et des millions avec moi dans les grandes largeurs.) Le jeune Obama, quelques années auparavant, vivait à Chicago quand il avait été remarqué par une charmante brunette, miss Michelle Robinson et présenté à une docte dame du clan, voyant ainsi sa (...) Lire la suite »

La Cyber-guerre contre Wikileaks (Counterpunch)

Srećko Horvat
Lorsque la classe dirigeante panique, leur première réaction est de cacher la panique. Ils réagissent avec cynisme : lorsque leurs masques tombent, au lieu de chercher à se cacher, ils pointent généralement du doigt le masque qu'ils portent. Ces jours-ci, le monde entier pourrait assister à une version postmoderne de la citation infâme "qu'ils mangent de la brioche", attribuée à Marie-Antoinette, reine de France pendant la Révolution française. En réaction à la publication par WikiLeaks de ses e-mails, John Podesta, l'homme derrière la campagne de Hillary Clinton, a posté une photo d'une préparation de repas, en disant : « Je parie que le risotto au homard est meilleur que la nourriture servie à l'Ambassade de l'Equateur ». Une version similaire de cynisme vulgaire est apparue plus tôt ce mois-ci lorsque Hillary Clinton a réagi à l'affirmation selon laquelle elle aurait voulu "droner" Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks (« On ne pourrait pas simplement droner ce type ? ») lorsqu'elle était (...) Lire la suite »

Les alliés des Etats-Unis financent l’Etat Islamique - et Hillary Clinton l’a toujours su. (Counterpunch)

Patrick COCKBURN
C'est une chance pour l'Arabie Saoudite et le Qatar que l'agitation autour des frasques sexuelles de Donald Trump détourne l'attention des dernières révélations sur les emails de Hillary Clinton. Le plus fascinant est celui qui paraît être une note interne du Département d'Etat, datée du 17 août 2014, au sujet d'une riposte appropriée des Etats-Unis à l'EI dont les forces avançaient rapidement à travers le nord de l'Irak et l'est de la Syrie. A l'époque, le gouvernement US ne reconnaissait pas que l'Arabie Saoudite et ses alliés sunnites soutenaient des mouvements de type Etat Islamique et Al-Qaeda. Mais la note publiée, qui dit s'appuyer sur « des services de renseignement occidentaux, des services de renseignement étatsuniens et des sources dans la région », ne laisse planer aucun doute sur les soutiens de l'Etat Islamique qui à l'époque massacrait et violait la minorité Yazadi et massacrait les soldats capturés Irakiens et Syriens. La note précise : « Nous devons recourir à nos moyens (...) Lire la suite »

Ni Clinton, ni Trump

RÉPUBLIQUE SOCIALE

Au fur et à mesure que s’approche la date des élections aux États-Unis, la crainte de l’élection de Donald Trump est de plus en plus palpable. Une peur justifiée par les propos du candidat républicain qui propose entre autres d’expulser et de ne plus accueillir de musulmans sur le sol américain ou encore d’ériger un mur le long de la frontière mexicaine afin d’empêcher l’arrivée de latinos-américains clandestins. Un mur qui serait construit aux frais du Mexique selon les dires de Trump. Ces seuls propos peuvent laisser imaginer le pire pour un pays qui nous a déjà habitué au pire.

Or, si tout le monde sera d’accord – pour une fois – à ce sujet, les avis concernant l’autre prétendante à la Maison blanche, divergent. Ainsi pour beaucoup Clinton est le rempart au populisme de Trump, tandis que pour d’autres elle n’est ni plus ni moins qu’une candidate pro-système. De mon point de vue Clinton n’est pas pire que Trump, mais elle est presque aussi dangereuse. Ceux qui pensent que l’arrivée au pouvoir d’Hillary Clinton serait bénéfique pour les Etats-Unis et pour le reste du monde, se trompent de toute évidence, tout comme ceux qui pensent que celle de Trump en serait une bonne. Mais faut-il rappeler les dévastes et les ravages de la politique extérieure de Clinton en Libye ou en Syrie ? Cette politique qui a consisté, et qui consiste toujours, à armer et à financer des groupes terroristes prétendus « démocratiques et modérés ». Peut-être d’ailleurs que sur ce sujet, Donald Trump a choisi la voix de la raison, puisqu’il a clairement exprimé son refus d’intervenir et sa volonté de mener une (...) Lire la suite »

Wikileaks, trouble-fête des élections présidentielles américaines de 2016 (RT)

Philippe Nadouce

Julian Assange vient de fêter sa quatrième année de réclusion forcée dans l’ambassade d’Equateur à Londres. Les médias de marché, régulièrement le disent déprimé et malade ; ces rumeurs ne sont jamais confirmées par l’intéressé. Il semble au contraire plus actif que jamais. Cette interview[1] filmée dans son « bureau/salon » de l’ambassade le montre certes, vieilli, mais doué d’un esprit clair et concis. Le fondateur de WikiLeaks s’explique sur les rumeurs qui l’accusent de travailler pour M. Putin et ses services de renseignement. Il revient sur l’ampleur de la conspiration qui a contribuée à affaiblir l’influence de Bernie Sanders auprès de l’électorat américain. Il explique aussi dans quelles mesures Hilary Clinton est, sur tous les plans, beaucoup plus impliquée auprès des Russes, de ISIS/Daesh et des Saoudiens que son opposant, M. Donald Trump.

Le media indépendant WikiLeaks peut-il influencer le résultat des prochaines élections présidentielles américaines du 8 novembre 2016 ? C’est ce que Julian Assange a affirmé le 25 août 2016, en annonçant dans les médias que les prochaines révélations du lanceur d’alerte seront « significatives » et « inattendues » voire même « amusantes »[2]. L’énorme intérêt créé par ces déclarations pourrait avoir un effet délétère sur la cote de popularité de Mme Hilary Clinton. Ces nouveaux documents, « des milliers de pages », selon M. Assange, devraient être publiés à l’automne et très certainement avant le 8 novembre 2016, date des élections américaines. Voilà de quoi épouvanter le clan Clinton et les responsables du DNC, le comité national du parti Démocrate, dont les coups tordus contre l’autre candidat démocrate, Bernie Sanders, avait été révélés dans une série de 20.000 emails[3] publiés par WikiLeaks en le 22 juillet 2016. Les courriers électroniques venaient des messageries de sept hauts responsables du DNC ; le directeur des (...) Lire la suite »

Hillary et l’illusion des plafonds de verre

 (Counterpunch)

Diana JOHNSTONE
Meryl Streep doit être une femme très intelligente pour être une si bonne actrice. Il était donc embarrassant de la voir vêtue d'un drapeau des Etats-Unis en pom-pom girl pour Hillary Clinton à la Convention démocrate. Il faut supposer qu'elle est trop occupée à étudier ses nombreux rôles pour trouver le temps de se renseigner sur la nature sinistre de la politique étrangère de Hillary Clinton. Elle a proclamé que l'élection de Hillary Clinton « entrerait dans l'histoire » simplement parce qu'elle est une femme. C'est-à-dire dans l'histoire symbolique. Le fait que la Présidente Hillary Clinton soit plus susceptible d'entrer dans l'histoire réelle en déclenchant une autre guerre encore plus désastreuse que celles qu'elle a déjà aidées à faire entrer dans l'Histoire ne semble pas avoir traversé l'esprit de Meryl Streep. Pas plus que cela n'a traversé l'esprit des millions d'autres femmes états-uniennes qui partagent la même illusion. Ces femmes pensent trop en termes de symboles et d'images. Elles ignorent (...) Lire la suite »
11 
afficher la suite 0 | 10 | 20