RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’ordinateur dans nos vies, aujourd’hui

Mesure-t-on bien assez la place de plus en plus grande que prend la machine dans nos vies aujourd’hui et les conséquences de cette « intrusion » ?

(Je n’aborderai pas ici le formatage de la pensée, ni le flicage de nos vies par GAFA...Google, Amazon, Face Book et Apple).

J’avais relevé, il y a quelque temps déjà que « Humanis » avait écrit à ses ressortissants (ma mère, 92 ans) pour leur faire savoir que, pour des raisons d’économie et de protection de l’environnement, il ne leur serait plus adressé d’attestation papier du montant total annuel de ce qui leur était versé au titre de leur retraite, que ce montant serait directement déclaré aux impôts et imprimé sur leurs déclarations de revenus/ que s’ils voulaient consulter, il leur faudrait alors consulter leur compte personnel sur l’ordinateur, etc. etc.

Insidieusement, sournoisement mais sûrement on rend indispensable quelque chose qui n’est pas – encore – obligatoire de par la loi (la possession d’un ordinateur) : formalités administratives, actes publics, parapublics, mais aussi actes de la vie privée. « On » nous oblige à passer à l’ordinateur, comme on nous oblige à passer au téléphone portable en supprimant les cabines téléphoniques dans les villes.

Ceux qui cassent les services publics – et veulent bâtir l’« e » administration pour avoir moins de fonctionnaires à payer et réduire ainsi la dépense publique… Agriculteurs obligés de s’équiper en informatique pour faire leur télédéclaration dans le cadre de la P.A.C. (Politique Agricole commune). Moi-même, auteur de ces lignes, combien de fois n’ai-je pas plaidé la cause des administrés face à des directions d’administration qui voulaient régler tous les problèmes des gens en les renvoyant à la consultation d’écrans : légifrance, code machin, etc. L’administration, vous savez… Tapez un, tapez deux, et si vous avez le bonheur d’avoir encore quelqu’un au bout du fil, vous découvrirez que c’est à Paris, quand ce n’est pas à l’autre bout du monde, que se trouve l’interlocuteur que vous appelez pour un problème de boites aux lettres cassée en Province !… (authentique).

Suivi de paiement de prestation par l’assurance maladie (AMELI ou Assurance Maladie En LIgne), suivi de retrait de points du permis de conduire, suivi de procédure engagée devant un tribunal avec un numéro codé (Sagace pour le Tribunal administratif), jusqu’à la Poste qui vous demande de préparer vos affranchissements chez vous, avec votre « machine », etc. etc.

Ceux qui s’engouffrent dans le filon : courrier électronique, toutes démarches et gestes de la vie quotidienne et privée : photographies sur appareil numérique et exploitation de ces photos sur l’ordinateur, consultation de catalogue, suivi de commande, paiement électronique, etc.

Sauf que… sauf que ? Combien de gens savent maîtriser cette technique, de surcroît en perpétuelle évolution ?

Une lettre d’un lecteur de La Décroissance publiée dans ce périodique au mois de mai 2016 nous apprenait que « … seules les personnes de moins de quarante ans ont reçu une formation aux NTIC au collège et les plus de soixante ans ont pu mener, pour la plupart, toute leur vie professionnelle sans les utiliser. »

D’où la fracture sociale, d’où les laissés pour compte, d’où les beaux jours des « hot-lines », d’où les beaux jours de toutes ces boîtes et sociétés qui profitent des méconnaissances, de l’ignorance d’un grand nombre de « consommateurs » pour leur refiler des abonnements incompréhensibles, surfacturés, et des services, des outils surdimensionnés* – mais bien onéreux – par rapport à leurs besoins…

D’où, peut-être aussi la responsabilité de la société, de l’école, du service public d’éducation nationale, de l’éducation permanente…

De nouveaux fronts à ouvrir, de nouveaux combats à mener pour garder des espaces d’humanité ainsi que la maîtrise de nos vies et destins.

* Voir François de Closets et Bruno Lussato : L’imposture informatique ».

URL de cet article 30504
   

DETTE INDIGNE ! QUI SONT LES COUPABLES ? QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?
Jean-Jacques CHAVIGNE, Gérard FILOCHE
« Euro-obligations », « règle d’or », « gouvernance européenne », « fédéralisme budgétaire »… la crise de la dette qui ébranle la France et l’Europe donne lieu à une inflation sans précédent de termes économico-financiers dans les médias et dans les discours des dirigeants politiques. Pour les citoyens, ce vocabulaire, souvent obscur, dissimule une seule et même réalité : un gigantesque mouvement de transfert des dettes privées (en particulier celles des banques) vers les dettes publiques pour essayer de faire (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Croire que la révolution sociale soit concevable... sans explosions révolutionnaires d’une partie de la petite bourgeoisie avec tous ses préjugés, sans mouvement des masses prolétariennes et semi-prolétariennes politiquement inconscientes contre le joug seigneurial, clérical, monarchique, national, etc., c’est répudier la révolution sociale. C’est s’imaginer qu’une armée prendra position en un lieu donné et dira "Nous sommes pour le socialisme", et qu’une autre, en un autre lieu, dira "Nous sommes pour l’impérialisme", et que ce sera alors la révolution sociale !

Quiconque attend une révolution sociale “pure” ne vivra jamais assez longtemps pour la voir. Il n’est qu’un révolutionnaire en paroles qui ne comprend rien à ce qu’est une véritable révolution.

Lénine
dans "Bilan d’une discussion sur le droit des nations", 1916,
Oeuvres tome 22

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.