RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

« Cuba mi amor », un roman sur le Che de Kristian Marciniak (Rebelion)

Publié chez Publibook, une maison d’édition française, le roman de Kristian Marciniak : « Cuba mi amor » circule dans Paris ces jours-ci. Dans un message personnel adressé au chroniqueur de ce papier, l’auteur avoue que Cuba a été le pays qui lui a apporté, de toute sa vie, le plus de bonheur, les plus grandes joies et les plus belles émotions, et entre autres l’orgueil d’avoir connu et travaillé aux côtés du Che, au Ministère de l’Industrie.

Le roman « Cuba mi amor » est un livre impressionnant de plus de 400 pages où se combinent étrangement un titre en espagnol et une prose en français avec, en première de couverture, la lumineuse et plus célèbre photo du Che, expression de toute la dignité humaine et regard fixé vers le futur de combats pour le socialisme à Cuba, en Amérique Latine et dans le monde, comme cela s’est réellement passé au cours du XXº siècle et comme cela continue encore dans notre Amérique.

Selon moi, il s’agit d’un roman autobiographique, un livre de témoignage historique et politique qui nous montre la vie intéressante, périlleuse, ardue et l’aventure de deux personnages : Jackie et Kris, tous deux influencés par le triomphe de la Révolution cubaine et par leur grande admiration pour le Che et pour Fidel qu’ils ont connus personnellement au commencement du processus révolutionnaire, durant leurs années de séjour et de travail solidaire à Cuba.

Ce livre décrit avec justesse et rigueur la modestie et la qualité humaine du Che, assassiné sur ordre de la CIA et de l’impérialisme, en Bolivie. Il aborde la trahison d’un Français infiltré dans la guérilla, personnage dont le nom n’est pas mentionné parce que nous savons qui il est à partir des références explicites au journal personnel du Che. Il nous livre de beaux dialogues entre le Che et Jackie, à La Havane ; il nous permet de mieux comprendre leurs idéaux communistes et l’unité d’action et de pensée qui lie le Che et Fidel et il nous raconte ainsi l’importante contribution du Che à la construction du socialisme à Cuba.

Ce roman est un voyage historique à travers des étapes décisives de la Révolution cubaine : la prompte imposition, par les États-Unis, d’un blocus économique, commercial et financier, l’invasion mercenaire par Playa Girón, en 1961, la crise d’octobre 1962 dite « des missiles », le vol de médecins et de professionnels qualifiés pour affaiblir la naissante révolution, les actions terroristes et les attentats contre Fidel et, même, la politique obstinée de Washington en vue de construire une opposition politique intérieure contre le gouvernement révolutionnaire sous prétexte de défendre les « Droits de l’Homme ».

La complexe évolution de l’histoire de la France depuis la Révolution de 1789 jusqu’à nos jours et l’interaction avec Cuba de quelques personnalités politiques et culturelles sont reflétées dans quelques chapitres de ce roman. On retrouve aussi dans ses pages la vaste érudition de l’auteur avec d’importantes mentions à la culture universelle française et cubaine, à travers la musique et la littérature, aussi bien classique que populaire, avec la salsa, accompagnée de « mojito » ou de rhum cubain, et l’éloge de la beauté et de la sympathie inévitables de la femme cubaine. On peut lire tout cela et encore d’autres histoires parallèles dans ce livre fascinant de 26 chapitres d’une lecture facile et qui laissent bien clairement établie, depuis le début, la grandeur d’une oeuvre qui n’est nullement un texte de propagande politique.

Leyde E. Rodri­guez Hernández

ARTICLE ORIGINAL
http://www.rebelion.org/noticia.php?id=106811

Traduction M. Colinas

EN COMPLEMENT : http://www.publibook.com/boutique2006/detail-4895-PB.html

URL de cet article 10711
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
CHE, PLUS QUE JAMAIS (ouvrage collectif)
Jean ORTIZ
Recueil d’interventions d’une vingtaine d’auteurs latino-américains et européens réunis à Pau en avril 2007 pour un colloque portant sur l’éthique dans la pratique et la pensée d’Ernesto Che Guevara, une pensée communiste en évolution, en recherche, qui se transforme en transformant, selon les intervenants. Quatrième de couverture On serait tenté d’écrire : enfin un livre sur le Che, sur la pensée et la pratique d’Ernesto Guevara, loin du Che désincarné, vidé d’idéologie, doux rêveur, marchandisé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

John Swinton, célèbre journaliste, le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York quand on lui propose de porter un toast à la liberté de la presse

(Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.