RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’économie, « par en bas »…

Je séjourne dans une petite cité thermale de la Méditerranée. Certainement soucieuse du « confort » des curistes qui y sont accueillis, la municipalité a fait installer un panneau lumineux où défilent les informations communales : annonce de films, expositions, conférences, manifestations sportives etc.

Oui mais voilà : sur ledit panneau qui fonctionne j’imagine, avec des ampoules ou diodes lumineuses, celles-ci doivent être « grillées » puisque les dernières lignes de chaque annonce, celles qui donnent les lieux, et conditions de participation à ces activités, n’apparaissent pas !

Je me rends à la mairie pour informer de ce dysfonctionnement et de cette privation d’informations, finalement précieuses. Il m’est répondu que ma demande est entendue et qu’il y sera donné suite.

10 jours plus tard, le panneau d’information n’est toujours pas réparé. A proximité, je croise un employé des services techniques de la mairie. Je lui raconte mon histoire et il m’en dit alors un peu plus : l’exploitation du panneau (et peut-être aussi, initialement son installation ?) a été confiée à une société privée. Et, ajoute-t-il, celle-ci a des délais d’intervention qui ne sont pas les nôtres, plus longs, laisse-t-il clairement entendre.

A partir de là, je n’ai pas beaucoup de peine à trouver des éléments d’explication. J’imagine :

1) que cette société doit être basée dans une grande métropole, et pas sur place,

2) qu’elle n’envoie pas une équipe d’agents pour, seulement, changer quelques diodes sur un panneau lumineux. Mais au contraire qu’elle doit attendre d’avoir un carnet de demande d’interventions bien complet pour diligenter une équipe d’intervention.

Oui mais…

Du côté de la société gérante, ou concessionnaire, en « bon gestionnaire » qu’elle doit être, on regarde le coût du déplacement et de l’intervention, son impact sur le chiffre d’affaire.

Alors que pendant ce temps, du côté de la commune, les multiples activités proposées le sont en pure perte car, faute d’information donnée, elles sont privées de leur public potentiel. Des activités et manifestations en « déficit » (de public, d’auditoire), un public appauvri, privé d’initiative culturelle ou sportive. Aussi longtemps que la société ne se décidera pas à intervenir.

Moralité :

1) avec cet exemple tout bête, d’en bas, on voit bien, me semble-t-il, que selon « qui est à la manœuvre », on a bien deux logiques différentes, opposées, qui s’affrontent. D’un côté, une logique de rentabilité, et de profit, et de l’autre, une logique de service public.

2) logique de service public qui est mise à mal, qui est en retrait, chaque fois que la puissance publique se défait, « externalise » pour les confier à des acteurs privés, les prérogatives qui sont les siennes.

Au nom de quoi ? Du « moindre coût » ? de l’efficacité ? Que nenni !
Au prix faudrait-il dire plutôt de la réelle satisfaction des attentes, des besoins du public, c’est-à-dire finalement des citoyens, des usagers qui passe à la trappe.

L’histoire ci-dessus le montre assez bien.

URL de cet article 38919
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Sur les eaux noires du fleuve.
Maurice LEMOINE
Plus de six décennies de conflit armé affectent la Colombie, pays considéré, d’un point de vue formel, comme une démocratie. Aux guérillas nées en réaction à la violence structurelle et à l’injustice sociale a répondu une épouvantable répression. En cette année 2002, le gouvernement a rompu les négociations avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie. Ces terribles FARC viennent d’enlever Ingrid Betancourt. L’élection présidentielle se profile, dont est favori un dur, un certain à lvaro. De (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Jamais je ne demanderais pardon au nom des Etats-Unis - quelles que soient les raisons."

Président George Bush (père)
après qu’un avion de ligne régulière Iranien ait été abattu par un missile états-unien

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.