RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Informatique

Les "travailleurs du clic" et l’économie

Quentin

L’exploitation capitaliste change au gré des révolutions techniques, c’est un fait, et sait prendre des formes différentes selon les périodes. Dernièrement, l’un des exemples bien connu de cette exploitation « modernisée », est celui du capitalisme de plateforme, dont les versants les plus célèbres sont Uber et Deliveroo. Cependant, moins documenté, il existe un autre phénomène qui prend de l’ampleur : celui des « travailleurs du clic ».

Nous définissons comme « travailleurs du clic » toutes ces personnes qui font un travail invisible et de prime abord sans valeur, comme trouver des objets sur une photo, répondre à un questionnaire ou encore noter des publicités. Il s’agit d’un micro-travail où les gens sont payés à la tâche ou à l’heure. Ils n’ont pas de statut de salarié, une simple confirmation de participation servant de contrat entre la plateforme internet et l’utilisateur. Apparu en 2005 avec l’entreprise Amazon Mechanical Turk (d’où le surnom de « Turkers » pour ce type de travailleur), les pays où sont le plus présent cette « main d’œuvre » à bas prix : l’Inde, les Philippines, le Pakistan, le Bangladesh, les Etats-Unis, l’Europe de l’est, la Pologne et l’Ukraine. Une majorité donc de pays connaissant un taux de pauvreté assez fort (mais où l’utilisation d’internet est possible). Selon le professeur Vili Lehdonvirta (Oxford Internet Institute), la force de travail européenne qui passe par ces plateformes représente 1% de la force de (...) Lire la suite »

L’ordinateur dans nos vies, aujourd’hui

Jean-Marc GARDES
Mesure-t-on bien assez la place de plus en plus grande que prend la machine dans nos vies aujourd'hui et les conséquences de cette « intrusion » ? (Je n'aborderai pas ici le formatage de la pensée, ni le flicage de nos vies par GAFA...Google, Amazon, Face Book et Apple). J'avais relevé, il y a quelque temps déjà que « Humanis » avait écrit à ses ressortissants (ma mère, 92 ans) pour leur faire savoir que, pour des raisons d'économie et de protection de l'environnement, il ne leur serait plus adressé d'attestation papier du montant total annuel de ce qui leur était versé au titre de leur retraite, que ce montant serait directement déclaré aux impôts et imprimé sur leurs déclarations de revenus/ que s'ils voulaient consulter, il leur faudrait alors consulter leur compte personnel sur l'ordinateur, etc. etc. Insidieusement, sournoisement mais sûrement on rend indispensable quelque chose qui n'est pas – encore – obligatoire de par la loi (la possession d'un ordinateur) : formalités administratives, (...) Lire la suite »