RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Internationalisme/Solidarité

100 ans après la Révolution d’Octobre, défendons l’Humanité contre l’exterminisme capitaliste !

Georges GASTAUD

A l'occasion des cents ans de la Révolution d'Octobre, le PRCF a organisé à Paris un rassemblement international le 4 novembre, avec le soutien et la participation de plusieurs dizaines de partis communistes du monde entiers et la présence de 19 délégations venues des cinq continents. A l'issue de ce rassemblement, Georges Gastaud, le secrétaire national du PRCF lance un appel à la mobilisation, à l'action, à l'organisation pour retrouver l'élan révolutionnaire, en France et dans le monde, afin de faire place aux travailleurs

« Amis et camarades, compagni, companeros y companeras, Genossen, comrades, tavarichi, Au nom du PRCF, je remercie les participants français et étrangers qui ont soutenu et participé à la totale réussite de ce rassemblement franchement léniniste, qui se situe aux antipodes, non seulement des calomnies fascisantes rebattues depuis un siècle des anticommunistes à l’encontre d’Octobre rouge, mais aussi des pseudo-hommages en trompe-l’œil dont les chevaux de retour de l’anti-léninisme se sont fait une spécialité en France. L’ensemble des interventions de hautes tenues de camarades représentant les communistes des cinq continents démontrent que 100 ans après Octobre, l’élan révolutionnaire est bien là, nécessaire et je veux souligner quelques idées-forces qui rassemblent la plupart des communistes et des progressistes de France et d’ailleurs. D’abord, il est impossible pour nous Français de préserver et étendre les conquêtes et le potentiel révolutionnaire issus du CNR, du Front populaire, de la Révolution (...) Lire la suite »

Le Che et l’internationalisme prolétarien

TANIA
Y a-t-il aujourd’hui une question plus urgente que celle de la lutte anti-impérialiste compte tenu que, à l’heure où ces lignes sont écrites, l’hégémonie étasunienne est plus agressive que jamais ? Le capitalisme et l’impérialisme étasuniens ont besoin de la guerre pour accéder par exemple au pétrole de l’Orénoque et donner ainsi à leur économie une grosse bouffée d’oxygène. Et il est dans leur logique de faire la guerre à tous les peuples qui oseront porter atteinte à ses intérêts financiers. Pour ce faire, l’impérialisme ne lésine pas sur les moyens. Nous le constatons aujourd’hui entre autre avec le Venezuela. L’'impérialisme en est arrivé à son stade suprême, l’exterminisme. Par exemple, tout être humain qui meurt de famine à cause de la « philosophie du pillage » (Fidel Castro) ou de l'exploitation de l'homme par l'homme est victime d'un assassinat perpétré par l'impérialisme. Il faut ajouter à ce lourd bilan tous ceux qui sont victimes de l'oppression de dictatures installées ou protégées par l'impérialisme. (...) Lire la suite »

En combattant l’apartheid, Cuba a défendu « la plus belle cause de l’humanité »

Piero GLEIJESES

Le départ de Fidel Castro à ses 90 ans a été l’occasion pour les adversaires de la révolution cubaine de reprendre le mantra idéologique en faveur d’une démocratie abstraite, tout en évitant d’aborder ses acquis sociaux et de développement humain. Mais la politique étrangère de Cuba a été d’une cohérence remarquable et son impact a été salué par de nombreuses personnalités, y compris par ses ennemis. Quels sont les principes révolutionnaires qui ont motivé Fidel Castro depuis 1959 et qui restent l’objet d’un féroce acharnement médiatique ? Nous avons posé cette question et beaucoup d’autres à Piero Gleijeses (1), un expert reconnu en politique étrangère cubaine.

Piero Gleijeses, dans « The Cuban Drumbeat », votre message principal c’est que la politique étrangère cubaine sous Fidel Castro est sans équivalent. Pourquoi donc ? C’est en raison de sa générosité. Par exemple, Cuba et Fidel Castro ont joué un rôle décisif dans le tournant historique de l’Afrique du Sud, dans la lutte contre l’apartheid. Ils ont sauvé l’Angola de l’attaque de l’Afrique du Sud sous régime d’apartheid, ils ont aidé les guérillas namibiennes, ils ont aidé les Sud-Africains sans rien demander en retour. Et quand je dis rien, cela veut vraiment dire rien du tout. Mais en plus Cuba a payé le prix fort en aidant les Africains, parce que cela amplifiait l’hostilité des États-Unis. Il y avait eu des négociations secrètes pour normaliser les relations entre Cuba et l’administration Ford. Évidemment l’envoi de troupes pour défendre l’Angola contre une agression sud-africaine, qui en réalité avait été encouragée par les USA, rompit ces négociations. En même temps, Fidel Castro défiait l’Union Soviétique, (...) Lire la suite »
12 

Fidel et ce qu’il représente (3ème partie) - La coopération internationaliste

Jacques-François BONALDI

J’ai envoyé au Temps des Cerises voilà une vingtaine de jours un ouvrage intitulé « Quand Obama s’adresse aux Cubains. Remarques à ses remarks », qui commente, paragraphe par paragraphe, l’allocution qu’Obama a prononcée le 22 mars dernier à La Havane. J’espère que l’éditeur le publiera. En attendant, comme le monde entier (progressiste et révolutionnaire) fête les quatre-vingt-dix ans de Fidel, mon idée est de vous envoyer, sous forme de « bonnes feuilles », certains passages ayant directement trait à Fidel. Ce troisième extrait porte sur la coopération médicale de Cuba, un thème sur lequel les médias transnationaux ne s’étendent guère en règle générale. Le début de l’extrait, bien entendu, est le texte même des remarks d’Obama.

Nous avons joué des rôles très différents dans le monde. Mais personne ne saurait nier le service que des milliers de médecins cubains ont rendu aux pauvres et aux gens qui souffrent (applaudissements). L’an dernier, des travailleurs de la santé étasuniens et l’armée étasunienne ont travaillé coude à coude avec des Cubains pour sauver des vies et enrayer l’épidémie à virus Ébola en Afrique de l’Ouest. Je crois que nous devrions poursuivre ce genre de coopération dans d’autres pays. (B. Obama) Que les États-Unis et Cuba aient « joué des rôles très différents dans le monde » coule de source. On ne saurait s’attendre à ce qu’une Révolution socialiste aussi radicale dans ses principes et ses idées puisse, fût-ce par hasard, croiser la route de l’Empire hégémonique et agressif qui n’a de politique étrangère que fondée sur la force, la menace, les représailles. Qu’on me donne des exemples qui le démentent ou qui prouvent que la Maison-Blanche et son département d’État ont agi, fût-ce une seule fois, sous le coup de ce (...) Lire la suite »

J’aimerais faire partie des jeunes étasuniens qui font leurs études à Cuba

Sam Laird

Au lendemain du passage dévastateur de l’ouragan Katrina en Louisiane et dans le Mississippi, en août 2005, Cuba tenait des avions prêts à décoller avec des équipes et du matériel médical pour apporter de l’aide aux victimes

LA HAVANE.— Au lendemain du passage dévastateur de l’ouragan Katrina en Louisiane et dans le Mississippi, en août 2005, Cuba tenait des avions prêts à décoller avec des équipes et du matériel médical pour apporter de l’aide aux victimes. L’île est reconnue dans le monde pour la qualité de ses médecins, mais le gouvernement des États-Unis a décliné cette offre. Bien entendu, cette attitude n’a surpris personne si l’on tient compte des décennies d’inimitié entre les deux pays. Au cœur de la tension entre Cuba et les États-Unis : l’embargo commercial toujours en vigueur imposé par les L’ Amérique du Nord en 1960, un an après le triomphe de la Révolution conduite par Fidel Castro et Ernesto Che Guevara. Au vu de la froideur des relations et de la manière dont les USA ont refusé cette assistance en 2015, on pourrait supposer, non sans raison, que l’Île située à seulement 90 milles marins des côtes de la Floride est le dernier endroit où un citoyen des États-Unis irait fréquenter une école de médecine. Mais on (...) Lire la suite »

L’heure du devoir

Fidel CASTRO

NOTRE pays n’a pas hésité une minute avant de donner une réponse à la demande d’aide des organismes internationaux dans la lutte contre la brutale épidémie qui frappe l’Afrique occidentale

C’est ce que notre pays a toujours fait sans exclure quiconque. Le Gouvernement avait déjà donné les instructions pertinentes pour mobiliser en urgence et renforcer le personnel médical qui prête ses services dans cette région du continent africain. Une réponse rapide a également été donnée à la demande des Nations Unis, comme nous l’avons toujours fait face à une demande de coopération. Toute personne consciente sait que les décisions politiques qui comportent des risques pour le personnel, hautement qualifié, impliquent un niveau élevé de responsabilité de la part de ceux qui les appellent à accomplir une tâche dangereuse. Cela se révèle encore plus difficile que celle d’envoyer des soldats combattre et même mourir pour une cause politique juste, ce qu’ils firent toujours également comme un devoir. Le personnel médical qui part pour n’importe quel endroit pour sauver des vies, y compris au risque de perdre la sienne, est le plus bel exemple de solidarité que puisse offrir l’être humain, surtout lorsqu’il (...) Lire la suite »

4000 médecins cubains offriront leurs services au Brésil (contrainjerencia)

PG
22/8/2013 - Le ministre brésilien de la santé, Alexandre Padilha, et le représentant de l'Organisation Panaméricaine de la santé (OPS) Joaquin Molina, ont signé aujourd'hui un accord sur la coopération cubaine en matière de soins de santé dans ce pays. Selon l'accord, 4000 médecins de l'île offriront leurs services dans les hôpitaux et cliniques de 701 municipalités, parmi lesquelles 84 % sont situées dans les régions du nord du nordeste du Brésil, a affirmé Padilha. Le premier groupe de 400 spécialistes arrivera à la fin de la semaine prochaine, et le reste avant la fin de l'année 2013, selon cet accord qui fait partie du programme « Mas Medicos » (Plus de médecins) impulsé par la présidente du pays, Dilma Rousseff, destiné à offrir des soins médicaux à tous les citoyens. L'accord porte sur des médecins spécialisés en Médecine Générale Intégrale et 30 % en spécialités diverses, avec une expérience dans d'autres pays. Le second groupe (2000) arrivera au Brésil le 4 octobre prochain et le reste (1600) à la (...) Lire la suite »
L’internationalisme humanitaire cubain

Cuba ou la mondialisation de la solidarité.

Salim LAMRANI

Depuis le triomphe de la Révolution en 1959, Cuba a mis en place une politique de solidarité internationale destinée à venir en aide aux populations les plus démunies du Tiers-monde. Les résultats sont spectaculaires.

Depuis 1963 et l’envoi de la première mission médicale humanitaire en Algérie, Cuba s’est engagée à soigner les populations pauvres à travers la planète, au nom de la solidarité internationaliste. Les missions humanitaires cubaines s’étendent sur quatre continents et revêtent un caractère unique. En effet, aucune autre nation au monde, y compris les plus développées, n’a tissé un tel réseau de coopération humanitaire à travers à la planète. Ainsi, depuis le lancement de cette politique humanitaire, près de 132 000 médecins cubains et autres personnels de santé ont bénévolement œuvré dans 102 pays [1]. Au total, près de 100 millions de personnes ont été soignées à travers la planète par les médecins cubains qui ont ainsi sauvé environ un million de vies. Actuellement 37 000 collaborateurs médicaux offrent leurs services près de 70 nations du Tiers Monde [2]. L’aide internationale cubaine s’étend à dix pays d’Amérique latine et aux régions sous-développées de la planète. En octobre 1998, l’ouragan Mitch avait ravagé (...) Lire la suite »

De quoi avons-nous besoin ?

Comité de Base

De l’unité de la Classe ouvrière, pays par pays, à la nécessité de reconstruire une Internationale Communiste et ouvrière.

En ce mois de février 2013, la nation française inféodée au dogmatisme européen, est dirigée depuis 9 mois par un gouvernement social-libéral qui a emboîté politiquement et économiquement, le pas du gouvernement ultralibéral précédent, lequel avait réussi à ruiner les caisses de l'État et des années d'acquis et de droits issus des combats sociaux, et ce en moins de cinq ans. Aussi, ce gouvernement reste bien dans la tradition séculaire impérialiste et capitaliste de la social-démocratie. D'une part en recolonisant petit bout par petit bout l'Afrique, avec le prétexte affiché de lutter contre le terrorisme religieux islamique et celui plus subjectif d'une « incapacité » des armées africaines à le combattre, et de l'autre en appliquant une politique de « décolonisation » de la France qui consiste à ne plus accorder le droit d'asile ou les permis de travail, ou de procéder à l'expulsion de milliers de travailleurs sans-papiers dont 80% viennent du continent africain. En fait, il s'agit de répondre à l'aspiration (...) Lire la suite »

De coeur à coeur : programme vénézuélien d’aide aux familles étasuniennes

Marà­a Josefina Arce

La grandeur de la révolution que conduit le président Hugo Chávez est plus qu’évidente. Laissant de coté les différences politiques et idéologiques, elle tend sa main généreuse à d’autres peuples C’est le cas du programme d’aide qui depuis 2005 bénéficie des familles aux bas revenus dans le pays le plus riche du monde, les Etats-Unis.

Près de 2 millions de personnes bénéficient de ce programme, qui est né comme un geste solidaire, après le passage dévastateur des ouragans Katrina et Rita dans ce pays et la hausse des prix du combustible pour le chauffage et qui consiste au don de plus de 200 millions de galons de combustible. C'est presque un fait insolite. Le pétrole, cette ressource tellement prisée, notamment par les États-Unis et qui est à l'origine de guerres et d'invasions, unit cette fois-ci deux peuples. Les familles qui reçoivent cette aide sont éparpillées dans 25 états de l'Union. Le programme inclut des membres de plus de 240 communautés indiennes et s'étend aussi à plus de 200 foyers pour les indigents. Claudia Salerno Caldera, vice ministre pour l'Amérique du Nord du Ministère des Affaires étrangères du Venezuela a déclaré : Ce programme prouve que le gouvernement du président Hugo Chávez non seulement a consenti des efforts significatifs à la lutte contre la pauvreté et à la promotion de la justice sociale dans notre (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20