RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Roland Dumas : Cuba a inspiré de nombreuses générations dans le monde entier.

Dans son dernier livre intitulé « Coups et blessures, 50 ans de secrets partagés avec François Mitterrand », l’ancien ministre français des Affaires étrangères, Roland Dumas (1), évoque ses principaux souvernirs et impressions sur Cuba.

Eloigné maintenant des activités officielles de la diplomatie, Dumas reconnaît sans détour combien la Révolution Cubaine a inspiré de nombreuses générations dans le monde entier, bien que lui-même, personnellement, ne se sente pas fasciné par le système cubain.

Il révèle en détail l’admiration de Danielle Mitterrand et de Mazarine Pingeot (fille de François Mitterrand) pour les avancées sociales de Cuba dans les domaines de l’éducation et de la santé, de même que pour le Commandant en Chef Fidel Castro, lieder de la Révolution Cubaine.

Entre autres passages qu’il n’est pas de mon propos de souligner ici, l’auteur rappelle la visite de Michel Charasse, sénateur du Puy de Dôme, à Cuba, et sa conversation chaleureuse avec Fidel Castro lors d’un déjeuner de travail. A cette époque, les liens entre les deux pays se resserrèrent et c’est ainsi qu’en mars 1995, Fidel fut reçu pour la première fois à l’Elysée par François Mitterrand, à la demande expresse de son épouse Danielle.

Dumas rapporte dans ses souvenirs que la première dame rompit à ce moment-là avec le protocole de la République Française en donnant un baiser remarqué au Barbu tandis que Mazarine eut un geste et rendit une visite discrète à Fidel à son appartement de l’Hôtel Marigny à Paris.

L’auteur raconte dans ses souvenirs les rencontres à Cuba avec Ricardo Alarcon de Quesada, Président de l’Assemblée Nationale du Pouvoir Populaire qui lui donna la possibilité de saluer Raùl Castro, Président des Conseils d’Etat et des Ministres, à l’occasion de sa visite à La Havane en qualité d’avocat d’un citoyen français poursuivi par la justice cubaine.

L’ex ministre français affirme qu’il a tenu au courant la première dame, Carla Bruni Sarkozy, de la situation de son client emprisonné sur l’Ile, témoignant qu’il a visité les prisons cubaines qui ne sont pas sordides comme on pourrait l’imaginer car les prisonniers disposent de téléphones et son client appelle son avocat cubain jour et nuit s’il le veut.

Ce sont quelques-uns des fragments les plus remarquables consacrés à Cuba dans le dernier livre de Roland Dumas qui raconte son impressionnante aventure au service de la politique extérieure française. Au fil des pages de ce livre volumineux, Dumas nous indique que sa vérité a toujours été du côté des progressistes, des déshérités et de ceux qui avaient une certaine idée de la France.

Le livre « Coups et blessures », publié par la maison d’édition française bien connue Cherche Midi nous raconte, non sans distance et sans ironie, la vie de passion et de combat d’une des personnalités contemporaines les plus connues de la politique et de la diplomatie française de la seconde moitié du XX° siècle.


1. Dans cette oeuvre, il n’hésite pas à révéler son parcours personnel, sa vision politique et ses choix dans la vie en tant que résistant antifasciste, son militantisme dans le Parti Socialiste à partir de 1942, son travail de journaliste, d’avocat célèbre, de député et de ministre qui ensuite présidera le Conseil Constitutionnel.

(traduction Gaston Lopez)

URL de cet article 14395
  

Même Auteur
« Cuba mi amor », un roman sur le Che de Kristian Marciniak (Rebelion)
Leyde E. Rodri­guez HERNANDEZ
Publié chez Publibook, une maison d’édition française, le roman de Kristian Marciniak : « Cuba mi amor » circule dans Paris ces jours-ci. Dans un message personnel adressé au chroniqueur de ce papier, l’auteur avoue que Cuba a été le pays qui lui a apporté, de toute sa vie, le plus de bonheur, les plus grandes joies et les plus belles émotions, et entre autres l’orgueil d’avoir connu et travaillé aux côtés du Che, au Ministère de l’Industrie. Le roman « Cuba mi amor » est un livre impressionnant de plus de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La seule et unique raison pour laquelle certaines parties de la classe dirigeante n’aiment pas Trump, ce n’est pas parce qu’il ne défend pas leurs intérêts (il le fait), mais parce qu’il gère mal les événements et les récits d’une manière qui expose à la vue de tous la laideur de l’empire."

Caitlin Johnstone

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.